Compte-rendu : l’appellation Côte-de-Brouilly

Séance Vertivingstone dédié à l’appellation Côte de Brouilly. Nous avions le plaisir d’accueillir Christiane Lacondemine du domaine des Roches Bleues qui nous a accompagnés sur cette séance.

Côte de Brouilly, c’est quoi ? C’est une appellation Villages du Beaujolais comme chacune des 10 crus Villages du Beaujolais. L’INAO le clamera sur tous les tons : il n’y a pas de hiérarchie entre les dix crus du Beaujolais : même rendement à l’hectare, même degré minimum, même règles de vinification, même encépagement, même tout…

Sauf que voilà. L’appellation Côte de Brouilly (sans s à « côte » : il n’y en a qu’une ; celle qui s’enroule autour du Mont Brouilly) est située sur les pentes du Mont Brouilly sur des parcelles tendanciellement pentues alors que Brouilly est situé sur un terrain plus plat. L’appellation Brouilly se situe plutôt sur des sols granitiques tandis que les pentes du Mont Brouilly voient la résurgence d’une roche métamorphique appelée méta-diorite (on utilise également le terme générique de « porphyre » qui désigne toute roche métamorphique à forte proportion de feldspath mais qui n’indique pas grand-chose en fait). Qu’est ce que la méta-diorite… Ouh… rappelons que parmi nos roches-mères : celles qui proviennent des profondeurs de la terres, nous avons des roches volcaniques (à refroidissement rapide) et des roches plutoniques (à refroidissement lent). Il y a une dizaine de roches plutoniques dont la plus connue est le granit (citons aussi le granodiorite et le gabbro que l’amateur nantais connaît) et donc la diorite. La méta-diorite est une diorite ayant commencé à subir un métamorphisme : c’est-à-dire qu’elle a commencé à être compressée et chauffée pour former un schiste : un caillou plus feuilleté. Bref… où veux-je en venir ? L’important dans la viticulture c’est moins la connaissance du caillou que la manière dont le caillou s’altère en contact avec les éléments extérieurs. Et là en l’occurrence, la méta-diorite s’altère en particules plus fines que le granit (qui s’altère en sable), pour s’altérer davantage en argile. L’argile, dans les vignobles du Nord, cela peut générer des rétentions d’eau qui peuvent être génants pour produire des vins de qualité… sauf que dans notre cas, les belles pentes du Mont Brouilly font glisser les excès d’eau. Pas d’hydromorphie à craindre. Mais l’argile sur les terrains destinés aux vins rouge a la particularité de produire des tanins… donc des vins plus structurés. Des vins de garde. Là ou Brouilly fait des vins jeunes et gouleyants, les Côte de Brouilly demande un peu plus de temps pour s’assagir. Ajouté à cela que Brouilly est dominé par une production hétérogène pour les coopératives et le négoce et que Côte de Brouilly a une proportion de vente directe plus importante et une production qualitativement plus homogène, les vignerons génèrent de fait, eux, une hiérarchie qualitative et tarifaire entre les deux appellations.

Rappelons enfin, que pour tout connaître sur le Beaujolais, Nicolas Herbin a produit un texte de référence sur vin-terre-net dont je ne saurais trop vous inciter à la lecture assidue.

C’est parti pour une lecture des millésimes 2014 et 2015 en Côte de Brouilly. Bon disons le tout net. 2015 est un millésime de garde. Les nez sont fermés, les bouches puissamment tanniques mais les jus semblent prometteurs. Les 2014 sont agréables et accessibles dès aujourd’hui.

Côte de Brouilly, Robert Perroud, Foudre n°5, 2014
Légers arômes de café, de griotte et d’épices (poivre, canelle). Le vin est bien structuré, un jolis jus, assez souple, le tanin fin. Cela commence bien. Bien++/Très Bien (5 points)

Côte de Brouilly, Jean-Marc Laforest 2014
Nez assez confiture, confiture de mure, bouche très ronde, tanin un peu plus extrait, bouche légèrement sucrée. Un vin très (trop) facile. Bien + (0 points)

Côte de Brouilly, Daniel Bouland, Cuvée Mélanie 2014
Nez assez complexe sur des notes de fruit noir, de graphite. La bouche propose une belle mâche, bien structuré mais aussi une belle tension sur une fine acidité qui donne beaucoup d’allonge au vin. Notes de vanille cuite en rétro-olfaction. Très Bien +/Très Bien ++ (11 points)

Côte de Brouilly, Jean-Claude Lapalu 2014
Nez assez profond de mure, de sureau. La bouche est assez en dent de scie, le tanin sévère, assez vif, une vivacité un peu volatile en bouche. Un peu plus rustique. Bien++ (3 point)

Côte de Brouilly, Domaine Ruet 2015
Nez assez cuit, chocolat, bouche enrobante, cuite, trame tannique qui ressemble au grenache. Un peu lourd en fin de bouche. N’aurait il pas fallu récolter un peu plus tôt ? Bien + (11 points)

Côte de Brouilly, Domaine Claire et Fabien Chasselay, L’Héronde 2015
Nez très aromatique, puissant, fumé, graphite, fruits noirs, crème de cassis, crème de mure. Un style plus oxydatif, très gourmand, friand, tanin très grenache. C’est un style de vins sans doute assez peu sulfité, assez mur mais d’une gourmandise immédiate diablement efficace. Très Bien (18 points)

Côte de Brouilly, Jean-Paul Brun 2015
Nez assez floral qui pinote, linéaire. Une bouche un peu hachée encore, tanins rêches un peu bruts mais précis. Fine vivacité en finale. Un vin globalement plus extrait. De garde voire de grande garde. Très Bien + (3 points)

Côte de Brouilly, Les Roches Bleues 2015
Nez cassis-floral. Bouche puissante, très structurée, juteuse. Tanin puissant, collant. Joli jus qui nécessite 3-4 ans de garde. Une vinification très classique et de bonne facture Très Bien +/Très Bien ++ (25 points)

Côte de Brouilly, Laurent Martray, Les Feuillées 2015
Nez très réducteur, fermé. Bouche assez ample, puissant, tanin assez fin. Grande garde à prévoir encore une fois. A revoir dans 5 ans, mais je penche sur un Très Bien ++ (3 points)

Côte de Brouilly, Château Thivin, Les Sept Vignes 2015
Nez assez fermé ou l’on distingue des fruits noirs, de la graphite. La bouche est singulièrement  vive, le tanin assez puissant. De garde. On aimerait que le tanin et l’acidité se fondent dans le jus mais ce n’est sans doute qu’une question de temps. Très Bien + (14 points)

Côte de Brouilly,Les Roches Bleues 2009
Nez très aromatique sur des notes mures de fraise cuite, de confiture de myrtille. Avec le temps la bouche se fait plus veloutée mais le tanin est encore ferme : il est bon à boire mais doit accompagner des plats structurés. Rétro-olfaction assez florale. Très Bien ++ (26 points et vainqueur du collectif ce soir)

3 réflexions au sujet de « Compte-rendu : l’appellation Côte-de-Brouilly »

  1. Les roches de Brouilly m’ont un peu embrouillé. Mais je voir à la lecture de ton compte rendu que certains jus ont eu l’air d’avoir la cote! Merci.

  2. belle dégust, dommage d’avoir mélangé 14 et 15 aux profils si différents (encore plus un 09, millésime d’immense garde qui commence à bien gouter).
    mais 14 reste un millésime de qualité, non solaire comme 2015, mais classique et mûr, souvent réussi à l’acidité plus hautement perceptible que les 15.

    • Il est évident que 14 et 15 n’ont rien à voir. Et je suis d’accord avec ton analyse. C’est vrai j’ai mélangé 14 et 15… Vois-tu Vertivin organise environ 55 séances dans l’année… à 10-12 bouteilles différentes par séance, cela fait au bas mot 550 quilles différentes à trouver qui correspondent à chaque thème. Là je suis en train de galérer pour faire une séance Calvi. J’ai des nièces qui font les SVI + Internet + Cavistes + je demande à certains vignerons de collecter des vins des concurrents pour faire des cartons entiers… Je suis déjà content quand je réussis à avoir tous les vignerons que je veux… alors les millésimes… Pfrout… on fait ce qu’on peut ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *