Compte-rendu de dégustation : séance Rasteau.

Dégustation en aveugle total dédié à l’appellation Rasteau… ex côtes du Rhône Village et néo-cru pour les vins secs. Ici encore nous avons changé le système de notation pour concilier à la fois une notation collective et une notation individuelle : chaque participant pouvait décerner 0, 1, 2 ou 3 points à chaque vin selon leur appréciation du moment. Je reste toujours avec mes notations individuelles (de Moyen, Bien, Très Bien, Excellent, Grand Vin et ses variantes de + et de ++) .
Miracle de la dégustation en aveugle, les stars bio se font parfois rétamer alors qu’une certaine bienveillance compréhensive peut nous affecter à découvert. C’est le jeu.
Nous ne sommes pas à Collioure, nous le savions, mais le fait est que je pensais avoir des chaleurs et des consistances plus castel-papales. Ce qui n’a pas été globalement le cas : nous n’avons pas eu d’excès d’alcool dans nos perceptions. L’effet millésime semble beaucoup jouer sur les équilibres. Sans m’y connaître particulièrement en millésimes rhodaniens, je dirais que 2011 ou 2006 semblent avoir généré des matières moins riches et des vivacités parfois surprenantes.

Rasteau, Domaine de Beaurenard 2012
Premier nez assez fermé puis fruits cuits, pruneau. Un certain côté tapissant apporté par l’alcool en bouche. Bouche gourmande, consistante, tanin bien dessiné. Un bon vin. Très Bien + (24 points)
Rasteau, Domaine Chamfort 2012
Nez plus réducteur (Syrah ?) mais précis, fruité, cerise. Attaque ronde sur le fruit assez juteux mais moins de chair que le précédent vin. De garde toutefois. Bien ++ (25 points)

Rasteau, Paul Coulon et Fils (cuvée pour la Biocoop) 2011
Pruneau, légère volatile. La bouche est douce, peu de présence tannique (déjà fondu), suave, rond, propre et efficace… Il ne faut pas prévoir de garder davantage cette bouteille ou de le marier à des plats trop charpentés. Très Bien (39 points)

Rasteau, Domaine de la Soumade, Cuvée Confiance 2011
Nez à la fois réducteur (maritime) et oxydatif pas vraiment engageant… un peu « fond de cuve » selon mon voisin de droite. La recherche de la protection de la réduction pour éviter trop de So² vraisemblablement… la bouche offre un tanin intéressant bien qu’un peu collant et assez sévère. Vif, un peu plus de matière n’aurait pas nuit… un équilibre plus « Cahors » que « vallée du Rhône ». Bien + (8 points). Première tête de gondole à se prendre un gadin.

Rasteau, Domaine des Escaravailles, La Ponce 2010
Nez cacao, cerise assez frais, très grenache avec un peu d’évolution, tanin ferme assez poudreux. Contraste en bouche entre une attaque souple, un peu sucrée et une finale plus ferme bien bâtie avec une jolie matière. Très Bien (36 points)

Rasteau, Domaine des Aphillantes, 1921, 2010
Nez très franc, ouvert, de prune cuite, complexe, cerise à l’eau de vie. Bouche doté d’une attaque très pleine. Très joli dessin de tanin en bouche, longue rétro sur les fruits cuits. Jolie claque. À 7hl/ha, ça commence à me plaire. Très Bien ++ / Excellent (43 points deuxième meilleure note du collectif.)

Rasteau, Domaine d’Aeria 2006
Nez assez réservé légèrement réducteur puis une palette aromatique plus grenache. Amers assez marqués en attaque, bouche un peu légère, tanin fluet, finale un peu légère. Bien + (53 points vainqueur du collectif). Gros décalage entre le collectif et moi-même sur ce vin. Ce qui m’a amené à prendre l’avis de Romain sans lui en avoir parlé mais qui trouve aussi que le vin est un peu dilué. Mou selon un autre internaute… bon à regoûter sur un autre millésime.

Rasteau, Domaine de Trapadis, Les Adrès 2006
Nez évolué, bouche souple assez élégante, très ferme. Joli tanin mais un vin très sec qui contraste face aux sucrosités d’autres vins. La finale est marquée par une acidité surprenante… un peu excessive. La rétro offre des arômes de vielle futaille. Bien ++ (2 points) deuxième tête de gondole à se prendre un vent.

Rasteau, domaine Gourt de Mautens 2003
Nez complexe, cuit, floral « fleur cuite » ais-je écrit sur mon carnet…, cacao. Amers notables en attaque. Tanin ferme et bien dessiné. La finale tombe un petit peu (trop rare acidité de 2003) légère sucrosité, tanin très poudreux. Très Bien ++ (32 points)

Rasteau VDN, Elodie Balme 2012
Arômes fruités, framboise, cerise, vif tout au long de la bouche. Une finale très pâtissière « flanc, crème aux œufs ». Très Gourmand sans être pâteux. Très Bien (38 points)

Rasteau VDN, Domaine de la Soumade 2011
Nez de Forêt Noire, cerise, assez frais. Une structure plus « Porto ». Chaud, le tanin ferme. Classique mais bien. Bien ++ (35 points)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *