Compte-rendu : Blaufränkisch du Burgenland autrichien

C’est encore une belle séance dédiée au cépage Blaufränkisch du Burgenland autrichien. Un peu partout, on lit que le cépage Blaufränkisch est un cépage de garde. Il est cela de surprenant que la littérature en parle à la fois comme d’un succédané de Gamay, un vin léger et facile et en parle comme d’un cépage robuste, de garde. A vrai dire, après avoir goûté la sélection que nous avons eu ce soir, je suis bien incapable d’être plus précis car nous avons bu des jeunes vins ronds et joviaux et des vieux vins robustes et sérieux. Il est vraisemblable que la vinification ait changé de mode… Ce qui fait que je m’interroge sur les capacités de vieillissement des vinifications actuelles du cépage. Le Blaufränkisch garde une pointe de vivacité qui le rend frais sur n’importe quel vin même avec des maturités élevées.

Grace à l’exceptionnelle Vinothek Wein und Wachau d’Ottwald, nous avons pu collecter de vieux Blaufränkisch du Mittelburgenland pas trop cher, bien côtés et c’est une chance fabuleuse de pouvoir faire ce genre de dégustation.

La série de vin est globalement assez réjouissante. Pas de gros défauts à part un boisé vulgaire un peu soutenu sur certaines cuvées… signe des temps.

Burgenland, Meinklang, Blaufränkisch 2014
Nez dominé par un fruit élégant de griotte et de prune. La bouche est mure, sensation de maturité élevée, chaud mais contrebalancé par une agréable vivacité. Le tanin est ferme, duveteux. C’est un vin gourmand à la finale poivrée. A moins de 10 euros sur le site du domaine ou chez vins étonnant, ce vin offre un rapport qualité-prix confondant. Très Bien + (6 points)

Burgenland, Claus Preisinger, Blaufränkisch, Kalkstein 2016
Nez réducteur ou domine un parfum de violette. La bouche est concentrée, sphérique et offre très peu présence taninique. Assez vif. La vinification est moderne, bien maîtrisée, soyeuse et sans aspérités. Bien++/Très Bien (0 points)

Burgenland, Gesellmann, Blaufränkisch Hochacker 2012
Nez dominé par un boisé vanillé. En bouche le fût est tout aussi envahissant ce qui rend la bouche sucrée et très internationale. Structure convenable. Peu acide. Moyen/Bien (2 points)

Bugenland, Paul Kerschbaum Blaufränkisch Hochacker 2012
Même parcelle que le précèdent mais tout autre vin. Le nez est un peu réducteur. Il convient de l’aérer pour passer au-delà d’un arôme un peu cartonné. Au nez des notes d’encre, de cassis. La bouche est élégante, épaisse, elle offre une jolie structure, un tanin ferme et assez délicat. Frais. Bel équilibre. Très Bien (5 points)

Burgenland, Piribauer, Blaufränkisch Grande Réserve 2012
Nez expressif fruité de cerise, de cassis, bref de fruits rouges. Un nez élégant. La bouche est dense. Elle offre une structure de garde. Le tanin est ferme et serré se termine sur des notes de noyau de cerise. Léger boisé vanillé qui sait rester discret. Très Bien/ très Bien+ (2 points)

Burgenland, Ernst Triebaumer, Blaufrankisch, Ried Oberer Wald 2009
Nez évolué de myrtille, cassis, santal, bois mouillé. La bouche est délicate, très fine. Le tanin est puissant, crémeux : un tanin suffisament rond pour être bu. La rétro-olfaction est longue sur des notes de sous-bois et de fruit des bois. Très séduisante expression. Très Bien++ (5 points)

Burgenland, Iby, Reserve Chevalier 2008
Nez boisé, vanillé, café, confituré. Bouche ronde, souple, agréable mais un peu trop marqué par le bois. Moderne, bien conservé… bien fait mais sans beaucoup d’âme. Bien + (6 points)

Burgenland, J. Heinrich, Blaufränkisch Goldberg Reserve 2001
Nez évolué, sous bois, bouche remarquable, charnue, vive, fraîche, souple, nette, très digeste. Un vin qui se boit avec grand plaisir. Très Bien + (8 points)

Burgenland, Hans Igler, Blaufrankisch Hochberg 1999
Nez assez neutre mais assez évolué (champignon blanc). La bouche est souple en attaque, encore bien tannique… on pourrait dire râpeux. Vif. Belle conservation. Bien++/Très Bien (3 points)

Burgenland, Tibor Szenes, Blaufrânkisch Imperial 1998
Nez évolué de sous bois, santal, café, réglisse, viandox. Bouche structurée puissamment tannique. Il garde une belle fraîcheur/vivacité. Un caractère un peu plus rustique mais séduisant. Notes de cierge en rétro-olfaction. C’est un vin de gibier qui vu sa puissance a dû être limite imbuvable il y a 20 ans. Il arrive doucement à maturité. Belle expérience. Très Bien + (9 points : meilleur vin du collectif ce soir.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *