Compte-rendu : séance Costières de Nîmes.

C’est une appellation qui a finalement une bonne côte auprès des cavistes aujourd’hui… comme le Lubéron ; le Ventoux et toutes ces appellations un peu à cheval entre le Languedoc, le Rhône ou la Provence. Donc dans la dégustation, on va trouver un certain nombre de références de cavistes. Des vins soignés pour la plupart, accessibles jeunes, bons marchés mais qui n’ont pas le supplément d’âme des vins que nous avons déniché un peu plus loin. La première partie de la dégustation ce sont ces vins de cavistes. La seconde partie, ce sont les autres.
Mes commentaires (Moyen, Bien, Très Bien, Excellent, Grand vin) ; la note du collectif (chaque participant a 3 points à attribuer à ses trois préférés).

 

Costières de Nîmes, Château  la Tour de Beraud, 2011
Nez assez discret, aromes fumé-fruité qui m’évoque la macération carbonique. Bouche ronde, carbonique-fruité ; sans aspérités. Bien. (0 points)

Costières de Nîmes, Domaine Cadenette, Siracanta, 2011
Etiquette design, nez encore qui m’évoque la macération carbonique fruité-fumé. Légèrement amylique (bonbon) à l’aération. Des arômes de vanille prédominent un peu en bouche ; des tanins de bois. La rétro très fruité et le caractéristiques précédentes évoquent un vin très “oeno” un poil markété. Un vin facile quoi qu’il en soit. Bien (+). (0 points)

Costières de Nîmes, Château des Tuileries, Syrah 2011
Un vin sur le fruit ; assez gourmand qui offre une jolie concentration, plus d’extraction que les précédents ; des amers structurants. Un très léger sucre à y bien regarder. Oenologiquement ici encore une belle vinification (malgré un tanin un poil rêche).  Bien ++ (2 points)

Costières de Nîmes, Château Paul Blanc, 2010
Nez très expressif (fruité ; cassis, poivre, vanille); en bouche un léger tanin de bois encore une fois. Pas très long en bouche mais encore une fois une vinification propre et soignée. Je l’attendrait une petite année avant de le boire toutefois. Bien + (5 points)

Costières de Nîmes, Mas Carlot, Les Enfants Terribles 2010
Même domaine… ha mais ça c’est un tout autre vin… Joli nez plus discret un peu animal, olive, garrigue, aneth. La bouche est arrondie, enrobante ; le tanin maîtrisé ; la rétro-olfaction racée. Très Bien (8 point) et bon rapport qualité-prix.

Costières de Nîmes, Terre des Chardons, Marginal 2008
Nez très volatile, un peu grec au premier abord (cerise cuite, arnica). La bouche offre un léger gaz carbonique. La bouche est décharnée, oxydée. Espérons qu’il reste marginal en effet… Moyen (0 points)

Costières de Nîmes, Mourgue de Grès,  Terre d’Argence 2005
“Produit de caviste” par excellence. The Costières du caviste parisien. Joli nez de fruits noirs. Nez très profond. La bouche est juteuse ; fine ; le tanin léger mais bien ferme… ça va le caviste parisien ne s’est pas trop planté… Très Bien + à ++ (11 points)

Costières de Nîmes, Château d’Or et de Gueule, Trassegum 2007
Nez fruité, moins profond légèrement animal, thym. Joli jus sur une attaque bien structuré. La bouche est puissante. Les tanins prononcés ; très fermes. Une rétro-olfaction qui évoque une vinification légèrement oxygénée (voire peu protégée) mais un style somme toute assez séduisant.  Très Bien + à ++ (16 points – vainqueur du collectif). Excellent rapport qualité prix.

http://www.fournier-pere-fils.fr/wp/wp-content/uploads/wpsc/product_images/Costi%C3%A8res%20de%20N%C3%AEmes%20TRassegum%20special%20site.jpgCostières de Nîmes, Domaine de Poulvarel, les Agapans 2007
Nez frais qui évoque la garrigue, la cerise cuite / cerise confite, boisé un peu appuyé. Bouche très intense, léger SR, tanin très fin et gras. Un joli pur-grenache. En finale le bois est un peu trop appuyé ; ce qui inviterait à une garde de 4-5 ans histoire que le bois se fonde un peu. Très Bien ++ à ce jour peut-être mieux demain. (11 points).

Costières de Nîmes, Scamandre, 2005
Le nez est plus discret, élégant, floral. Il évoque la Syrah. Un vin structuré qui semble structuré autour de ce cépage. La bouche est élégante; le tanin particulièrement ferme. Concentration très ambitieuse qui vise la compétition . Rétro-olfaction très très longue. Florale. Très Bien ++ (8 points)

Costières de Nîmes, Château Grande Cassagne, cuvée Hyppolyte 1998
Robe sombre; nez dense  et intense sur le cassis. Élégant. Bouche très 90ies. Très structurée ; un peu austère. Tanin très collant assez fin. Finale sur la graphite. Un vin jeune… Très Bien + (6 points)

 

Partager l’article !   Compte-rendu : séance Costières de Nîmes.: C’est une appellation qui a finalement une bonne côte auprès des cavistes aujourd’hui… comme le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *