Salon Vertivinies 2023

25-26 Mars 2023 : 10e édition du salon des vins Vertivinies !

RETROUVEZ LES VIGNERONS DES VERTIVINIES !

Ce salon des vins à Vertou est organisé et géré bénévolement par les membres de l’association Vertivin.  Cette association d’amateurs de vins, vous propose une sélection de 24 vignerons de talents venus de toutes les régions de France pour le salon de vin les Vertivinies. Cette année : 4 nouveaux vignerons, des animations avec initiation à la dégustation, et d’autres surprises vous attendent sur ce salon.

Horaire  : Samedi 25 mars 2023 de 14h à 20h Et dimanche 26 mars 2023 de 10h à 18h.
Tarifs : 
Entrée + verre offert = 5€
Pensez verres, pensez vert : Si vous venez avec votre verre, vous ne payez que 3€ l’entrée
Thèmes des animations :
 Voir cette page

Lieu : 
Château de la Frémoire à VERTOU (agglomération de NANTES) avec Parking Gratuit sur place

Muscadet : 2013, 2015 millésimes « de vigneron »

2013 et 2015 étaient les deux millésimes ou le niveau de sucre étaient le plus faible en Muscadet : moins de 170 g de sucre litre en moyenne des derniers prélèvements effectués. Ça fait moins de 10° d’alcool en moyenne… autant dire que rares sont les vignerons qui n’ont pas chaptalisé en 2013 et 2015.

2013 fut le ban le plus tardif de ces 30 dernières années : le 23 septembre en 2013. On attendait une maturité qui n’est jamais venue. Quand la pourriture est arrivée, il fallait se résoudre à vendanger. 2013 fut une année avec un acidité malique très élevée qui dénote du manque général de maturité.

En 2015, le ban s’est tenu le 4 septembre en 2015 : dans la moyenne précoce. Les pluies étaient précoces, il fallait vendanger avant les attaques de pourriture grise.

Bref. Des millésimes moyens sur le papier : qu’en est-il en vérité ? quels sont les vignerons et les terroirs qui s’en sont le mieux sortis ?

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine-Clisson, Gaec Olivier 2015
Nez un peu vert, feuille de citronnier, bouche simple, vive, pas très longue mais agréable à boire. Très Bien. (5 points)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine-Clisson, Domaine des Cognettes 2015
Nez un peu lacté, bouche assez molle, plat. Sensation de malo partielle. Moyen + (4 points)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine-Gorges, Damien Rineau-La Tour Gallus 2015
Nez peu aromatique, réduction, bouche vive, amère, assez jolie structure.  Bien ++ (0 points)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine, Henri Poiron, Monnières-Saint-Fiacre 2015
Nez assez vert, anis, pas très aromatique, bouche assez large, saline, acidulée. Très Bien (5 points)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine, Emmanuel Audrain, Le Millésimé 2015
Nez qui s’ouvre progressivement sur des aromes de pêche mure. La bouche laisse une sensation de maturité, des amers notables, plus plat en finale aussi. Bien ++ (8 points)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine-Château-Thébaud, Domaine de la Haute-Févrie (Sébastien Branger), côteaux de l’Ebeaupin 2015
Nez assez végétal, bouche vive, nerveuse, très tranchante, très verticale. Pour les amateurs de vins bien droits. Bien ++/Très Bien (5 points)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine-Château-Thébaud, Delaunay (Bareille), Sud-Est 2015
Equilibre peu plus oxydatif, bouche assez ronde, large. Pas très longue. Bien + (1 point)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine, Domaine de la Tourlaudière (Romain Petiteau), Vallet, Clos des Hautes Cottières 2013
Réduction, bouche correcte, très vif, amers notables Bien ++ ( 2 points)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine, Château du Coing de Saint Fiacre, Comte de Saint Hubert, 2013
Pêche cuite, bouche mure, acidulé, élégant. Bien++/Très Bien. (11 points – vainqueur du collectif ce soir.)

Muscadet-de-Sèvre-et-Maine-Château-Goulaine, Domaine Luneau Papin, Semper Excelsior 2013
Nez très aromatique, anis vert, badiane, bouche grasse, un peu de gaz résiduel, fine vivacité. Très Bien (4 points)

Muscadet-des-Côteaux-De-Grandlieu, Domaine du Haut Bourg, Origine 2013
Vin assez simple en bouche, assez peu de reliefs, vif sans allonge. Bien + (0 points)

Compte-rendu de dégustation : séance Sancerre

Compte rendu en retard de la séance d’il y a trois mois !

Pour 20-25€ prix caviste, tu as quoi à Sancerre ? Et bien pas grand-chose. Les grandes cuvées de prestige, Vacheron, Cotat, Boulay, sont désormais toutes au dessus. En 2011, date de la dernière séance sur l’appellation, les prix des vins étaient deux fois moins élevés. Comme nos salaires n’ont pas suivi le prix des Sancerres, il faut chercher des domaines inconnus sur de beaux terroirs ou des domaines connus sur des entrées de gamme.

Pas mal de Sancerre ont des caractéristiques variétales sur des structures réductrices. Il faut attendre (millésimes anciens) ou monter en gamme pour trouver des structures plus abouties. Il y a eu de belles surprises… Thomas Labaille ou les sœurs Balland mériteraient qu’on aille goûter leur gamme.

Sancerre, Domaine Fournier, Cuvée Silex 2021
Bourgeon de cassis, varietela, reducteur, très vif en bouche. On pourrait même dire “claquant”. Bref un équilibre classique peu amer, une acidité très citronnée, léger amer de peau de pamplemousse. Moyen/Bien (11 points).

Sancerre, Domaine Laporte, Le Rochoy, Terroir de Silex 2021
Nez assez classique. Variétal mais plutôt précis. Bouche plus ronde, plus grasse mieux structurée avec des amer de quinine très puissants. Moins de vivacité que précédent. Bien ++ à Très Bien (3 points)

Sancerre Roger Champault, Clos du Roy 2021
Nez anisé, fermentaire, Harlequin, bouche très vive, tendue. Bien + (10 points)

 Sancerre, Joseph Mellot, Domaine des Emois 2020
Fruits de la passion, un peu de reduction gaz de ville, rond, mur, du glycerol d’alcool perceptible, chaud. Peu d’acidité. Une structure très différente. Bien + / Bien ++ (13 points)

Sancerre, Thomas Labaille, Les Aristides Vieilles Vignes 2020
Fruits exotiques, passion, bouche mure, grasse, finale joliment acidulée. Pas une grosse complexité mais un vin particulièrement précis et homogène. Très Bien + / Très Bien ++ (13 points)

 Sancerre, Domaine Denizot, Les Bouffants 2020
Un vin plus oxydatif que reducteur, badiane, ethanal, légère sensation de barrique, de fuit de la passion, bouche nerveuse, belle acidité -acidulée, un peu boisé en fin de bouche. Très Bien (10 points)

Sancerre, Domaine Martin Les Culs de Beaujeu 2020
Nez plus varietal, sensation de démangeaison du nez (peu être un peut plus de sulfite), bouche très épaisse, crémeux, bien acidulé, long. Le nez est moyen mais la bouche est vraiment intéressante. Très Bien (15 points)

Sancerre, Domaine Emile Balland, Croq’ Caillotte 2019
Nez de truffe, un peu de gaz de ville, mais ne nez s’ouvre à l’aération sur des notes d’abricot, de mangue. La bouche est très vive, très salivante, . Un équilibre singulier qui devrait augurer d’une garde convenable même si on pouvait espérer plus de matière. Très Bien (6 points)

Sancerre, Domaine Lucien Crochet, Les Calcaires 2019
Nez très floral, jasmin. Tellement floral qu’il agresse même certains mes camarades. La bouche est mure, des amers assez compact en bouche. Un peu chaud aussi. Peu de vivacité mais de longs amers, une rétro-olfaction aromatique sur des notes de houblon. Le point qu’on puisse dire c’est que c’est un vin qui propose une expression et une réelle originalité. Très Bien + (8 points)

Sancerre Domaine Fouassier Clos de Bannon 2019
Nez très aromatique de fruit de la passion, fruit cuit, bonbon, assez mur, très persistant. En bouche, pas très amer, pas très acide, sans accroche particulière mais plutôt bien fait. Très Bien (7 points)

Sancerre Domaine Julien Raimbaut (Pré Semelé) La Montée de Saint Romble 2018
Nez plus boisé, un peu oxydatif, très vif en bouche, très cinglant, long. La barrique est très présente en rétro-olfaction. Bien ++ (1 point)

Sancerre, Domaine J-P Balland, La Grande Cuvée 2018
Les sœurs Balland signent un vin un peu réducteur (truffe) puis vient des notes de mangue et de fruit de la passion. La bouche est très élégante en attaque, belle matière assez charnue, très mur, un peu chaud, concentré mais qui sait rester digeste et acidulé. C’es très bon. Très Bien + (29 points, vainqueur du collectif ce soir)

Montepulciano d’Abruzzes places libres ce jeudi 8 décembre 2022

Si certains le souhaitent, il y a quelques places libres pour la séance de ce soir 8 décembre 2022 théoriquement à 20h30. La séance pourra peut-être démarrer avec un petit quart d’heure de retard en raison de la tenue de l’Assemblée Générale de Vertivin qui démarre à 20h.

La séance traitera de la troisième plus grosse appellation italienne : Montepulciano d’Abruzzo. Tarif adhérent = 9€ / Non adhérent = 16€

Pou s’inscrire, cliquez ci-dessous :

Compte-rendu Mondeuses de Savoie et de Bugey

Dernier compte-rendu en retard du 9 juin 2022 avant de démarrer une nouvelle saison

Voici une séance dédiée au cépage Mondeuse dans sa globalité en Savoie et en Bugey.

Pour mémoire deux dénominations géographiques complémentaires de Savoie sont dédiées à la Mondeuse : Arbin et Saint Jean de la Porte dans la combe de Savoie. La Mondeuse est un cépage productif qu’il faut savoir maîtriser pour produire de bonnes choses. Enfin, l’origine de la Mondeuse est sans doute liée à la Syrah… les recherches ADN se poursuivent.

La séance est constituée de « vins de cavistes » parmi lesquels les vins bios ont été privilégiés. Avec bonheur parfois, avec douleur dans d’autres cas. Etant, très sensibles aux phénols, mon avis peut parfois se séparer du groupe selon les niveaux de perception perçus.

On sent aussi que dans ces domaines, le travail des tanins dans la vinification n’est pas le même. On sent des vinifications traditionnelles qui veulent refléter le cépage dans toute sa singularité tannique ou des vinifications avec des mouts plus aérés (pigeages ? oxydation par manque de protection pour les bios ?).

Et une fois n’est pas coutume, voici la vidéo de ma présentation du thème du soir. Merci à Cyril pour la prise de vue.

Vin de Savoie, Domaine Giachino, Ma Douce, 2020
Fruité, très aromatique, fraise, poivre, la bouche est suave, souple en attaque bien que dotée d’un tanin un peu rugueux ; assez long aromatiquement. Un bon démarrage. Bien ++/Très Bien (0 points)

Bugey, Mondeuse, Franck Peillot, 2020
Poivré, cannelle. En bouche l’équilibre est assez traditionnel. Pas très concentré, le tanin un peu rustique, un peu acide. Bien + (2 points)

Vin de Savoie, Mondeuse, Ludovic Archer, Totem, 2020              
Notes grillées, sapin, animal, phénols. Raisins bien mûrs, bouche dense, tanins serrés assez puissants. Les deux échantillons étaient sensiblement différents. (plus phénolé pour une bouteille – étanchéité du bouchon ?). Il ne fait guère de doute qu’après un jour d’ouverture, les phénols prennent le dessus… bon… Bien + (14 points)

 Vin de Savoie, Mondeuse, Gilles Berlioz (Domaine Partagé) La Deuse 2020 
Nez aromatique, pot pourri, rose fanée, bouche assez crémeuse, douce, tanin travaillé/aéré, léger gaz résiduel. Assez plaisant. Très Bien + (14 points)

Vin de Savoie-Arbin, Mondeuse – Terres Brunes, André et Michel Quénard 2019
Fruité un peu masqué par une réduction « pierre à fusil ». La bouche est assez simple mais charnue, ronde, charmeuse, gourmande. Une mondeuse très civilisée. Très Bien + (3 points)

Vin de Savoie-Arbin, Mondeuse, Harmonie, Les Fils de Charles Trosset 2019
Nez assez peu aromatique, prune. Un équilibre assez mur, une matière intéressante, un tanin assez dur toutefois. Bien ++ (11 points)

Vin de Savoie, Mondeuse, Cellier des Crays (Adrien Berlioz) Marie Clothilde – 2019
Arômes intéressants de groseille, une matière intéressante mais une acidité mordante, un tanin un peu sec. Un peu court en bouche. Bien+/Bien++ (0 points)

Vin de Savoie, Mondeuse, Domaine du Prieuré Saint-Christophe (désormais domaine Giachino)- 2019
Nez très aromatique, poivré, floral, bouche très charnue, légèrement suave, tanin puissant mais qui se fond rapidement en bouche, bien intégré. Belle allonge aromatique. Et tout cela sur une millésime vraiment pas évident. Un vin propre et harmonieux. Très Bien++ (15 points : vainqueur du collectif ce soir).

Photo www.vins-etonnants.com

 Vin de Savoie-Arbin, Mondeuse, Céline Jacquet 2018
Ici encore, il y a une différence entre les deux échantillons (bouchon ?) qui conduit à un vin manquant de précision sur une des bouteilles (un peu caramélisée/évolué) alors que la première est justement fruitée. La bouche est très souple, gourmande et mure ; même un peu compotée. Amers notables. Bien ++/Très Bien (8 points)

Vin de Savoie – Saint Jean de la Porte, Cellier de Baraterie, Mondeuse, 2018
Beau nez aromatique, fruité, poivre, légèrement grillé / scierie d’épicéa, bouche ronde, onctueuse, aromatiquement long, tanin fin et concentré. Une révélation. Très Bien ++ (9 points)

Vin de Savoie-Arbin, Mondeuse, Fabien Trosset – Hors Piste – 2018
Nez plus évolué, moins aromatique, bouche massive, puissamment tannique. Un vin traditionnel, un peu verrouillé mais ambitieux. A revoir. Bien ++ (3 points)

Vin de France, Des vins d’envie – Le Cirque de l’Amoureuse – 2018
Nez floral, animal, sueur, pétillant, relativement léger pour l’année 2018, vif, tanin un peu dur. Moyen (1 point)

Bugey, Mondeuse, les Vins de Lavie, 2016
Puissante volatile. A basculé au stade du vinaigre. Moyen (3 points)

Compte-Rendu de dégustation : Le millésime 2014 en Muscadet.

Le millésime 2014 était une année relativement fraîche en juillet et Août, relativement pluvieuse en août, mais marquée par une superbe arrière-saison particulièrement sèche : ce fut l’année la moins pluvieuse en septembre de ces trente dernières années.

La pluie du mois d’août a contribué à faire démarrer des foyers de pourritures (13 parcelles sur 20 lors du premier prélèvement d’analyse présentait des traces de botrytis).

Au troisième prélèvement, le 5 septembre, les foyers de botrytis étaient stabilisés.

Le ban fût annoncé le 10 septembre pour laisser aux vignerons la possibilité de vendanger en fonction de l’évolution de la météo.

Mais le quatrième prélèvement montrait une amélioration croissante de l’équilibre sucre/acidité et pendant tout le mois de septembre, l’acidité s’est bien maintenue et l’état sanitaire resté très stable.

« Il fallait attendre » comme aurait dit la Revue des vins de France. C’est sûr, c’est facile de le savoir après coup. Mais le fait est que les vignerons qui ont récolté le plus mur sont assez systématiquement ressortis favorablement collectivement de cette dégustation.

Dégustation et commentaires en aveugle.

Muscadet de Sèvre et Maine sur lie, Domaine Jean-Luc Viaud, Petit Panloup 2014
Blé mur, bouche assez grasse, onctueuse, fine vivacité acidulée. Un très joli « Sur Lie ». Bien++/ très Bien (5 points)

Muscadet Sèvre et Maine sur lie, Château de l’Oiselinière, Les Illustres 2014
Nez un peu réducteur, vieux bois, légèrement perlant, un vin assez vif mais manquant de matière. Bien. (0 points)

Muscadet Sèvre et Maine, Donatien Bahuaud, le Master 2014
Bouche grasse, onctueuse, peu d’acidité, assez amère, long en bouche. Un joli vin. Très Bien + (3 points)

Muscadet Sèvre et Maine Goulaine, Alain Olivier, clos du Ferré 2014
 Goût moisi terreux, sans doute un bouchon. Non noté

Muscadet Sèvre et Maine Goulaine, Jean-Luc Viaud, Fleur de Panloup, 2014
Nez réducteur, assez neutre, bouche assez onctueuse, pêche, légère acidité. Un vin classique sans coup de foudre à ce jour. Pourrait mériter d’être attendu. Bien + (4 points)

Muscadet Sèvre et Maine Gorges, Christophe Boucher, 2014
 Après une fine réduction le vin s’ouvre sur des arômes très fruités de poire,  de vanille, de crème aux œufs, la bouche laisse une sensation de maturité,  les amers sont assez concentrés, une belle longueur, une fine acidité, un très joli vin. Très Bien +/Très Bien ++ (3 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Julien Braud, Monnières Saint Fiacre 2014
 Des arômes de mirabelle, bouche grasse épaisse, texture agréable, charnu, acidulée. C’est un vin bien fait. Très Bien + (3 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Château de la Ferté (Jérôme Sécher), Vallet 2014
 Nez élégant, floral, fleur blanche, rhododendron, pêche, bouche complexe, charnue, superbe longueur, acidulée, amers notables. C’est un vigneron réputé pour récolter mûr, un vin produit à la jonction entre le cru Valet et le cru Mouzillon-Tillières. Très Bien++ (8 points – vainqueur ex aequo du collectif ce soir).

Muscadet Sèvre et Maine Clisson, Bernard Maillard 2014
 Fenouil, vanille, agrumes. Assez mûr, agréable, un peu court. Très Bien (1 point)

Muscadet Sèvre et Maine, Château de la Ragotière, Vallet 2014
 Premier nez un peu plus végétal, floral, menthe, pastis, jolie bouche délicate, sans excès, mais très digeste, crémeuse, acidulée, un vin traité délicat. Très Bien + (2 points)

Muscadet Sèvre et Maine Château Thébaud, Les Bêtes Curieuses, 2014
 Nez peu expressif, bouche assez neutre mais salivante, grasse. Assez peu amer mais à la structure qui devrait bien vieillir. Pas très bien en place encore à ce jour. Bien++/Très Bien (0 points)

Muscadet Sèvre et Maine, Michel Loiret, Clos des Ramées 2014
Bouchon (0 points)

Muscadet Sèvre et Maine Le Pallet, Michel Bedouet, Expression du Pallet 2014
Nez de blé, plus oxydatif, bouche gourmande, riche, savoureuse, assez longue, puissants amers, acidulé. Très bien (0 points)

Muscadet Sèvre et Maine Goulaine, Domaine Raphaël Luneau 2014.
 Puissante réduction, boîte de camembert, la bouche est intéressante, bien texturée en attaque mais un peu molle en fin de bouche. On se demande si la bouteille n’a pas un problème. Bien + (0 points)

Muscadet Sèvre et Maine, Bruno Cormerais, Clisson 2014
Nez très mûr, fruits cuits, pêche cuite, melon, orange sanguine. Des arômes très connotés « Clisson ». la bouche est élégante, longue, mûre, très gourmande, finement acidulée. Très bien + / Très bien ++ (8 points : vainqueur ex aequo de la dégustation de ce soir)

Muscadet Sèvre et Maine, Sébastien Branger, La Haute Févrie, Monnières Saint Fiacre, Gras Mouton 2014
Réducteur, bouche intense, vive, nerveuse, claquante, en un mot tendu ! La bouche est assez citrique un vin très vertical. Bien ++ (0 points)

Compte-rendu : Séance Graves Blanc

Les crus classés de Pessac Leognan sont trop chers ? Trop boisés ? Pour un tiers du prix d’un Pessac, Graves offre un panel de vins variés… mais que valent les Graves en vin blanc ? Eryck nous a proposé une séance Vertivingstone du 7 avril 2022 joliment documentée. Ici encore, une maison des vins existe sur Graves, ce qui facilite grandement l’organisation de séances comparatives. (https://maisondesvinsdegraves.com/)

Graves blanc, Château Magneau 2020
Nez de sauvignon, fruit de la passion, pamplemousse. Un vin assez gras, ample, assez fin. Pas de bois perceptible. Bien ++/Très Bien (1 point)

Graves blanc, Château Pont de Brion 2020
Vanille, gras. Très “Bordeaux blanc”, chaud, peu vif (malo ?) Barrique très marquée en fin de bouche. Trop boisé pour moi. Bien (5 point).

Graves blanc, Château Brondelle 2020
Nez variétal mais assez élégant sur le fruit de la passion, le buis. Acidulé en bouche, amers assez puissants. Bien ++ (1 point)

Graves blanc, Château de Cérons 2019
Nez assez peu expressif, bouche à la fois crémeuse et fraîche, gourmand. Un caractère finement acidulé dynamise la bouche. C’est bien fait, c’est plaisant. Très Bien (8 points)

Graves blanc, Château de Jouvente 2018
Barrique, amande, noisette. Boisé mais moins vanillé que d’autres vins. La bouche est grasse, un peu lourde, puissants amers. Boisé en finale un peu trop appuyé à mon goût. Bien ++ (13 points)

Graves blanc, Château Floridène 2018
Booisé de barrique, très beurré, joli volume en bouche, crémeux, acidulée. Assez dynamique, boisé pas trop envahissant. C’est bien fait, bien équilibré. Très Bien à Très Bien + (7 points)

Graves blanc, Château Chantegrive, Cuvée Caroline 2017
La star des foires aux vins nous montre quelques signes d’évolution au nez et je dois dire que je me suis posé la question d’un très léger bouchon/soucis de bouchon ; quelques notes de tilleul aussi. La bouche est assez grasse mais moins pleine que Floridène… ce n’est pas le même millésime non plus. Bien + (2 points)

Graves blanc, Château Rahoul 2017
Nez un peu tourbé, peu expressif… bizarre. Bouche un peu dissociée (GMT ?) Amers assez puissants,, un peu court . Soucis de conservation ? Moyen (0 points)

Graves blanc, Vieux Château Gaubert 2016
C’est sensé être un millésime beaucoup moins intéressant que 2017… et pourtant :  Ce 2016 offre des parfums d’évolution : de la mangue, des épices (un peu de curry aussi), la bouche offre beaucoup de volume (bâtonnage des lies ?): une texture gourmande, assez complexe, large et crémeuse. J’ai clairement du plaisir sur ce vin à parfaite maturité. Très Bien +/Très Bien ++ (11 points)

My favourite wine

Graves blanc, Château Mayne du Cros 2015
Pas des plus expressif, mais élégamment grillé, rond, crémeux, légers amers, léger acidulé. Assez complexe. Mais là aussi un peu boisé pour moi mais je reconnais que c’est bien fait. Très Bien (15 points – Vainqueur du collectif ce soir)

The favorite wine des amateurs de nez toastés.

Graves blanc, Château Saint Robert 1988
Comment vieillissent les Graves blanc ? Et bien dans le cas présent grand-père ne se défend pas mal. Grillé, champignon blanc, des notes aromatiques rappellent le vieux Muscat, le caramel. La bouche est encore assez ronde. Pas très complexe mais encore structurée. Très Bien (0 points)

Compte-rendu : séance Anjou blanc

Cette soirée Anjou blanc du 17 mars 2022 fut animée par Patrick Beaudoin que nous remercions chaudement de sa présence.

Le propos liminaire de Patrick Beaudoin était de nous rappeler que les appellations d’Anjou (Bonnezeaux, Coteaux du Layon , Quart de Chaume) produisaient, dans les années 50, des vins secs comme des vins liquoreux : des liquoreux quand les brumes automnales permettait l’apparition du botrytis ; des secs quand il n’y en n’avait pas. Les appellations d’Anjou étaient logées à la même enseigne que les AOC Vouvray ou Montlouis et pouvaient produire des vins des deux types.

Jusqu’à ce qu’un fonctionnaire zélé juge illisible pour le consommateur d’avoir une seule AOC pour des niveaux de sucre différent. Donc les AOC Chaume, ¼ de Chaume, Bonnezeaux et coteaux du Layon ont basculé en moelleux. Anjou et Savennières en sec.

La demande s’effrite pour les vins liquoreux, le réchauffement climatique rend plus rare les brumes automnales. Les prestigieux terrains de Bonnezeaux ou Quart de Chaume ont de moins en moins souvent les degrés nécessaires pour produire des liquoreux. Deux possibilités : soit on chaptalise pour produire des moelleux, soit on fait de l’Anjou sec : l’AOC régionale. Des solutions assez peu satisfaisantes.

Devant le refus de l’INAO d’avoir des doubles AOC sec/liquoreux, une soixantaine de vignerons est donc parti avec l’idée de créer des sortes de premiers crus pour les Anjous blancs secs : noble démarche mais qui ne plait pas à tout le monde (seules les appellations communales disposent de premier cru ; pas les régionales) Foin, les vignerons tentent leur coup. La 1ere étape : identifier des parcelles : Ronceray, Zerzilles, Bonne Blanche…  (par exemple : un quart de Chaume sec s’appelle Ronceray). Une aventure collective se met en place et qui rassemble, chose n’est pas si fréquente, d’excellents vigneron, vignerons plus traditionnels et négoce (Château de Fesles propriété des Grands Chais de France /Lacheteau).

Patrick Beaudoin nous rappelle aussi que les recherches ADN ont abouties concernant le cépage Chenin et que le père du chenin serait le Savagnin (ou traminer) et la mère le Frioulano (ou Sauvignonasse)… ce que j’ignorais. Et ce qui confirme que les cépages du Val de Loire sont des voyageurs.

Globalement les vins goûtés de l’AOC Anjou Blanc goûtés ce soir sont d’un très bon niveau. Le prix s’en ressentent.

Dégustation en aveugle.

Anjou blanc, Domaine Ogereau, les Bonnes Blanches 2020
Nez encore un peu fermé sur des notes de fruit et de chêne.la bouche est grasse, précise avec de puissants amers et un élégant caractère acidulé. Un beau vin en devenir. On commence très fort. Très Bien + (12 points)

Anjou blanc, Domaine des Terres Blanches, 2020
Nez de poire, de planche grillée, la bouche est ronde, large doté d’une fine amertume, d’une acidité en retrait et avec un caractère oxydatif plus marqué. Bien ++/Très Bien (1 point)

Anjou blanc, Domaine Pierre Ménard, Clos des Mailles 2020
Nez très expressif de menthe, d’anis, de poire. Notes végétales de feuilles. C’est un vin vif moins mur que d’autres vins. C’est un choix qui se respecte. En revanche, j’ai une impression de léger phénol qui rend l’expression moins précise. Bien++ (2 points)

 Anjou blanc, Domaine des Deux Vallées, Clos de la Casse 2018
Nez classique poire-chêne, bouche chaude (2018 !), crémeux, charnu, modérément amer, modérément vif. Intéressant mais pas d’une complexité folle. Le 2017 du domaine était meilleur. C’est toutefois un bon exemple qu’il existe encore de bons rapport qualité-prix en Anjou ( il coûte un tiers du prix des autres vins)… mais il faut faire l’impasse sur le bio… Bien ++ (5 points)

Anjou blanc, Domaine Bablut, Petit Princé 2017
Grillé, poire tapée, coing. Un vin très expressif aromatiquement. La bouche est grasse, avec une belle épaisseur, très gourmand tout en restant assez délicat. Un vin précis. Très Bien (1 point)

Anjou blanc, Domaine de la Bergerie, Zerzilles 2017
Nez encore un peu fermé sur la barrique, bouche très intense, concentrée, épaisse, puissants amers, acidulé, rétro sur des arômes de barrique assez élégants. Très Bien +/Très Bien ++ (7 points)

Anjou blanc, Domaine Patrick Baudoin, Le Cornillard 2017
Un bel équilibre juteux, acidulé, vif. Un caractère plus incisif, plus tendu. Un bel équilibre mais parallèlement un peu moins concentré que le vin qui a précédé. Très Bien + (5 points).

Anjou blanc, Domaine des Grandes Vignes, La Varennes de Combre, 2016
Nez lacté, oxydatif, bouche onctueuse, amers puissants, vif, voire très vif. Rétro très oxydative (noix) Bien ++ (12 points)

Anjou blanc, Château Pierre Bise, Hauts de la Garde 2015
Nez expressif, très large en bouche (reste-t-il un peu de sucre ?), nerveux, un bel équilibre à maturité. Très Bien + (15 points)

Anjou blanc, Domaine de Juchepie, le Clos, 2014
Nez intense de poire, d’épice et de poivre. En bouche des amers puissants structurent la bouche et apportent beaucoup de complexité. Un grand vin de gastronomie. Très Bien ++/Excellent (16 points – vainqueur du collectif ce soir… ce qui n’est pas une surprise pour moi).

La soirée s’est finie autour de trois vins de Patrick Baudoin hors dégustation en aveugle. L’Anjou blanc Ronceray 2019 que nous avons goûté était assez remarquable. Epicé, pomelos, dense, nerveux, concentré. Remarquable (TB++). Nous avons terminé autour de deux liquoreux somptueux.