Compte-rendu de séance Terrasses du Larzac du 14 mars 2024

Séance Terrasses du Larzac

Franchement, je n’attendais rien de cette dégustation. Trop de vins hors de prix et déviants ont été dégusté sur cette appellation dans diverses séances. C’était sans compter l’excellente sélection d’Olivier Le Reste, notre animateur de ce soir.

Les Terrasses du Larzac, c’est 668 hectares de vignes sur trois types de terrain différents. Calcaires durs, dépôts alluviaux du quaternaire et terres rouges de grès chargé en fer.

On a là, un peu à l’instar de Cairanne ou Rasteau, des vins qui ne recherchent pas la barrique et jouent avec des contenants variés pour faire ressortir du fruit sur des structures et des volumes intéressante.

Au final, à mon sens, au moins trois vins remarquables, l’un connu, naturellement Montcalmès mais deux autres que j’ignorais : Barthassade qui signe un vin « Ouvrées 2020 » très élégant avec un tanin joliment travaillé par un élevage long dans des contenants divers (demi-muids, barrique, œuf béton). Vraisemblablement, un très beau travail d’assemblage. Et puis aussi un Clos Constantin Euziéra. Ici aussi, sans doute un très beau travail d’assemblage de vins élevés en cuve béton avec un petit bout de carbo de Carignan qui doit apporter ce fruit très frais sur une structure chocolatée de Grenache. Des choix de vinifs assez malins et soignés.

Dégustation et notes en aveugle.

Commentaire expressNotation personnelleNotation collective
Terrasses du Larzac, Alerte rouge Le clos rouge 2020Frais, fruité, garrigue, rond, léger CO², tanin assez structuré, rétro olfaction prune séchéeBien ++2 point
Terrasses du Larzac, Domaine Jonquières Lansade 2021Ouvert, fruité, « jeune Languedoc », assez intense, floral, abricot, bouche assez dense, tanin travaillé, fine acidité, bel équilibre, facile à boire. Rétro assez longue.Très Bien +14 points
Terrasses du Larzac, Cave coopérative de Montpeyroux, Castelbarry, les Raisins d’y croire 2019Fruité, légèrement anilmal (suint). Bouche ample large, épaisse, tanin marqué, structuré. A garder encore 2-3 ansTrès Bien3 points
Terrasses du Larzac, Clos Constantin, Euziéra 2022Très fruité, très gourmand, très ouvert, confiture mais aussi fruits frais, salade de frutis rouges. Bouche très gourmande (sucre ?) joli tanin, bien équilibré, légèrement acidulé, frais. Joli.Très Bien++16 points (vainqueur)
Terrasses du Larzac, Domaine du Pas de l’Escalette, Les Clapas 2021Grillé, réducteur, cassis, équilibre traditionnel, tanin serré, très marqué par la Syrah. De garde (5-6 ans), assez long.Très Bien0 point
Terrasses du Larzac, Mas des Brousses 2021Nez un peu boisé, café, brulé, structure plus amère, tanin un peu séchant, peu d’acidité.Bien11 points
Terrasses du Larzac, Domaine de la Seranne, Le Clos des Immortelles 2020Fruit cuit, pruneau, assez ouvert, bouche assez chaude, ronde, caractère un peu roussillonais, charnuTrès Bien12 points
Terrasses du Larzac, Clos de la Barthassade, Les Ouvrées 2020De nouveau un nez ouvert et fruité, bouche charnue, digeste, un vin très large, un vin large, bien fait, harmonieux, très beau tanin, très poudreux, légère acidité, longueur aromatique.Très Bien + / Très bien ++15 points
Terrasses du Larzac, Mas de la Serrane, Antonin et Louise, 2020Léger boisé vanillé, café, tanin assez fin, légère acidité, léger amer.Bien +13 points
Terrasses du Larzac, Domaine Montcalmès, 2019Assez floral, fruité, bouche fraîche, belle sensation de matière épaisse en bouche (boule). Onctueux. Superbe volume.Très Bien ++15 points.

Compte rendu de séance du 13 février 2024 : moelleux du pays nantais.

Un nombre assez important de vignerons du pays nantais ont une petite douceur qui finit les dégustations des portes ouvertes. Tout le monde n’en n’a pas mais parmi les vignerons qui font un peu de vente directe auprès des particuliers, ils sont nombreux à considérer qu’il est important de proposer une « gamme » de vins différents pour faire plaisir au plus grand nombre. Les cuvées à plus de 100g de résiduel ne sont pas des cuvées pas très rentables (voire certainement vendues à perte pour certaines bouteilles – vu la densité en sucre du Délice d’Automne de Baron, vendu à 8€, pas sûr qu’il gagne sa vie sur cette cuvée…). Vendues entre 6 et 12 euros, certaines cuvées nécessitent un gros travail de tri à la main.

Alors forcément, nous ne sommes pas dans une région idéale pour faire des moelleux. Ils dépassent rarement les 60g de sucre résiduel par litre ; (c’est aussi la mode des demi-secs apéritifs) souvent, ils ne sont pas faits tous les ans. Toutefois, quelques vignerons ont tenté une cuvée ambitieuse en misant sur le bon millésime.

Le plus souvent (on va dire 2 vins sur 3), c’est du melon de bourgogne qui est utilisé pour faire du moelleux, mais on peut retrouver l’inévitable pinot gris, le sauvignon gris, et des cépages plus exotiques (Gros Manseng…). Les vins les plus intéressant étaient plutôt issus de Melon.

Je pense qu’on doit être les premiers à faire une série de 15 moelleux du Pays nantais… les vins sont en vins de France comme il n’existe pas l’appellation possible pour ces vins – L’identification du millésime n’est pas toujours possible. Dégustation aveugle dans un ordre aléatoire sauf le cépage. On notera une certaine velléité de nos vignerons de proposer des noms de cuvée qui allient le kitsch et le jeu de mot d’enseigne de coiffure.

1ere série : vins issus du cépage melon B (voire de Folle blanche)

Commentaire expressNotation personnelleNotation collective
Famille Lebas, L’Oubli 2022Pêche blanche, amylique, doux. SimpleBien1 point
Sauvion, Douce SurpriseNez assez typique du cépage, vagétal, fenouil. Pas mal de sucre (60g SR?). Pointe de vivacité. IntéressantBien ++5 points
Jardin d’Edouard, ElixirNez de vanille, abricot, fruit mur, très cuit. Amers marqués. Notes de tisane en rétroTrès Bien2 points
Domaine Forgeau, Jouy SensTypique du cépage, anisé, nez très « Gorges » ais-je écrit en aveugle (je n’étais pas très loin…). Bouche très sucrée, un peu pâteuse, peu d’acidité. Amers assez puissants.Bien++1 point
Domaine Jean-François Baron, Délice d’Automne 2018Nez très passerillé, ça sent le sucre de loin. (100 ? 120 ? plus ?) Exotique, abricot mur, pêche, Bouche dense, assez amer pas une grosse longueur mais une pointe de vivacité. Fumé en finale. Ambitieux.Très Bien +7 points – vainqueur.
Roger et Fabrice Gautreau, Cuvée ThéoPeu aromatique, assez typé muscadet, très sucré mais assez vite sur des notes oxydatives bretonnes (Chouchen, hydromel, pomme cuite), un peu court, gros amers, un peu lourd.Bien +6 points
Domaine Ménard Gaborit, Ambroisie Vendange d’Automne 2020Nez très passerillé, évolué, fruit confit, vanille, miel, très sucré, très ambitieux malheureusement, la dégustation est dérangée par le perlant d’un léger redémarrage de fermentation. Dommage car le produit impressionne par sa densité et sa fraicheur – la seconde bouteille semblait un peu différente.Très Bien5 points
Jean-Yves Sécher, La Ferté, Délice 2011Nez plus « léger », plus « jeune », bouche très sucrée, jeune. Equilibre plus simple sur un « sucré pâteux » moins élégantBien ++6 points
Michel Luneau et Fils, LuminescenceNez légèrement végétal pas très net (moisi / GMT). Assez légerMoyen0 points
Domaine Martin-Luneau, Sève d’AutomneCaramélisé, onctueux, un peu pâteux, un peu court. Simple. Amer notable.Bien ++3 points

2e série : vins issus d’autres cépages

Commentaire expressNotation personnelleNotation collective
Poiron-Dabin, Ty Plus 2022 (Gros Manseng)Nez très aromatique (mandarine mure), demi-sec, très vif. Assez typique du cépage. Simple mais bien fait.Bien +4 point
Raphaël Luneau, RoxanneCassis, pamplemousse, thiolé, demi doux, simple, marqué par le Sauvignon, buis en finale, finale acideBien0 points
Bruno Cormerais, Elegance 2022Nez peu expressif, , cierge, demi-sec, gaz résiduel, un peu d’aciditéBien1 point
Jean Luc Viaud, AutomnalitéRobe rosée (petite macération des pinot gris et sauvignon gris ?), fruit mur / fruit cuit, belle épaisseur en bouche, beaux amers. Intéressant.Bien++/Très Bien5 points
Anthony Amiant, Tendre’S, Pinot grisBouche légèrement végétale, bourgeon de cassis, bouche demi-douceBien2 points

Compte rendu de séance : assemblages et complantation en Alsace du 14 décembre 2023

Séance Complantations, Edelzwicker, Gentil et assemblages en Alsace

Séance « Mélange » en Alsace assez intéressante ou les choix de cépages à forte typicité variétale influent sur des équilibres de vins très variés. Un mélange est compliqué à comparer à un autre.

Indéniablement, malgré des prises de positions scientifiquement assez contestables, les équilibres des vins de complantations de Jean-Michel Deiss nous ont séduit. Sans trop de surprise, le vin du domaine Weinbach a été appréciés. Le Domaine Jean-Paul Schmitt signe le plus beau rapport qualité/prix de la soirée.

Alsace, Domaine Kientzler, A Bout de Soufre 2022
Fruité, abricot, souple, facile, arrière bouche avec quelques notes phénolées un peu désagréables. Moyen/Bien (6 points)

Alsace, Domaine Frederic Mochel Edelzwicker NM
Fruité, gourmand, rond, un peu léger mais agréable Bien + (6 points)

Alsace, Domaine Weinbach, Les Vignes du Prêcheur 2022
Floral, gras, onctueux, leger perlant. Bien structuré. Très Bien (13 points)

Alsace, Domaine Jean-Paul Schmitt, Rittersberg ZEN 2020
Bergamote, vanillé rond, mur, vif, assez long. Très Bien (13 points)

Alsace, Domaine Bott-Geyl, Point Cardinaux Métiss 2020
Fruité, terpénique, un peu court en bouche, acidulé, mais persistant aromatiquement. Bien++/ Très bien (3 points)

Alsace, Domaine Sylvie Spielmann, Gypse 2018
Couleur légèrement rosée. Bouche très structurée, gras (malo ?), solaire, un peu sucré. Bien ++ (5 points)

Alsace, Marc Kreydenweiss, Fontaine aux enfants 2017
Oxydatif, blet, vif. Moyen (0 points)

Alsace, Domaine Rieflé, l’Arabesque 2018
fruité, amande, abricot, colle blanche, litchi/Rose. Un peu mince en finale. Bien++ (5 points)

Alsace, Domaine Marcel Deiss, Rotenberg 2018
Pèche au sirop, orange séchée. Nez original et expressif. Bouche onctueuse, légèrement moelleuse. Pas très long. Bien ++ (8 points)

Alsace, Domaine Jean-Baptiste Adam, KAEFFERKOPF “LE GRAND K” 2018
Terpénique, moelleux. Equilibre sucré/amer. Bien + (3 points)

Alsace, Domaine Marcel Deiss, Huebuhl 2018
Nez rôti, coing, gras et sucré. Toucher de bouche très délicat. Bel équilibre. Très Bien + (13 points)

Compte-rendu de dégustation : le projet de DGC Vallet en Muscadet de Sèvre et Maine du 28 novembre 2023

Le projet de dénomination géographique complémentaire Muscadet de Sèvre et Maine – Vallet

La commune de Vallet est composée d’un territoire de 1500 hectares. C’est le vignoble le plus éloigné de Nantes. ce qui signifie que le territoire subit nettement moins la régulation liée à l’océan et davantage de variation de température que sur le reste du vignoble. Il fait par ailleurs un peu plus frais sur ce territoire, la pluviométrie est tendanciellement plus importante au printemps et la vigne y est, de façon générale, plus tardive. De ce fait les vignerons tendent à sélectionner les parcelles les plus précoces pour mettre en place une démarche Dénomination Géographique Complémentaire.

Vallet constitue aussi la partie la plus élevée du vignoble avec une moyenne de 80 M de hauteur presque 100 M au point culminant. Le paysage est composé de buttes aux sommets aplatis et de vallées étroites qui en font une singularité. La géologie de la zone Valet offre un choix assez varié de dérivés granitiques, de micaschistes ou d’amphibolites. Si le terrain est d’une nature tendanciellement limoneuse, à chaque passage d’un cours d’eau, l’érosion a rendu effleurant le socle de micaschiste.

Historiquement, Vallet est constitué d’un vignoble de masse doté de nombreuses maisons de négoce. Antérieurement pourtant on peut supposer qu’avec l’éloignement de Vallet de Nantes il fallait produire des vins d’une qualité supérieure pour pouvoir les vendre.

Vallet est une des plus grandes communes viticoles de France. Elle a mis en place le premier syndicat viticole du vignoble et la première et plus célèbre foire cantonale (Expo Vall) où est remise chaque année la récompense de la Pipette d’Or. La maison du Muscadet mise en place en 1973. Dès 1996 Vallet e se proclame pompeusement capitale du Muscadet.

La démarche de dénomination géographique complémentaire s’appuie sur 15 à 20 vigneron sur les 40 présents sur le territoire. C’est un groupe humain actif et solidaires qui a décidé d’un cahier des charges comprenant 17 à 18 mois d’élevage (plutôt 48 dans la réalité) et de la recherche d’une maturité moyenne de la vendange pour la recherche de la fraîcheur. Le rendement de base est le même que pour les autres crus du Muscadet (45hl/ha) : ce qui est un rendement assez exceptionnel pour une production de vin blanc sec dans le monde.

Ma découverte personnelle est le Domaine des Roches Blanches, sis à proximité de la route de Nantes à Cholet qui signe un superbe cru Vallet sur le millésime 2018.

Merci à Stéphane Orieux de nous avoir accompagné dans cette dégustation en aveugle.

 
Commentaire express
Notation personnelleNotation collective
Muscadet de Sèvre et Maine domaine l’Echasserie, Les petites Creuzettes, Vallet 2020Nez frais  assez végétal Fougères vif très tendu amer marquéBien + / Bien ++0 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Goislot Papin, Vallet 2019Mur franc fruits jaunes, assez gras mur amer puissant. intéressant  Très Bien +5 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Allard-Brangeon, Clos du Chaillou 2018Robe claire, nez très goulainais, fruits jaunes, anis, exotique. Bouche grasse, peu d’amer, un peu court, épais, puissant.Très Bien9 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Château de la Ragotière, Vallet 2018Nez assez original (fraise ?) légèrement végétal, gras, très enrobant : très épais, équilibré par un fin acidulé.Très Bien +/Très Bien ++5 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Jean-Yves Bretaudeau, Vallet 2018Fermé, reducteur, bouche large, grasse, un peu courte, amer +Bien3 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Château du Cleray, Vallet 2018Reducteur, menthe, frais, gras, rétro aromatique, fruitée. Fraise, Elégant.Très Bien +6 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine des Tilleuls, Vallet 2018Fermé, très réduit, vif, un peu brouillon.Moyen/Bien3 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine de la Roche Blanche, Vallet 2018Blédine, fruité, feuilles, épais, beaux amers, acidulé, frais, très joli vinTrès Bien ++6 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Stéphane Orieux, Vallet 2017Réduit, fruité, volume intéressant, fraise, pas très long, plus léger après les 2018… assez vif, amer +Bien ++/Très Bien3 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine du Moulin, Vallet 2015Nez très évolué, lierre, colle, amande, oxydé. Problème sur ce vinMoyen0 points
Muscadet de Sèvre et Maine, Alain Olivier, Vallet 2014Lierre, végétal, bouche assez vive, pas très charnue. Pas le volume attendu sur ce millésimeBien+1 point
Muscadet de Sèvre et Maine, Château de la Ferté, Jérôme Sécher 2014Nez très mur, mangue cuite, fruit confit, charnu en bouche. Gourmand… ça goûte plutôt bien. Dans un style mur.Très Bien3 point.

Les 23-24 mars : 11e édition du salon des Vertivinies.

C’est enfin la dernière ligne droite : les 23-24 mars prochains se tiendront la 11e édition du salon des vins des Vertivnies.

Les Vertivinies, c’est un salon particulier puisque c’est un salon ou les organisateurs sélectionnent collégialement les vignerons participants sur des critères organoleptiques. Nous allons chercher et nous tentons de convaincre les vignerons qui nous plaisent de participer au salon.

Les amateurs apprécieront que cette année, nous avons hameçonné un très beau domaine de Chablis qui nous plaît beaucoup : le Domaine Pommier. Nous avons aussi sollicité deux jeunes et talentueux domaines languedociens et roussillonnais : Mas d’Agalis et Domaine de la Part des Anges, mais aussi un brasseur gastronomique goulainais (Deux Béliers) et un nouveau domaine en Muscadet (domaine du Bourgeais) qui complèteront les nouveautés.

A quoi faut-il s’attendre lors de cette édition ?

Nouveauté 1 : Nouveaux horaires – le salon ouvre ses portes à 11h le samedi au lieu de 14h. C’est un bon moyen pour éviter la cohue du samedi après-midi.

Nouveauté 2 : Nouveau food-truck avec la présence de la Retz Galade pour une restauration de crèpes et galettes.

Nouveauté 3 : Le château de la Frémoire est en travaux ce qui limite la place en extérieur donc :

  • Pas de barnum : on retrouve la configuration de l’an dernier sur les deux salles du pressoir et de dégustation.
  • Pensez à covoiturer : nous devrions réussir à garer environ 70 voitures (c’est déjà pas mal) et en cas de saturation, nous organiserons des navettes vers les parkings les plus proches.
  • On limite les animations : mais pour nous faire pardonner, on vous invite à déguster gracieusement quelques huîtres le dimanche entre 10h et 11h avec nous.

Informations pratiques

Le salon se déroulera au Château de la Frémoire situé à Vertou dans l’agglomération Nantaise (44).

Horaire  : Samedi 23 mars 2024 de 11h à 20h Et dimanche 24 mars 2024 de 10h à 18h.
Tarifs : 
Entrée + verre offert = 5€

Plus d’infos sur www.vertivinies.fr

Compte-rendu de dégustation : Bourgogne Hautes-Côtes-de-Nuits du 19 octobre 2023

Les côtes de Nuits et de Beaune de Bourgogne étant rendue inaccessibles au commun des mortels par des jeux de spéculations divers, le quidam, amateur de Bourgogne se voit repousser au Nord, à l’Ouest et au Sud de la prestigieuse côte.

Cap à l’Ouest de la côte aujourd’hui avec une séance dédiée à l’AOC Bourgogne Haute-Côtes de Nuits. Un territoire si proche de la côte et pourtant si différente. L’altitude, l’exposition, la présence de lieux d’accumulation d’air froid et de brouillard, l’influence de la couverture forestière, les côtes de nuits sont un vignoble nettement plus frais et plus tardif que la côte (une semaine de retard à la vendange… quand même).

Doté du même rendement de base que l’AOC régionale (60 et 66hl/ha pour les rouges et les blancs ) mais avec une densité de plantation nettement plus faible (VHL donc 4000hl/ha), l’appellation fait un peu peur sur le papier. Et le fait est que, pour des prix compris entre 17 et 38€ la bouteille, ce qui commence à cogner, l’AOC n’offre aucune garantie de d’homogénéité des produits. De l’aigrelet au très bon en fonction des vignerons.  

Encore une fois, comme un peu partout en France, le maudit millésime 2021 ressort assez négativement chez l’ensemble des dégustateurs même si j’ai trouvé des personnalités quand même assez intéressantes.

Dégustation en aveugle comme d’habitude. Chaque dégustateur a un capital de 3 points à distribuer aux trois vins préférés.

Commentaire expressNotation personnelleNotation collective
Domaine Philippe Gavignet
Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits blanc La Montagne – 2021
Leger grillé, bouche assez fruitée, exotique, pas une très grosse matière mais agréable.Bien ++10 points
Domaine Alain Jeanniard
Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits blanc 2020
Grillé-réducteur, élevage un peu plus appuyé. Un vin assez droit, fin, tendu.Bien ++/très Bien8 points
Domaine des Chambris
Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits 2022
Cerise, romarin, nez et bouche un peu verte. Bouche un peu raide, maigre, griotte, acide, tanin vert.Moyen +0 points
Domaine Aegerter Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits
Les petites Corvées 2022
Joli nez bouguignon, cerise, épices. Bouche douce, flatteuse, oncuteuse, bois brulé. Tanin un peu sec. Amer perceptible. Acidité un peu dissociée Flatteur au départ mais un peu écœurant au 2e verre. Un peu dissocié.Bien +1 point
Domaine Chevillon-Chezeaux Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits – 2021Nez un peu animal. Réducteur, bouche souple, simple, très vive. Franchement un soucis de maturitéMoyen2 points
Domaine Emmanuel Giboulot Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits “En Grégoire” – 2021Nez de prune confite, pruneau, confiture, tanin assez concentré, assez dense, plutôt compact. Long en bouche… pas du tout la même maturité que le précédent vin.. ;Très Bien2 points
Domaine Naudin Ferrand Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits – 2021Nez plus grillé, bouche acidulée, tendu, belle longueur ; assez élégant sans être très dense…Très Bien +2 points
Domaine Hoffmann-Jayer Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits – 2020Robe foncée, nez peu expressif, floral, un peu réducteur. Dense en bouche, mur, onctueux, un peu cuit/mur. Finale assez longue sur des notes de fruits macérés. Alcool+Très Bien19 points
Domaine David Duband, Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits,  Louis Auguste – 2020Aromatique, fruité et floral assez traditionnel. Bouche élégante, assez ronde. Pas très long assez chaud mais juteux et belle allonge. Devrait se garder.Très Bien +6 points
Domaine Mongeard-Mugneret,
Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits, Les Dames Huguette 2020
Fruits, rose, pinote, bois bien intégré, épices, mur, extrait, juteux. Un peu de volatile. Un vin un peu sur le fil mais intéressant.Très Bien21 points
Domaine Thibault Liger-Belair,
Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits, Le Clos du Prieuré 2019
Fin, précis, pot pourri, fuité/floral. Bouche nette, précise, belle allonge, rond, fin, assez chaud.Très Bien ++20 points

Compte-rendu de séance du du 03/10/2023 : le millésime 2016 en Muscadet

2016 est un millésime symptomatique du démarrage des effets du réchauffement climatique sur le vignoble nantais.  2016 inaugure le cycle des années gélives avec 60% du vignoble touché. Un malheur ne venant jamais seul, le vignoble a subi une grosse pression mildiou au printemps ; pression qui pénalise toujours un peu plus les bios.

C’était aussi un millésime chaud, sec à très sec en fin d’été. Le stress hydrique excessif va bloquer les maturités qui vont redémarrer avec les pluies autour du 13 septembre. Le ban des vendanges est déclaré le 15 septembre, ce qui en fait une année particulièrement tardive.

Résultat, le millésime a produit une moyenne de 30hl/ha. C’est peu. Rarement les acidités maliques ont été aussi faibles. Compensées toutefois par un peu d’acidité tartrique. Les premiers vins goûtés montraient un millésime ouvert, charmeur surtout pour ceux qui n’ont pas eu trop de soucis de gel (Gorges, Mouzillon…). Qu’en est-il à maturité 7 ans plus tard ?

Globalement, les vins sont bons malgré les aléas climatiques. A condition de ne pas avoir ramassé trop tard quand même : l’acidité était précieuse. L’acidité tartrique se fait très acidulée en bouche dans le contexte de faiblesse de l’acidité malique (plus dure). C’est assez élégant. Parfois on a l’impression que certains vins ont fait leur malo. Habitués des hauts de classements, les Frères Paquereau de Clisson remportent la timbale ce soir mais de peu devant d’autres habitués (Ragotière, Landron). Bingo pour le Gorges de Martin-Luneau également. Les bonnes surprises viennent de Bernard Chatelier, de Gérard Vinet et de Jubilation Le Pallet qui a enfin fondu un peu son bois après 7 ans de patience.

Dégustation en aveugle comme d’habitude mais vins plus ou moins classés par terroir.


 
Commentaire expressNotation personnelleNotation collective
Muscadet de Sèvre et Maine sur lie, Domaine Olivier Beaumard, Cuvée un terroir, Expression 2016Nez intéressant, légèrement houblonné, peu d’acidité, mur, amers puissants. Sudiste. Evoque une bière sans bulle.Bien +0 points
Muscadet de Sèvre et Maine sur lie, Domaine Stephane Orieux Clos de la Coudray 2016  Réduction grillée à la « Coche-Dury », salinité très intense, acidulé, tendu, long.Très Bien2 points 
Muscadet de Sèvre et Maine-Clisson Domaine Chatelier 2016  Légère réduction encore, puis expressif, fruité, orange cuite, pêche, mur, gras, ample, acidulé. Légère note un peu poussiéreuse.Bien ++4 points 
Muscadet de Sèvre et Maine-Clisson, Laurent Perraud 2016  Encore légère rédoc, mur, chaud, caramel, amers puissants, astringent, pas d’acidité… « grenache blanc »Bien+0 points 
Muscadet de Sèvre et Maine-Clisson, Domaine de L’Epinay (Frères Paquereau) 2016  Fruits blancs, ananas, ample, large, épais, pointe de vivacité, long. Bel ensemble homogène.Très Bien ++6 points 
Muscadet de Sèvre et Maine Domaine Bruno Cormerais, Maxime 2016  Moins aromatique, citron cuit, moins de matière que Paquereau mais acidulé, sensation d’élevage en barrique. Bon équilibre toutefois.Très Bien +1 point 
Muscadet de Sèvre et Maine Domaine Gérard Vinet, Clos de la Houssaie 2016  Nez très intense d’ananas Victoria, peu d’acidité mais très finement acidulé pas très long mais plaisant.Très Bien / Très Bien +2 points 
Muscadet Sèvre et Maine Domaine de la Louvetrie (Jo Landron) Fief du Breil 2016  Peu aromatique, léger gaz carbonique résiduel, amers puissants, légèrement aciduléBien ++4 points 
Muscadet Sèvre et Maine, Château de la Ragotière Vallet 2016  Nez assez ouvert, pierreux, équilibre légèrement oxydatif, bouche délicate, douce, acidulé, amers notables. ElégantTrès Bien / très Bien +4 points 
Muscadet Sèvre et Maine Le Pallet, Vignerons du Pallet, Jubilation 2016  Nez aromatique, ouvert, très vanillé, bouche très ample, très grasse, très acidulé. Pas mal.Très Bien4 points 
Muscadet Sèvre et Maine Goulaine, Bonnet-Huteau 2016  Un peu réduit, peu expressif, sensation sucrée, acidulée.Bien ++3 points 
Muscadet Sèvre et Maine , Mouzillon-Tillières Dominique Hardy 2016  Fruit cuit, confit, pas très net au nez. Bouche facile, gourmande.Bien ++0 points 
Muscadet Sèvre et Maine -Gorges, Domaine Martin Luneau 2016Peu aromatique mais juteux, bouche vive, nerveuse, onctueuse, tendue. Très plaisant.Très Bien++3 points 
     

Compte-rendu de séance : Côte Roannaises du 8 juin 2023.

A part les domaines des Pothiers et Sérol ultra-diffusés par tous les cavistes, il est très difficile de trouver des Côtes Roannaises diffusées sur le marché. Immense merci à notre adhérent Jean-Pierre qui a sillonné les domaines de côtes roannaises pour glaner des bouteilles par-ci par-là au gré des déplacements professionnels (merci à son employeur également).

Les Côtes Roannaises sont une appellation qui s’est donné les moyens de la qualité : une réhabilitation des coteaux, 50% du vignoble biologique, un rendement de base à 55hl/ha, là ou les grands villages du Beaujolais (Morgon, Fleurie…) plafonne à 58hl/ha…

On ne va pas se mentir, comme de nombreuses séances de dégustation ces dernières années, les vins du millésime 2021 sont très mal ressortis dans la dégustation. Mais malgré cela, on a la sensation d’une appellation pas très homogène entre de l’excellent et du très moyen. Quoiqu’il en soit, on a eu du plaisir et des jolies découvertes et pas que sur les domaines mainstream… comme quoi il ne faut pas toujours croire les cavistes :o)

Fonctionnement habituel : dégustation en aveugle, notation personnelle, puis notation collective.

Domaine des Pothiers : Vin de France, La Colline en Flamme 2021Chardonnay classique, à la fois mur et vif. Peu complexe.Bien5 points 
Côte Roannaise, Domaine de la Paroisse, Coup de Coeur 2022Poivre, vanille, attaque assez ronde, vive, souple mais assez structuré. Amer + (barrique ?)Bien4 points 
Côte Roannaise, N°6 Domaine Des Pothiers 2021Très réduit, allumette, attaque crémeuse, assez dense, amers et vivacité +, un peu déséquilibré à ce jour (effet saccadé)Bien +0 points 
Côte Roannaise Château de Champagny Tradition 2020Fruité, poivre, champignon blanc, simple, assez droit. Sans prétentions mais aboutit.Bien ++13 points 
Côtes Roannaises Domaine Desormière, Bouthéran 2020Nez très intéressant, cosmétique, poivre, poudre de riz, bouche mure, dense, précise, tanin serré, finement acidulé, finale fraise macérée. A 8,20€ au domaine, c’est une excellente affaireTrès Bien ++16 points 
Côtes Roannaises, Domaine de Champagny Grande réserve 2022Acétate d’isoamyle, banane, tagada, fraise-poivre, tanin sec, accrocheur.Moyen/Bien0 points 
Côtes Roannaise Domaine de la Rochette « La Combe » 2021Barrique, vanille, tanin de bois, pas une grosse maturité, vif… un vin compliqué.Moyen0 points 
Côtes Roannaises Domaine de la Rochette, Rimoz 2021Aromatique peu intense, fermé, barrique mais de la structure et de la rondeur en bouche, tanin assez bien polis, grosse vivacité. Devrait bien se garder.Très bien4 points 
Côtes Roannaises, Domaine des Pothiers – Clos du Puy – 2021      Réduit, nature, poivre, bouche souple, sparadrap (bret) tanin un peu vert, amer+, pourtant un vin avec une bonne structure, de l’acidité. Manque de netteté.Bien+6 points 
Côtes Roannaises, Reniteo – Liger Le Fleuve 2021Gouache, acescent, colle scotch, matière honnête, grosse volatile. DifficileMoyen1 point 
Côtes Roannaises, Domaine Serol, La Perdrizière 2020Chocolat, tarte aux fraises ; fraise-rhubarbe. Bouche très dense, très intense, tanin très fin, très compact. Addictif. TerribleExcellent12 points 
Côtes Roannaises Domaine de la Rochette, Rimoz 2018Nez peu aromatique, « grenache », bouche ronde, onctueuse, acidulée. GourmandTrès Bien+16 points 
     

Compte rendu de séance : Saint Emilion GC du 6 avril 2023

Avec 5 500 hectares de vignes, St Emilion est une AOC qui “pèse dans le game” comme disent les jeunes… St Emilion c’est grand. Et comme dans tout ce qui est grand, on y trouve un peu de tout. Du prestigieux, du satisfaisant, du médiocre. L’appellation ne se limite pas hélas  aux coteaux et aux plateaux, elle s’étale aussi dans les contrebas près de la Dordogne et approvisionne les cuvées “4 achetées, 2 gratuites” des foires aux vins de supermarché.

De la même façon que pour la séance Sancerre, on s’est posé la question  qu’est-ce qu’on a pour 15-25€ à St Emillion aujourd’hui ? Trouve-t-on la saisfaction ? le plaisir ?

J’avoue avoir eu un petit coup de coeur pour Laplagnotte Bellevue 2019 et Laroze 2020. Le très joli second vin de Canon, Croix Canon (un peu hors budget, il faut l’avouer) remporte la palme du collectif ce soir.

Saint Emilion Grand Cru, Château Croque-Michotte 2017 Nez grillé, bouche assez rustique, assez vive, assez large, boisé marqué, tanin assez serré.Bien ++/Très Bien1 point
Saint Emilion Grand Cru, Château Haut-Veyrac 2014 Nez moins aromatique, vieux bois, structure assez légère, tanin un peu sec.Bien +4 points
Saint Emilion Grand Cru Classé, Château Grand Corbin Despagne 2014 Notes de feuilles mortes, bâton de réglisse, bouche assez pleine, charnue, tanin assez serré, vif, un peu sec, notes de café froid en finale.Très Bien à Très Bien +1 point
Saint Emilion Grand Cru, Château Simard 2020 Caramélisé, vanille, frais, arômes cabernetoïdes marqués (poivron cuit), pas la plus grosse matière mais bouche très mure. Tanin très travaillé, poudreux.Bien++/Très Bien6 points
Saint Emilion Grand Cru Classé, Château Laroze 2020 Café, nez précis, rond, large, mur, épais, belle concentration, frais, vif, tanin précis, bon vin, assez classique sans excès de bois.Très Bien +6 points
Saint Emilion Grand Cru, Clos des Jacobins 2020 Café assez puissant aromatiquement, bouche sucrée qui me dérange un peu, tanin très fin, très poudreux. Vraiment un joli tanin. Dommage que la vanille et la sucrosité de la barrique prenne un peu le dessus. A regoûter plus tard.Très Bien11 points
Saint Emilion Grand Cru, Château Laplagnotte-Bellevue 2019 Nez un peu truffé, charbon, framboise, cassis, bouche souple en attaque mais assez concentré, tanin assez puissant, assez long, pointe de vivacité.Très Bien++8 points
Saint Emilion Grand Cru, Croix Canon 2016 Nez plus camphré, fraise, menthe, plus évolué, forêt noire, cassis. Bouche assez complexe, souple, tanin assez serré, arrondi. Un vin travaillé à bonne maturité.Très Bien/ Très Bien +12 points
Saint Emilion Grand Cru, Petit Mangot 2015 Nez un peu moins net (plastique/brulé) (probléme de bouteille). Beaucoup plus léger (milésime), dilué, tanin rugueux.Bien8 points
Saint Emilion Grand Cru, Château Pailhas 2015 Cuir, réglisse, camphre. Belle matière en bouche, tanin concentré très intense qui « colle aux dents. Un tanin à polir.Très Bien12 points

Contre-rendu de séance : Muscadet et melon « nature » sans soufre ajouté – 28 mars 2023

Vertivin remercie Jacques Carroget de son exposé sur la démarche « Vin Méthode Nature » : une approche qui a le mérite de clarifier une notion non contrôlée aujourd’hui. N’importe qui peut appeler son vin « nature » même le pire des négociants conventionnels qui sulfite à mort un raisin d’origine douteuse. Le label permet de donner un cadre au consommateur. Dommage qu’il soit encore si peu usité.

Voici donc une séance sur des vins de melon de bourgogne sans soufre ajouté. Nous nous sommes fournis à la fois chez des cavistes et chez les vignerons. Les cavistes ont tendance à vendre du «sans soufre ajouté » comme un argument marketing. Les vins sans soufre ont une valorisation financière assez stupéfiante pour des vins théoriquement «instables » (« vivants » comme ils disent). De ce fait ils ont tendance à vendre des « vins sans soufre ajouté » qui ne le sont pas vraiment. Navré si certains vignerons reconnaissent des cuvées dans lesquelles un peu de SO2 ont été rajoutés. Ce n’est pas de notre faute…

La valorisation financière des vins sans soufre est inquiétante. Vu l’effort que réalisent les vignerons qui font des crus parfois communaux du Muscadet avec de très faibles rendements, des élevages longs et parfois une viticulture bio à 10-12€ et retrouver des vins sans soufre instables qui n’ont pas de cahier des charge aussi exigeant, à 20, 30€, cela doit écœurer plus d’un vigneron.

Evidemment, les vins natures ont quasi tous des fermentations malolactiques (l’usage du soufre permet de les bloquer). Nous avons donc des vins moins acides, plus ronds, plus lactés aussi.

Et puis évidemment nous avons des vins instables… les variations de bouteilles ou la période à laquelle les vins sont goûtés, influent beaucoup sur leurs qualités ou leurs défauts. Nos sensations à l’instant T ne reflètent pas les sensations à l’instant Y d’un autre dégustateur sur une autre bouteille.

Comme pour la plupart des vins natures, nous avons environ 2/3 de vins dotés de défauts rédhibitoires. Et 1/3 de vins où on trouve du plaisir avec cette texture en bouche si particulière des vins sans soufre. Quelques vins sont particulièrement bons… mais pas de grosses surprises : ce sont des vignerons déjà connus du circuit (François Ménard, Jean-Baptiste Hardy, Stéphane Orieux). Des vins plus « jurassiens » de vignerons conventionnels (Louise Chereau et Foliette) méritent l’attention. Désolé pour les copains dont les vins ne sont pas très bien ressortis… C’est le jeu ma pauvre Lucette…

Dégustation en aveugle.

 Commentaire expressNotation personnelleNotation collective
Muscadet de Sèvre et Maine sur lie, Domaine des Noés, No Soufre 2020 Peu aromatique, assez finement oxydatif, matière moyenne, amers +, vif, pas très complexeBien +4 points
Vin de France, De Vini (Christophe Bosque), Divin Poison 2020 Puissante réduction, aromatique compliquée, vif, assez légerMoyen0 points
Muscadet de Sèvre et Maine sur Lie, Inspirations par François Ménard, Contre Courant 2021 Aromatique, poire fraiche, léger gaz résiduel, frais précis, assez classique.Très Bien5 points
Muscadet de Sèvre et Maine sur lie, Les Vins de Lavie, Lavie Le Vaurien 2021 Oxydatif, amande, acidulé, léger gaz, plutôt agréable à boire.Bien ++2 points
Vin de France, Pétouin et Enragé, Melon Réducteur, yaourt, limite du tolérable, beaucoup de gaz perlant (fermentation malo en bouteille ?)Moyen +2 points
Muscadet, Vices et Vertus, Louise Chereau, Katharos 2019 Odydatif, assez gras, épais, peu d’aciditéBien6 points
Vin de France, Christophe Bosque, Gabbrodo 2020 Très trouble, trrrès nature, mercaptan, thym, herbes fraîches, gaz carbonique, très acide. CinglantMoyen1 point
Vin de France, Stephane Orieux, Eonios 2020 Réducteur qui part à l’aération, ample, riche, assez riche, onctuosisté « sans soufre »Bien ++/Très Bien4 points
Vin de France, Jocelyn Staderoli, Ma Muse Cadette Pharmaceutique, thérébenthine, vif, pas très gras, légers amersMoyen +/Bien0 points
Vin de France, Domaine de la Foliette, L’insolite n°4 Fortement oxydatif, assez proche du Katharos de Louise Chereau, gras, épais. Agréable mais dans un style où l’éthanal est marqué. Jurassien.Bien +8 point
Vin de France, Domaine des trois toits, Cyrus 2021 Tisane, fortement pétillant, assez simple, acide, un peu dur.Moyen +0 points
Vin de France, Michel Bedouet, Ergo Sum 2020 Très réducteur, très trouble, gras, acidulé, pas mauvais mais spécial…Bien2 point.
Vin de France, Les Arpentis, 2020 Malo très marquée, caramel, oxydatif. Déviant.Moyen0 points
Vin de France, Complemen’Terre, Le Breil 2020 Frais, pharmaceutique, pétillant, présence de brettanomycesMoyen2 points
Muscadet, Domaine des Galloires, La Longère 2021 Mur, café, Un peu chaud, café, pas très épais.Moyen +4 points
Vin de France, Domaine de l’Ecu, Carpe Diem, 2020 Pharmaceutique, sparadrap (Bret), acescent, pourtant bouche intéressante, bonne matière, assez épaisse. Style assez mur.Moyen +2 points
Muscadet, Jérome Bretaudeau, Granit, Clos des Perrières 2020 Nez assez droit, aromatique, bouche épaisse, belle consistance,  maturité qui nous a orienté vers les granits du secteur de Clisson.Bien ++/Très Bien3 Points
Muscadet de Sèvre et Maine sur Lie, Jean-Baptiste Hardy 2020 Belle épaisseur, beaucoup de volume en textureTrès Bien7 points