Compte-rendu : le millésime 2005 en Muscadet.

Nous avons mis des années avant d’organiser cette séance tant les beaux vins parcellaires du Muscadet du millésime 2005 ont longtemps été fermés sur eux-mêmes : de gros bébés joufflus musclés comme des piliers de Rugby mais pour des histoires un peu rapides à raconter.

Les vins de 2005 ont bien commencé à s’ouvrir. C’est l’occasion de faire un bilan : 12 ans après.

Alors rappelons les faits : le débourrement s’est déroulé le 1er avril : c’est dans la moyenne. S’en suit un printemps chaud et sec. La floraison, elle va être très précoce autour du 30 mai. (Période caniculaire fin mai). L’été sera sec : la véraison est précoce. Le banc des vendanges est annoncé le 2 septembre alors que démarre un épisode pluvieux rapide et sans conséquence sur la vendange. Ce fut une des années les plus précoces que l’on comparera aux années chaudes comme 1989, 1990, 1995 et dans une moindre mesure, 2003. Les acidités totales étaient assez basses et les niveaux de sucre assez élevé.

Naturellement, ces années-là, les acidités tombent moins sur les terrains argileux (gabbros, schistes tardifs de Vallet) ; les terrains très drainants (granits, orthogneiss) sont plus à la peine pour ramener du peps et de la fraîcheur au vin. Sur Gorges, 2005 fût une excellente année, sur les autres terrains, il ne fallait pas vendanger trop tard. Dans tous les cas, les vins de 2005 offrent des volumes en bouches rares et inédits.

La conclusion que je tirerais de la dégustation est que 2005 offre finalement des Muscadet certes assez puissants et parfois chaud en bouche mais assez discrets et délicats aromatiquement. La rareté de l’acidité en font des vins assez difficile à s’associer à table car ils ne s’imposent pas et peuvent vite être écrasés par un arôme ou un goût. Si j’avais un plat à associer avec nombre des vins que nous avons goûté, ce serait un « blanc de poulet, purée de pomme de terre » : un plat très neutre pour éviter de masquer des arômes et des acidités fragiles.

Muscadet de Sèvre et Maine sur Lie, Dominique Martin, Les trois versants Vielles Vignes 2005
Un vin aux arômes évolués de pétrole assez marqués dans lesquels on distingue des notes de vanille, de fougère et d’anis. La bouche est un peu disjointe entre une acidité qui rafraîchit bien le vin et une chaleur d’alcool à brûler perceptible. Rétro-olfaction sur des notes cirées. Bien ++

Muscadet de Sèvre et Maine sur Lie, Michel Luneau et Fils, Le Vin de Mouzillon 2005
Nez fin, discret de poire vanillée/tarte au poire. Un vin riche aux puissants amers. L’acidité est assez mesurée : plus acidulée qu’acide. Rétro-olfaction de tarte au poire. Un vin d’une insolente jeunesse. Très Bien + (5 points).

Muscadet des Côtes de Grandlieu, Domaine du Haut Bourg Signature 2005
Bouchon

Muscadet des Côtes de Grandlieu, Domaine des Herbauges, l’Expressionnel 2005
Premier nez sur des notes végétales assez peu expressif. Bouche boisée, assez vive. Puis en bouche le bois se fait un peu invasif. La rétro olfaction est très boisée est longue… un peu trop longue. Bien

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine de la Pépière, Clos des Briords 2005
Nez fin, aromatique, citron, main de Boudha. La bouche est mure donne une sensation un peu cuite, douce, suave, délicat. Un équilibre « amer-doux » (chwero diraient les bretons). Peu d’acidité mais une douce crémosité agréable. Très Bien + (13 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine des Cognettes, Tentation de Granit et Gabbro, Selection de Vielles Vignes 2005
Nez vraiment intéressant, complexe de fruits secs, de noisette mais la rétro-olfaction se fait fraîche et menthée. La bouche est à la fois crémeuse, mure et tendue. C’est un bel équilibre ; original. Très Bien / Très Bien + (5 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine de la Chauvinière, Château Thébaud 2005
Nez aromatique légèrement pétrolé. Bouche très large, puissante, crémeuse, alcool à bruler. Rétro-olfaction sur des notes assez évoluée. Il me semble que cette bouteille commence une oxydation un peu rapide. (soucis de bouteille ?). La faiblesse de l’acidité rend l’équilibre d’ensemble impressionnant de densité mais pas nécessairement d’une élégance époustouflante. Bien ++ (0 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Christian Gautier, Clisson 2005
Premier nez un peu réduit (allumette) puis après aération notes d’agrumes et d’orange caractéristiques du cru. La bouche offre une sensation de fruit cuit mur, une belle bouche agréable crémeuse, légèrement vive. Très Bien (2 points)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Michel David et Fils, Clos du Ferré, Schiste de Goulaine, 2005
Nez assez floral, pâte d’amande, discret. La bouche est gourmande bien équilibrée sur des notes de noisette. Un vin assez chaud en bouche toutefois. Très Bien/Très Bien + (1 point)

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine de la Louvetrie, Fief du Breil 2005
1er vin oxydé.
2e vin assez évolué aussi toutefois. Notes végétales de menthe et de fougère. La bouche est assez cuite, puissante. Pas très complexe en bouche toutefois. La vigne a dû souffrir sur les sols séchant d’orthogneiss… Bien ++ (0 points).

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Damien Rineau, Gorges 2005
Beau nez précis, dynamique, cierge. La bouche est assez soufflante : crémeuse, juteuse. Expression exotique, mangue en rétro-olfaction. Superbe allonge : très long en bouche, nerveux. Excellent (14 point, vainqueur du collectif ce soir… encore une fois Damien Rineau remporte la timbale haut la main).

Muscadet de Sèvre et Maine, Domaine Martin-Luneau, Gorges 2005
Nez farineux un peu réducteur. Bouche moins intense que chez Rineau mais joliment bien faite. Léger gaz carbonique encore perceptible. Bouche mure, efficace. Un beau vin avec de beaux amers. Moins vif donc un peu moins long que le précédent pour autant un bel équilibre. Très Bien + (9 points)

2 réflexions au sujet de « Compte-rendu : le millésime 2005 en Muscadet. »

  1. Une dégustation comme si on y était! Quelle est la gamme de prix du Domaine Damien Rineau, Gorges 2005 ? Ce vin me fait saliver ! Merci Jocelyn.

  2. Je ne sais pas s’il lui en reste à la vente mais le 2012 (remarquable) doit coûter une dizaine d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *