Compte-rendu de dégustation : le palatinat allemand.

Les grands vins allemands ne sont pas faciles à trouver. En dehors de quelques domaines emblématiques qui sont diffusés sur les gros vendeurs on line, il est délicat de trouver les belles cuvées. Aber, Gott sei Dank war Ottmar hier, um die besten Pfälzer Weine zu sammeln.

L’Allemagne représente souvent pour moi une immense frustration. Le succès commercial fabriqué par le système de cooptation des vins de prédicat conduit les domaines à ne rien avoir à vendre que les millésimes juste mis en bouteille. Or les grands Riesling allemand (français aussi d’ailleurs) demandent bien dix ans pour s’exprimer clairement. D’autant que nombre de Rieslings allemand ont un profil réducteur… ce qu’ont moins les Rieslings français. Les quelques circuits qui proposent des vins âgés ont des prix prohibitifs.

Ce fut donc une séance un peu infanticide que nous eûmes ce soir.

Pfalz, Weingut Reichsrat Von Buhl, Reserve
Nez noisette, bulle puissante, vif, crémosité satisfaisante, bien tendu. Un bon pétillant. Très Bien (1 point)

Pfalz, Weingut Pfeffingen, Scheurebe, Ungstein 2016
Nez aromatique, grenadine, gourmand (j’aurais dit variétal si je connaissais les singularités du Scheurebe). Bouche mure, assez grasse. Un vin jeune. Bien++ (6 points)

Pfalz, Georg Mosbacher, Sauvignon Blanc, « Fumé » 2016
Nez effectivement fumé, assez finement boisé, notes de buis. Bouche épaisse, pleine, vif et joliment tendu. Une sorte de Graves blanc avec une vivacité ligérienne. Assez séduisant. Très Bien (12 points)

Pfalz, Knipser, Mendelpfad, Grosses Gewächs, Riesling 2016
Nez atone, réduit, gaz de ville, bouche dense, assez compacte… pas de gros rendements sur ce vins vraisemblablement. Un vin qui reste très fermé. À revoir dans dix ans. Bien +/Bien++… et peut-être plus un peu plus tard. (2 points)

Pfalz, Christmann, Königsbacher Ölberg, Grosses Gewächs, Riesling 2016
Nez sur des notes de citron et d’amande. La bouche est marqué par un caractère très citrique et très amer. Une gustation proche de la peau de citron. Assez complexe. Beaucoup trop jeune; là encore. Très Bien (à revoir – 1 point)

Pfalz, Weingut Dr Von Basserman-Jordan, Forster Jesuitengarten, Grosses Gewächs, Auslese, Riesling 2016
Nez très variétal, hydrocarbure, essence de thym, un équilibre sucre/acidité très prometteur. La tension en bouche est particulièrement élégante. À revoir. Très Bien+ (8 points)

Pfalz,Winzerverein, Deidesheim, Forster Ungehauer, Edition, Riesling 2015
Premier nez réducteur qui s’ouvre sur des notes de romarin. La bouche est marquée par une amertume de Suze (ou d’infusion de Romarin) assez violente. Vif. Tout cela n’est pas en place, l’équilibre doit se trouver, mais la violence des amers risque d’être trop importante pour moi. Bien/bien+

Pfalz, Mehling, Königsbacher Ölberg, Riesling 2015
Le vin propose un fruité expressif abricoté qui n’est pas sans rappeler certains jolis Sylvaner. La bouche est marquée par un léger gaz carbonique. La bouche offre une texture assez épaisse, une matière intéressante, des amers bien intégrés, une belle vivacité qui tend bien le vin. Très bien + (13 points – vainqueur du collectif ce soir)

Pfalz, Philipp Kuhn, Steinbuckel, Grosses Gewächs, Riesling 2015
Arômes fruité : pêche. Gaz carbonique un peu envahissant en bouche, umami, (sensation de glutamate en bouche texture « Bouillon Maggi »), puissants amers, épais. Un vin qui laisse une impression très successive en bouche. Pas très bien bien intégré. À revoir plus tard. Il y a de belles notes mais la partition n’est pas très lisible.  Bien + (0 points)

Pfalz, Weingut Reichsrat Von Buhl, Forster Jesuitengarten Grosses Gewächs, 2012
Enfin, un nez mature, précis ou l’on discerne des notes d’abricot cuit, de poivre de Timut. Léger CO² en bouche, la bouche est assez dense, texturée: une compacité intéressante renforcée sans doute par une présence de glycérol un peu plus importante. Belle tension. Très Bien + (10 points)
 

Une réflexion au sujet de « Compte-rendu de dégustation : le palatinat allemand. »

  1. Une bien belle découverte pour ma part. Ottmar, Jocelyn, un grand merci pour la qualité et l’homogénéité de la dégustation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *