Compte-rendu : Séance Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges

Séance Gorges pour Verticadet… et oui finalement nous n’avions jamais fait de séance dédiée au cru Gorges malgré les multiples verticales chez divers vignerons gorgeois. C’est désormais chose faite.

Pour rappel, les vins du cru du Muscadet « Gorges » sont situés sur des parcelles sélectionnées situés essentiellement sur la commune de Gorges. Quelques bandes de terrains débordent sur les communes limitrophes.

Ce qui fait la singularité des vins de Gorges c’est d’être situé sur des terrains de Gabbro. Le gabbro est une roche plutonique (comme le granit) qui contient les mêmes minéraux que le basalte… on pourrait dire que c’est la même roche sauf que le Gabbro a lentement refroidi avant d’arriver à la surface alors que le basalte a refroidi brutalement à la sortie des volcans. Ce caillou est réputé pour sa masse importante. Le Gabbro comme toute roche, s’altère au contact de l’air, la pluie, et les frottements…. En s’altérant le gabbro a la particularité de générer beaucoup d’argile (alors que le granit génère beaucoup de sable). Les parcelles du cru Gorges sont donc assez argileuses et le climat y est assez frais. Ce qui a conduit à des caractéristiques singulières en viticulture et en vinification :

  • d’une part les terrains de Gorges restent compliqués à travailler (labour) : les sols argileux deviennent compacts en cas de faible hygrométrie; tandis qu’un tracteur ne peut pas passer s’il y a trop d’eau. Les vignerons bios de Gorges méritent notre respect pour leur travail : c’est un des terrains les plus compliqués du vignoble nantais.
  • les sols argileux peuvent être fertiles. Un peu d’enherbement permet de réduire subtilement la fertilité de la vigne (mais pas trop non plus). Quelques vignerons s’y sont essayés.
  • qui dit argileux dit aussi qu’il faut éviter les sols hydromorphes. Pour évacuer les surplus d’eau, il est nécessaire d’avoir de la pente : toutes les parcelles du cru communal Gorges sont situées dans des zones en pentes (furent-elles légères). C’est impératif.
  • qui dit argileux dit une vigne régulièrement approvisionnée en eau. A ce titre, le léger stress hydrique qui déclenche la maturation des raisins est plus tardif. Donc ces terrains sont tardifs. Pour obtenir une maturité dans les standards actuels, il faudrait récolter relativement tard : ce que ne font pas les vignerons de Gorges (au contraire des vignerons de Mouzillon sur les mêmes terrains). Les vignerons de Gorges récoltent tôt et donc produisent des vins assez acides… même si le réchauffement climatique se fait aussi sentir à Gorges. C’est en comparant les millésimes 2000 aux millésimes 1990 qu’on s’aperçoit que les vignerons de Gorges vinifiaient du citron avant 2000 et qu’aujourd’hui, les Gorges se civilisent.
  • qui dit vigne régulièrement approvisionnée en eau dit aussi que les millésimes chauds comme 2005 ou 2009 qui peuvent être un peu mous dans d’autres endroits du Muscadet ont un superbe équilibre à Gorges.
  • qui dit vins assez acides dit à Gorges un usage d’élevages longs qui permet à l’acidité de se polir. C’est la deuxième face de la typicité… qu’il ne faudrait pas perdre. Car à Gorges, il faut prendre son temps. On a goûté les 2012 et ce sont encore des vins qui doivent se bonifier. 2010 commence à bien se goûter en revanche.

Les vins de Gorges, nous en avons encore eu la confirmation ce soir, sont des vins singuliers, rares, uniques en France et au monde. Certains de ces vins ne sont pas faciles à aborder pour des débutants. Ce sont des vins de grande gastronomie : les rares vins à supporter l’oursin et nombre de légumes d’hiver. C’est une part de notre patrimoine à préserver et à chérir.

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Domaine Michel Brégeon, Les Vigneaux 2013
Nez végétal, fougère, chèvrefeuille, vanille. L’attaque offre une matière assez consistante, et la bouche est vive, cinglante et tendue. C’est un équilibre citrique quand même assez perforant et il y a de beaux amers finaux qui structurent la finale. C’est un bon vin destiné plutôt à un public averti. Ici l’élevage, plus court que ce à quoi le domaine nous avait habitués n’a pas eu le temps de faire son travail de polissage. C’est un Gorges authentique dans son nez et son équilibre qui s’inscrit dans la lignée des vins du domaine. C’est un bel exercice sur un millésime 2013 pas nécessairement aisé. C’est un peu trop tôt pour le boire. Espérons que le vieillissement en bouteille compensera son élevage en cuve. Très Bien (1 point) – à revoir plus tard.

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Château Elget, Gilles Luneau 2012
Le nez est élégant où l’on sent des arômes fin et discret de fenouil. (fenouil cuit d’ailleurs. C’est moins romantique mais bon). La bouche est assez onctueuse, un peu beurrée qui le singularise. Gras, relativement vif, il présente des amers puissants sur lesquels s’appuie une belle longueur en bouche. Il faudra le regoûter plus tard. Bien ++ (4 points)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Domaine Christophe et Brigitte Boucher 2012
Encore un joli nez net mais encore discret, fermé…ce que je trouve être une habitude chez les Gorges du domaine.  C’est un vin tranchant, très ciselé. Nettement moins d’amer que le précédent vin. Plus de gras et d’épaisseur n’aurait pas nuit toutefois. Bien ++/Très Bien (6 points)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Domaine Auguste Bonhomme 2012
Nez réduit, odeur un peu dérangeante de boîte de camembert vide qui ne donne pas l’impression d’un nez super net… La bouche en revanche est très agréable. Riche, onctueuse avec une tension acide et amère bien intégrée au vin… en rétro-olfaction les arômes du nez reviennent et dérangent un peu. Je ne sais pas bien quoi en dire c’est un équilibre en bouche vraiment séduisant mais ce nez… bon disons .Bien ++ (0 points – une telle réduction est un peu discriminante)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Domaine Martin Luneau 2012
Arômes boisés-vanillé comme il arrive souvent à certains Gorges même s’ils n’ont jamais vu de douelle. Un peu réducteur au nez toutefois. La bouche est fraîche, menthée, assez grasse et même enrobante. La finale est tranchante et vive. Assez peu d’amers. Longue rétro-olfaction. Un équilibre assez séduisant même si 2-3 ans de garde ne peuvent que lui faire du bien. Très Bien (2 points)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Domaine Vincent Caillé 2012
Nez assez ouvert ou l’on retrouve en premier nez des arômes typiquement gorgeois (lierre, fougère, fenouil) mais au deuxième nez on distingue des notes plus pâtissières. En bouche, un léger Co² résiduel et surtout une bouche assez cuite, gourmande qui donne une sensation de maturité. La finale est marquée par un puissant arôme d’amande amère. C’est un vin moins vif, moins amer, plus rond… une bouche plus atypique. C’est un vin qui s’est singulièrement ouvert depuis la dernière fois ou je l’ai goûté. Très Bien (3 points)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Château de la Gravelle, VGC, 2010
Le nez est ouvert mais très oxydatif. Bouche assez mure, CO², pas de longueur comme s’il y avait eu une fermentation malolactique dans la bouteille. L’ensemble fait très déséquilibré. Problème de bouteille ? J’ai décidément du mal à goûter un bon Château de la Gravelle. J’ai à chaque fois l’impression de goûter des vins qui on un pet de travers. Moyen (0 point)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Damien Rineau 2010
Nez aromatique d’une rare précision. Chèvrefeuille, « mineral. Droit. Très Gorges. La bouche est fraîche, joli volume/épaisseur en attaque, bouche vive, précise, effilée. Un vin long tendu et claquant. Finale fumée. Sacré bel équilibre. Ce vin s’est superbement bien ouvert depuis la dernière dégustation. Très Bien ++ (11 points et vainqueur du collectif ex aequo ce soir)

Afficher l'image d'origine

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Gilles Luneau 2010
Un vin réducteur et même réduit. Boîte de camembert, animal presque bestial, rance. Le nez me picote. La bouche est assez tranchante sur un équilibre vif-amer. C’est un vin compliqué en l’état. Moyen/bien (0 points)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Gille Luneau 2009
Les millésimes se suivent et ne se ressemblent pas chez Gilles Luneau. Certes les millésimes sont différents mais plus de régularité dans la vinification n’aurait pas nuit… Arômes plus tertiaires de caramel brulé, végétal, fumé, menthol. Bouche agréable. Jolie texture, bouche puissante et très tranchante, très vive. Une vraie structure gorgeoise. Très Bien + (3 points)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Martin-Luneau 2009
Joli nez précis de fruits du verger avec une petite note de menthe. La bouche est assez cuite, enrobante. De beaux amers structurants, une vivacité bien équilibrée. Un équilibre assez gourmand. Du bon travail. Très Bien + (7 points)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Denis Charbonneau 2009
Nez intense de fruit un peu cuit, mangue cuite qui lui confère un air autrichien. Fines notes herbeuses plus aériennes. La bouche est mure, fruit cuit, gourmand tout en étant magistralement tendue. Belle longueur aromatique. Très Bien ++ (11 points et 2e vainqueur du collectif ex aequo ce soir). Et on notera que dans l’ensemble le millésime 2009 offre des vins plutôt convaincants sur Gorges.

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Martin-Luneau 2001
Ce sera une gamme sûre et régulière que nous auront servi les frères Martin-Luneau ce soir. Le nez est végétal, herbe, chevrefeuille, menthe, puis des notes empyreumatiques plus caramélisées et fumées. La bouche est naturellement plus évoluée sur une structure vive, citrique, tannique assez peu d’amers. L’âge a un peu arrondi les angles. Très Bien

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Damien Rineau 2000
 Très joli nez empyreumatique avec des notes de champignon blanc, d’herbe et de fumée. C’est un vin très très vif, très citrique pas très gras ni très puissant. Typique mais un peu rude. Bien ++/Très Bien (1 point)

Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges, Damien Rineau 1996
Nez de menthe, fruité, fruit confit. Bouche très très vive, la bouche se rétracte comme une huitre au contact du citron. Un vin très tendu, texture assez crémeuse. Public averti. Très Bien (4 points)

Une réflexion au sujet de « Compte-rendu : Séance Muscadet de Sèvre et Maine-Gorges »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *