Compte-rendu de dégustation : le Swartland.

C’est l’histoire étrange d’un article publié dans l’hebdomadaire Le Point écrit par le correspondant à Johannesburg de l’AFP : « Le Swartland, eldorado des nouveaux vignerons sud-africains » en janvier 2015. Pourquoi Le Point a publié cet article plutôt que de faire ses habituels choux gras sur « ces Francs Maçons qui vous spolient » ? Il y avait un trou, il manquait un article… nul ne le sait. Toujours est-il qu’à l’affût des excellentes pages vins de ce magazine, je suis tombé dessus et la chose m’a drôlement intéressé. D’autant qu’à part la presse anglo-saxonne spécialiste, on ne parlait guère de cette région.

De quoi s’agit-il… il s’agit d’une bande de potes. 5 potes dont l’un d’entre eux est un vigneron, comme nous avons pu le constater, d’immense talent : Eben Sadie. Ces 5 amis vont s’installer loin des usines à vins sud-africaines de Stellenbosch ou de Frankschoek et se mettent à croire à cette notion absconse (pour un anglo-saxon) qu’on appelle le « terroir ». Avec Adi Badenhorst, Chris et Andrea Mullineux et Callie Louw, ils vont recréer une viticulture respectueuse et profondément ancré au sol sans les apports des techniques œnologiques et culturales (irrigation comprise) qu’on connaît en Afrique du Sud.

Ces 5 domaines bientôt suivi par 20 autres partageant les mêmes valeurs vont fonder le Swarland Independant Movement : Dans le pays de la liberté culturale et viticole, ils vont créer une chartre et des règles de production. Alors qu’en France les bios pro-terroir n’ont qu’une hâte c’est de quitter le carcan de l’AOC pour être libres, le premier mouvement des bios pro-terroir d’Afrique du Sud c’est au contraire de créer des normes de production, d’identifier scientifiquement des cépages adaptés à un terrain… bref de créer une forme d’AOC. A cela près… c’est que la charte du Swartland Independant Movement prévoit l’évolution des règles dans la règle. Par exemple, une commission se réunit annuellement pour étudier l’opportunité d’implantation de cépages non autorisés. C’est une sorte d’appellation qui prévoit d’évoluer. Une AOC dynamique en quelque sorte.

Toujours est-il que la dégustation des vins du Swartland a mis en exergue des vins d’un intérêt remarquable. Et tout particulièrement parmi les 5 amis du départ qui s’avèrent tous être de brillants vignerons. C’était une des séances Vertivingstone à ne pas manquer cette année. Il aurait été dommage de rater le compte-rendu : tout vient à point qui sait attendre.

Afrique du Sud, Swartland, AA Badenhorst, White Blend 2012

Nez assez finement végétal, menthe, pêche :un sensation de fraîcheur qu’on retrouve aussi en bouche : une bouche large, une belle épaisseur délicatement saline qui se termine sur d’élégants amers. Ça commence plutôt bien. Très Bien + / Très Bien ++ (10 points)

Afrique du Sud, Swartland, Testalonga, El Bandito 2013.

Wouf, robe trouble, nez volatile, Brettanomyces, la bouche offre des bulles de cidre, tanins. Vraisemblablement, un vin sans soufre qui est reparti en fermentation. On va dire qu’il n’a pas supporté le voyage. Moyen.

Afrique du Sud, Swartland, The Sadie Familly, Palladius 2013

Robe de couleur orangée, nez finement grillé, noisette torréfiée, encore un peu fermé. Bouche marquée par une extrême densité dès l’attaque, très crémeuse en bouche : une onctuosité légèrement sucrée. Puissants amers structurants très intenses. Légers tanins très fins, Salin. Impressionnant. Enorme. Excellent (15 points – évident vainqueur du collectif ce soir).

Afrique du Sud, Swartland, Spice Route, Pinotage 2014

Nez mur, confituré, cuit, café. Bouche sucrée, tanin amer… un sud-africain standard… Bof. Moyen (1 point)

Afrique du Sud, Swartland, Mount Abora, Saffraan Cinsault 2013

Léger boisé au nez, épicé, pot pourri, bouche assez vive au tanin un peu anguleux. Elégamment florale en fin de bouche. Original. Bien ++ (1 point)

Afrique du Sud, Swartland, Boekenhoutskloof, Purcupine Ridge, Syrah 2014

Nez riche, plein, légèrement boisé. Bouche souple, tanin travaillé, sombre assez intense ; légère vivacité ; amers notables. Rétro-olfaction florale. Un élégant sud-africain mur. Très Bien (1 point)

Afrique du Sud, Swartland, Sequillo red 2014

Nez de barbe à papa, de praline, un peu réducteur. La bouche est fluide  gourmande, le tanin très fin, très précis ; bouche assez vive. Sensation légèrement sucrée en bouche peut être lié au fût… ce qui est un peu dommage pour l’équilibre d’ensemble. Bien++/Très bien (11 points)

Afrique du Sud, Swartland, Mullineux Syrah 2013

Nez intense très élégant floral, genêt, primevère sucée. La bouche est précise, digeste et limpide, tendue, très rhodanienne. La finale est nette… C’est un vrai Cornas… Très Bien ++ (4 points)

Afrique du Sud, Swartland, AA Badenhorst, Red Blend 2012

Nez frais au nez. la bouche offre une attaque riche, sèche, élégante mais au tanin agrippeur… ce qui ne plaît pas à tout le monde… Un vin traditionnel, de garde qui offre un tanin imposant mais assez fin. L’équilibre se rapproche d’un vin du Lubéron ou d’un Bandol un peu rustique. C’est bien fait toutefois et bien structuré. Très Bien + (0 points)

Afrique du Sud, Swartland, Spice Route, Malabar 2006

Nez empyreumatique, champignon , caramel assez ouvert. Sensation sucrée en bouche un peu dérangeante. Tanin convenable, fine vivacité. Rétro-olfaction sur des notes de Havane. Un peu étrange toutefois. Bien + (11 points)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *