Maury : places libres ce 1er février 2018

Désolé pour ce message tardif, je viens juste d’avoir les messages de désistements : 

Il y a quelques places libres ce soir jeudi 1 février à 20h30 pour une séance dédié au vignoble de Maury en Roussillon.

C’est avec plaisir que nous y accueillerons Geneviève Semper du Domaine Semper de Maury pour nous accompagner. A déguster ce soir : 6 vins secs et 6 VDN du jeune grenat au tuilé 30 ans d’âge de différents domaines.

La séance sera suivie par une petite vente des vins du domaine pour ceux qui le désirent.

Tarifs adhérent : 8€ – Non Adhérent : 15€
Contactez-moi si vous êtes intéressés.

Compte-rendu : Verticale du domaine Mélaric

Pour nombre de domaines, faire une verticale consiste à comprendre le style de la maison : ce qui est recherché. Ainsi , les convictions du vigneron ont tendance à se retrouver dans tous les vins. Faire une verticale du domaine Mélaric c’est se plonger dans les doutes, les convictions évoluent selon les millésimes, les évolutions d’approche de vinification et de viticulture changent pour tenter de se rapprocher du Graal. Merci à Aymeric de nous avoir accompagnés pour nous aider à comprendre quelles questions il y avait derrière chaque vin. La verticale concernait 5 millésimes de Clos de la Cerisaie en blanc comme en rouge.

On me grondera sans doute, mais j’ai trouvé qu’en rouge, le terroir réussissait à s’exprimer dans les vins quel que soit le millésime et l’accompagnement des vignerons. En blanc, la lisibilité du terrain est moins facile à comprendre : selon l’usage ou non du soufre, du bois, selon la capacité des levures naturelles à finir la fermentation etc…, la variabilité des choix de vinifications et de l’évolution de la fermentation de chaque vin se ressentent beaucoup dans le produit final.

Saumur, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2015 blanc
Premier nez gourmand de raisin confit, de poire. Belle attaque, légèrement chaud en bouche. Très léger tanin. Belle vivacité. Sans parler de contamination bactérienne, la rétro-olfaction aurait toutefois mérité plus de netteté.  Bien ++

Saumur, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2013 blanc
Joli nez très saumurois, poire, fruits secs, boisé torréfié. La bouche est ample, riche. Belle tension acidulée. Rétro-olfaction précise bien que discrète. Très Bien+

Saumur, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2012 blanc
Nez fortement grillé, réduit, rétro-olfaction grillée. La bouche est large, moins tendue. Singulier. Bien+

Saumur, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2011 blanc
Nez étonnamment jeune, arômes variétaux de chenin assez discrets. Bouche ample, cuite. Un équilibre rond-tendre. Peu acide mais un vin cohérent. Notes de mangue cuite en fin de bouche. Très Bien.

Saumur, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2009 blanc
Nez élégant, précis abricoté, miellé, cierge frais. Bouche riche, joliment tendue. Belle allonge. Très Bien ++

Saumur-Le-Puy-Notre-Dame, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2015 rouge
Joli nez saumurois, framboise, violette, assez cabernetoïde. Bouche austère, tanin puissant, un poil rêche (l’impression de lécher la craie dit Aymeric) mais assez fin. Très Bien/Très Bien+

Saumur-Le-Puy-Notre-Dame, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2012 rouge (mise sans SO²)
Joli nez de pivoine, floral. Attaque très enrobante qui lui confère un caractère gourmand, tanin gras et ferme, bien structuré. À garder encore 2-3 ans. (c’est une mise sans SO² que nous avons goûté ici… et béh si tous les vins sans SO² étaient comme ça, je virerai volontiers au « nature »…) Très Bien ++

Saumur-Le-Puy-Notre-Dame, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2011 rouge
Aromatiquement moins soutenu : plus fermé. Notes de fruits cuits un peu menthé. La bouche offre un tanin agrippeur et moins de longueur aromatique. Un vin à carafer avant de le servir. Bien ++

Saumur-Le-Puy-Notre-Dame, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2011 rouge (mise sans SO²)
Nez assez ouverts, fruits rouges compotés. Bouche moins dure, plus arrondie, impression de tanins plus gras mais aussi plus longs. Étonnante expérience. Très Bien.

Saumur-Le-Puy-Notre-Dame, Domaine Mélaric, Clos de la Cerisaie 2009 rouge
Nez plus oxydatif, plus cuit, pruneau, attaque ronde, tanin mur très puissant, très collant. Belle vivacité qui équilibre la fin de bouche. Très Bien.
 

Compte-rendu de dégustation : Muscadet, la démarche de cru « Monnières-Saint-Fiacre »

C’est en 2004, selon la légende, que Philippe Ménard (Domaine Ménard-Gabory) de Monnières et Rodolphe Meillerais (Maître de chai, Château du Coing) de Saint-Fiacre-Sur-Maine goûtent leurs vins respectifs lors d’un salon et se disent… « sapristi, c’est surprenant ce que nos vins se ressemblent. » D’autant qu’il y a des similitudes de terrains à n’en pas douter. Nous sommes entre Saint-Fiacre-sur-Maine, le Nord de Maisdon-sur-Sèvre et Monnières sur une même veine de Gneiss en sous sol. Le Gneiss conférerait aux vins issus de belles parcelles de cette zone un caractère rond, moins « minéral » que d’autres zones du Sèvre et Maine : des notes exotiques (mangue) et l’usage des vignerons de la zone les conduit à récolter des vins « à maturité » un peu plus poussée qu’à Gorges par exemple.

Une démarche de cru communal « Monnières-Saint-Fiacre » (MSF pour les intimes) a donc vu le jour, un dossier ficelé et déposé à l’INAO en attente du désembourbement du dossier Muscadet AC pour voir le jour en tant que cru. Le dossier mentionne un élevage d’un minimum de 24 mois sur lie (dans les faits plutôt 36 à 48 mois). Actuellement 30 hectares de « cru » sont en production sur 150 ha identifiés.

Un grand merci à Philippe Ménard, ancien président de l’association du Cru de Monnières-Saint-Fiacre de nous avoir accompagné.


Philippe Ménard, la carte de Monnières à Saint Fiacre et les portes-cartes

C’est l’occasion de goûter et de se faire une idée sur cette appellation naissante. La dégustation (en aveugle) a montré que 7 vins sur les 14 Monnières-Saint-Fiacre dégustés se situent clairement dans un registre réducteur. J’en suis venu à me demander s’il s’agissait d’une typicité recherchée. Dans ce contexte, les arômes exotiques (mangues etc), j’ai un peu de mal à les trouver. Il faut attendre le lendemain après l’ouverture pour les trouver : de fait, certains vins goûtés le lendemain s’exprimaient beaucoup mieux qu’à l’ouverture. Au milieu de superbes millésimes (2014, 2012, 2010 ou 2009) les 2013 se sont « naturellement » un peu moins bien exprimés. Alors qu’un cru comme Mouzillon-Tillières donne une impression d’homogénéité, ces éléments me donne une plus forte impression d’hétérogénéité des vins sur le cru « Monnières-Saint-Fiacre » pourtant les vins ont du potentiel.

Comme d’habitude, le groupe a attribué trois points aux trois vins qu’il a préféré. Mes notes personnelles (qui suivent ou non le groupe) vont  de « médiocre » à « excellent » (et « grand vin » exceptionnellement)

Muscadet de Sèvre et Maine, Julien Braud, Monnières-Saint-Fiacre 2014
C’est jeune. Nez réducteur et floral. Bouche assez grasse, ample, mure, notes de fruit secs, puissants amers. Un peu court en bouche encore. En devenir. Très Bien (8 points)

 Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine de la Haute Févrie, Les Gras Moutons, Monnières-Saint-Fiacre 2014
Nez expressif de noisette, fougère. Très droit aromatiquement. Attaque grasse, amers intéressants. Un vin assez vif qui à ce titre fait moins typique des vins « Monnières-Saint-Fiacre ». Un bel équilibre toutefois. Très Bien++ (1 point)

Muscadet de Sèvre et Maine, Château de la Cormerais/Thierry Besnard Monnières-Saint-Fiacre 2013
Fruité, lait, noisette, une texture assez épaisse pas très complexe mais la texture fait le job. Assez long aromatiquement même si une légère note d’asperge m’interroge (légère GMT ?) Bah arrêtons de trifouiller Bien ++ (5 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Michel Delhommeau, Monnières-Saint-Fiacre 2013
Belle réduction « vomi de bébé » au premier nez qui disparaît à l’aération pour laisser place à des notes florales. La bouche est ample et large, de puissants amers, une vivacité tranchante. Il y a de l’idée mais l’aspect successif de la bouche et la réduction sont compliqués. Le soir même je lui ai donné un Bien+/Bien ++ (1 point). Mais le lendemain, il s’est nettement mieux exprimé (Très Bien)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine du Fay D’Homme, Vincent Caillé, Monnières-Saint-Fiacre 2013
Nez sur des notes de noisette légère. Bouche cuite, notes plus oxydatives en bouche pas nécessairement désagréable mais l’ensemble pourrait être plus structuré. La finale est un peu courte. Bien + (2 points).

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Topaze, Monnières-Saint-Fiacre 2013
Notes lactées, bouche un peu légère, peu de vivacité en bouche notes oxydatives en fin de bouche. Moyen/Bien (4 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Rémi Chereau, Monnières-Saint-Fiacre 2012
Nez réduit façon boîte de camembert. Il aurait fallu l’aérer fortement. Bouche cuite presque surmurie, mais un peu courte. On aurait pu trouver plus de volume sur un 2012. Bien (1 point)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Drouard, Les Hauts Pémions, Monnières-Saint-Fiacre 2012
1er nez réducteur qui part à l’aération. Notes florales, noisette. Bouche onctueuse, épaisse, amers structurants, bien tendu. Un bel équilibre. Très Bien +/++ (5 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Ménart-Gabory, Monnières-Saint-Fiacre 2012
Là aussi une réduction très semblable à celle du vin de Michel Delhommeau. Nécessite un gros carafage. La bouche est assez large, il y a du volume, fruits cuits. La finale est portée par une belle acidité. Bien ++ (7 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Henri Poiron, Monnières-Saint-Fiacre 2012
Un joli nez ouvert, avec des notes exotiques. La bouche est ample, assez mure, la finale est acidulée. Aromes de mangue en rétro-olfaction. Un joli vin. Très Bien + (15 points : vainqueur du collectif ce soir)

Muscadet de Sèvre et Maine, Les Bêtes Curieuses, Monnières-Saint-Fiacre 2012
Premier nez réducteur qui s’ouvre sur le gneiss et la noisette. Bouche onctueuse, grasse, de beaux amers, jolie vivacité, un bel équilibre. Très proche aromatiquement et gustativement du vin de Christophe Drouard alors que les parcelles sont très éloignées si j’ai bien compris. Très Bien+/Très Bien++  (8 point)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Martin, Monnières-Saint-Fiacre 2010  (je crois)
Nez réducteur, tourbe, fougère. La bouche est assez grasse, mure, un peu courte en bouche. Bien ++ (12 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Michel Delhomeau, La Hupperie, Monnières-Saint-Fiacre 2010
Nez un peu plus tertiaire, qui donne une impression de raisin mur. Assez gourmand en bouche, crémeux, mur, acidulé, notes exotiques. Très agréable à boire aujourd’hui. À son apogée, je pense. Très Bien/ Très Bien + (3 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Daniel Braud, Monnières-Saint-Fiacre 2010
Nez aromatique, tertiaire, pin, fruits confits. Bouche gourmande, mure, très agréable. Très Bien + (9 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Château du Coing de Saint Fiacre, L’Ancestrale, Monnières-Saint-Fiacre 2009
Nez très expressif (mangue, kiwi). Bouche précise, charnue, mure et parfaitement acidulée. Très jolie tension. Un vin qui à mon sens, à survolé la dégustation. Très Bien ++/Excellent (10 points)
 

 

Sicile ce Jeudi 14 décembre : place libres

Il y a quelques places libres pour la séance Vertivingstone dédié au vignoble de Sicile ce jeudi 14 décembre à 20h30.

Je ne vous cache pas que c’est une méchamment belle séance : j’ai un peu explosé mon budget avec cette séance et c’est le moins qu’on puisse dire.

Tarifs adhérent : 8€ – Non Adhérent : 15€
Contactez-moi si vous êtes intéressés.

Résultat de recherche d'images pour "FARO PALARI 2005"

La mutation de couleur des cépages : places libres ce 7 décembre

Pinot noir, pinot gris, pinot blanc, grenache blanc, grenache gris, grenache noir, Melon rouge, riesling rouge et cabernet blanc… pourquoi et comment un cépage mute-t-il ? comment change-t-il de couleur ? Pourquoi cela modifie-t-il la structure des vins ?

Vous saurez tout sur la mutation de couleur des cépages grâce à Romain, notre ingénieur agricole, ce jeudi 7 décembre à 20h30 dans le cadre des ateliers Vertivinus.

Contactez-moi si vous êtes intéressés. (tarif adhérent : 8€ / non adhérent : 15€)

Riesling Rouge – Photo Ottmar Kick

Et n’oubliez pas, il y a toujours des place libres pour la séance Vertivictuailles du 12 décembre ci-dessous.↓

Une soirée avec Eric Chevalier au Pré Gourmand

Il reste 2 places pour la soirée Vertivictuailles dédiée aux accords Mets & Vins du  12 Décembre.

Elle aura lieu  au restaurant le Pré Gourmand à La Montagne (noté 4.6/5 « Excellent » sur Tripadvisor) http://www.lepregourmand.net/

Le repas se fera en presence du vigneron Eric Chevalier (Domaine de l’Aujardiere  » du Pays de Retz) qui nous fera découvrir quelques unes de ses cuvées
http://www.chevalierledomaine.com/

Le menu a été concocté par Frederic Bregeon en relation avec le Chef et le vigneron.
Le tarif est de 35€ par personne vins compris. RDV dès 20h15.
Faites moi signe sur cyresne AT yahoo point com  si vous voulez en être.

Eric Chevalier – Photo http://www.lesvignesdenantes.com

Compte-rendu : les villages de Mâcon

La séance concernait les appellations qui souhaitent devenir des crus communaux en tant que tel. Mâcon-Verzé, Mâcon Lugny, Mâcon-Azé… etc. 27 Villages souhaitent aboutir à une démarche de cru villages. Vertivin aime bien s’intéresser à ces appellations car on y découvre des vignerons qui souhaitent produire des cuvées modèles pour aider le collectif à mieux appréhender le lien vin-terroir. On y déniche souvent de bons rapports qualité-prix et des découvertes. Or dans le cas présent, nous avons eu une séance très hétérogène. Alors que la dégustation s’est déroulée en aveugle, en dévoilant les étiquettes, les hiérarchies de notoriété et de prix ont été parfaitement retrouvées : cette séance n’a pas permis de trouver la petite découverte du bon « Mâcon-Bidule » pas connu à 10€.

Alors pourquoi cette hétérogénéité ? Le rapport de la commission d’expert de l’INAO en 2004 avait conclu que la multiplicité des collectes en coopérative ne permettait pas d’identifier une typicité géopédologique d’où une démarche de regroupement (voir à ce sujet https://rge.revues.org/1003).  Ce que l’on sous-entend c’est que le système coopératif tel qu’il est construit à ce jour ne permet pas d’affiner le travail parcellaire de chaque appellation. Il est aussi vraisemblable que le rendement de base choisi dans le cahier des charges de 66hl (alors qu’à densité de plantation équivalente les démarches de cru communaux en Muscadet par exemple, proposent 45hl/ha en rendement de base) soit insuffisant pour refléter le lien vin-terroir… de ce fait seuls les vignerons qui s’imposent une discipline plus stricte ont une chance de ressortir en dégustation. Le collectif étant incapable dans le cas présent de s’imposer des contraintes suffisantes, ce sont les individualités des vignerons qui ressortent davantage dans la dégustation pour proposer une vision du lien vin-terroir.

En l’occurrence, collectivement, le vignoble du Mâconnais semble disposer de larges marges de progressions. Il faut espérer que la logique qui a conduit au saccage des locaux de l’INAO de Mâcon de 2005 suite à la réduction du rendement par hectare de 2hl de l’AOC « Mâcon Villages » (elle se situe uniquement au niveau de l’AOC régionale « Bourgogne » aujourd’hui) appartienne au passé. Espérons que les démarches associatives comme celle des « artisans vignerons du Bourgogne Sud » contribueront à une meilleure lisibilité des appellations communales en Mâconnais.

Mâcon-Fuissé, Domaine Sophie Cinier 2016
Nez fruité, très chardonnay, bouche assez mure, saline, plutôt bien faite. Un peu courte aujourd’hui. Pas mal. Une découverte à revoir dans 2 ans pour mieux en évaluer le potentiel. Bien ++ (7 points)

Mâcon-Lugny, Domaine des Terres Gentilles, Dame Chlea 2015
Nez un peu brouillon, sensation boisée en nez comme en bouche. Amer peu agréable. Assez cuit, chaud en bouche. Aromes d’alcool à brûler. Moyen/Bien (5 points)

Mâcon-Chaintré, Domaine Cornin, Les Serreudières, 2015
Nez assez fin, frais. Bouche assez grasse, onctueuse, bien tendue. Intéressant. Bien++/Très Bien (3 points)

Mâcon-Vergisson, Jacques et Nathalie Saumaize, Sur la Roche, 2015
Nez de Chardonnay fruité, précis, intense. Jolie chair, de beaux amers. Très belle tension. Très Bien+/Très Bien++ (4 points)

Mâcon-Fuissé, Domaine Romanin 2014
Un vin qui ne profite pas de l’effet de succession… le nez fait très brouillon. L’attaque est assez intéressante, mure, puis vient une sensation blette, sensation pharmaceutique, alcool à 90°. Amertume désagréable. Moyen/Bien (6 points)

Mâcon-Verzé, Domaine Nicolas Maillet, le Chemin blanc 2015.
Nez précis, « minéral », craie, floral, glycérine. Belle bouche épaisse, charnue. Beaux amers qui allonge la bouche. Classe. Très Bien ++ (9 points)

Mâcon-Chaintré, Domaine Julien Barraud, Les Pierres Polies (ex Domaine Daniel Barraud) 2014
Nez un peu brouillon, réduit, créme/yaourt comme dans une malo perceptible. Bouche assez dense, plutôt bien structurée. Un vin épais et fermé. A revoir peut-être mais en l’état un peu décevant vu la classe des Pouilly-Fuissé du domaine. Bien+/Bien++ (1 point)

Mâcon-La-Roche-Vineuse, Domaine Merlin, Les Cras 2014
Nez très boisé (bois frais de chêne, scierie). Un boisé de qualité mais très envahissant.  La bouche est mure, riche ; elle offre sans doute une des plus belles densités de la soirée. Très élégante vivacité en fin de bouche. J’ai largement confiance en ses capacité d’évolution et la classe volume en bouche me fait mettre un Très Bien ++. En l’état c’est trop boisé. A attendre 7-10 ans que le boisé se fonde (11 points).

Mâcon-Buissière, Eric Texier, Très Vieilles Vignes 2013
Nez ouvert assez pointu, citronné, orange. La bouche est assez droite, très tendue, assez intense. Très Bien/Très Bien +

Mâcon-Verzé, Domaine Anne Claude Leflaive, 2011
Nez boisé, évolué, marin, étrange sensation en bouche : l’impression d’une attaque très large qui s’arrête pour laisser la place à une vivacité assez longue. Ce qu’on appelle une sensation de creux en milieu de bouche. Un vin que je n’ai pas bien compris. Bien++/Très Bien (4 points)

Mâcon-Pierreclos, Guffens-Heynen, Le Chavigne 2008
Nez fin, précis, citron confit, lemon curd, crème aux œufs. Bouche dense, onctueuse, superbement tendue, très homogène. Très Bien++/ Excellent (18 points – vainqueur du collectif ce soir)

Mâcon-Buissière, Céline et Vincent Tripoz, Les Graves 2016
Pour un vin rouge c’est un vin plutôt rosé. Le nez est très déviant. La bouche est dominée par de puissants et violents brettanomycès. Très désagréable. Médiocre (1 point)

Séance Muscadet démarche de Cru communal « Monnières-Saint Fiacre » : places libres

Il y a quelques places libres ce Mardi 21 novembre à 20h30 pour une séance Verticadet dédiée à la démarche du cru communal du Muscadet « Monnières-Saint-Fiacre » en présence de l’ancien président de l’association du cru Monnières-Saint Fiacre.
14 vins à déguster.

Tarif adhérent : 7€ / non adhérent : 13€
Contactez-moi si vous êtes intéressés.

Résultat de recherche d'images pour "monnières saint fiacre"

Lors de notre dernier passage à Salivertivin Jean-Philippe Raffard, François Saias et moi avons décidé de produire un article sur la séance consacré à la nuance dans la description des vins. Il est en ligne sur le site Générationvignerons.com. Nous avons pensé vous le proposer en duplex sur Vertivin.

Vous pouvez y accéder en suivant le lien :

http://generationvignerons.com/vinho-verde-et-riesling-meme-combat/

Cordialement, Donnez nous votre avis s’il vous plaît, Merci JLP, JPR et FS