Compte-rendu : séance Toro

Les vins de l’appellation espagnole Toro ont offert une séance assez séduisante. Globalement les vins que nous avons goûtés sont des vins de garde qui gagnent à s’ouvrir. Bien sûr comme sur la majorité des rouges espagnols nous avons des élevages assez marqués mais la qualité de l’élevage est globalement très élevée ce qui permet d’éviter des tanins de bois trop séchant. Le Toro typique semble (sur cette série en tout cas) être marqué par un tanin ferme et parfois un peu rude sur de jeunes vins. C’est un vin qui peut être marqué par un caractère seveux qui est bien équilibré par une acidité qui tend bien la finale avec le temps et rafraîchit le vin.

Toro, Teso la Monja, Almirez 2013

Nez assez précis. Fin boisé : cèdre, bois noir, Santal. La bouche est bien structure. Un peu rudement appuyée par le tanin de bois. Vivacité assez intense et presque un peu déconcertante. Note de scierie en fin de bouche. Bien ++ (5 points)

Toro, Dominio del Bendito, Las Sabias 2012

Nez assez élégant, fruité, chocolaté. Bouche assez séveuse, sanguine. Tanin strict, sévère mais assez fin. De bonne garde. Très Bien+/ Très Bien ++ (10 points)

Toro, Quinta Quietud 2012

Elevage assez marqué au nez mais surtout en bouche. Le tanin est assez travaillé, plus enrobé que le vin qui a précédé même s’il est plus collant en bouche. La fin de bouche offre une acidité rafraîchissante. Rétro-olfaction boisée mais cela reste un bois élégant. Bien ++ (4 points)

Toro, Bodega Vetus 2010

Le premier nez est un peu réduit : légèrement animal. Des notes de coco, de bois humide s’ouvre sur des notes florales. Le tanin est ferme. Très marqué ; puissant. Je ne dit pas qu’il ne soit pas intéressant plus tard mais pour l’instant le tanin est un peu rêche. Bien + (4 points).

Ribera del Douero, Alonso del Yerro 2011

C’est un pirate… je pensais avoir pris le Toro du même domaine et je me suis trompé…

En tout cas ce vin offre une réelle singularité par rapport aux vins qui ont précédés. Notes de thym au nez, bouche suave et fruitée. Moins tannique, moins fruité mais plus équilibré, plus rond malgré un tanin assez serré. Très Bien (3 points)

Toro, Tardencuba, Autor 2008

Joli nez ouvert fruité, garrigue. Il n’offre pas une grosse chair mais il est frais, salin. Le tanin a sans doute été assez extrait. L’âge a l’air de faire du bien aux Toro… Très Bien + (13 points)

Toro, Numanthia 2012

Joli nez : assez discret au début, il offre ensuite des arômes d’un fût de très belle qualité. Le tanin est très ferme, serré, soyeux. Vif en rétro-olfaction. L’effet successif mériterait qu’on le goûte avec un peu plus d’âge pour se faire une juste opinion de ce vin. Très Bien (18 points)

Toro, Pintia 2010

Nez floral qui offre des notes de fût plus espagnol (plus américain sans doute pour être précis). La bouche est joliment suave, enrobée. Le tanin est très fin, très poudreux. Bien tendu sur son acidité en finale. Pas très aromatique en rétro-olfaction… C’est mon vin préféré même s’il n’a pas la rudesse un peu caleuse habituelle des vins que nous avons pu goûter jusqu’alors. Il est peut-être un peu moins typique/ Très Bien ++ (4 points)

Toro, Telmo Rodriguez, Pago La Jara 2010

Nez de garrigue, frais. La bouche est très sanguine. Le tanin est serré et ferme. C’est un vrai tanin de raisin concentré. Une sensation moins boisée que dans les vins qui ont précédé. C’est un vin plus austère, plus amer aussi que les vins qui ont précédé. Mais dans un sens un vin peut être assez “authentique”. Très Bien (14 points : vainqueur du collectif ce soir)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *