Vertivinus – Accords vin et saumon fumé – Jeudi 11 décembre 2014 – Château de la Frémoire

Une séance Vertivinus consacré aux accords vin et saumon fumé quelques jours avant Noël, quelle belle idée  !

Voici le « menu » proposé par Romain :

En entrée, Celui-ci expose les principes de conservation des aliments.

D’un point de vue physiologique, il s’agit de protéger les aliments contre l’oxydation des graisses ou l’’autolyse des cellules, de stopper la germination ou d’empêcher le développement d’agents pathogènes.

Il existe plusieurs techniques de conservation des aliments :

  • La déshydratation/le séchage,
  • La pasteurisation/la chaleur,
  • La congélation/le froid,
  • La salaison ou fumaison/la chimie organique,

La fumaison est l’un des plus anciens moyens de conservations. Celle-ci a des effets sur l’arôme et la couleur des aliments ainsi que des effets antimicrobiens. Il existe plusieurs types de fumaison : la fumaison à froid (de 12°C à 25°C), à chaud (de 50°C à 85°C) ou à des températures plus intermédiaires.

Pour fumer le saumon, on utilise du bois d’hêtre en général. Tout d’abord, les filets de saumon sont au préalable levés et salés. Puis ils sont fumés : l’opération de fumage du saumon dure entre 6 et 20 heures. Les filets sont ensuite stockés à plat pendant plusieurs jours pour détendre les chairs. Les filets sont enfin décroutés, tranchés et conditionnés.

L’accord vin et saumon fumé doit évidemment tenir compte des caractéristiques gustatives du saumon, sa chair délicate, un peu grasse et aussi des arômes fumées : aussi faut-il a priori un vin élancé, avec de l’acidité et un point de minéralité pour soutenir les notes fumées en accord.  On pense plutôt alors au sauvignon ou un chenin jeunes avec des notes acidulées, des Muscadet ou des Chasselas. Mais l’accord avec des vins blancs plus aromatiques comme le Muscat, le Jurançon sec des vins de la côte chalonnaise mérite un détour tout comme les Champagne rosés ainsi que les vins légèrement passerillés.

Attaquons le plat de résistance : les toasts de saumon fumé sont soit beurrés ou crémés, ce qui dans l’accord du saumon avec les vins a son importance.

AOC Champagne rosé Domaine Besserat de Bellefon Cuvée des Moines (38€) : nez discret pamplemousse. Attaque en bouche florale (acacia), bulles fines. Notes de craie. Finale acide, « aspirine » pour certains dégustateurs. Assez bien.

  •  L’accord vin/saumon est par contre moyen.

AOC Alsace Muscat Sec Domaine Anstotz et fils (7.20€) : nez agrume et litchi. L’attaque en bouche est grasse, plutôt ronde. Note de pêche. Finale acide avec une belle longueur. Un peu chaud (alcool). Bien+

  •  L’accord vin/saumon est réussi. La bouche est plus soyeuse.

AOC Muscadet Domaine Bonnet-Huteau Granit des Laure 2012 (7€) : nez floral, beaucoup de fraicheur, parfum de mer (huitre) L’attaque en bouche est ronde, note de fleurs, vin ample avec une finale acidulée et longue. Bien.

  •  L’accord vin/saumon est fait ressortir la puissance et l’acidité du vin qui domine l’ensemble.

AOC Chablis Cave de la Chablisienne Le Finage 2010 (9.60€) : nez citron et végétal. Attaque en bouche douce, sucrée. Le vin monte en puissance. Finale acide et maitrisée. Bien.

  • L’accord vin/saumon est réussi et bien équilibré.

AOC Ajaccio Domaine Abbatucci curée Faustine 2013 (19€) : nez discret agrume et écorce. L’attaque en bouche est explosive, grasse et une acidité fine. La finale est un peu chaude. Bien.

  •  L’accord vin/saumon laisse bizarrement une impression liquoreuse en bouche. Avec la chaleur du vin ressortent des notes plus fumées et boisées.

AOC Riesling Lucien Brand Osthoffen 2002 (10€) : nez de colle, pétrole puis floral. L’attaque en bouche développe des notes citron et cédrat, la matière est beurrée. Finale acide agréable. Bien+.

  •  L’accord vin/saumon est équilibré quoiqu’en faveur du vin plus puissant.

AOC Jurançon moelleux Domaine Lapeyre Cuvée Magendia 2007 (22€) : au nez, des arômes de banane flambée, compotée. Vin très aromatique en bouche (zeste, miel) belle finale amère. Très bien.

  •  L’accord vin/saumon est très intéressant car le sucre contre bien le gras du saumon.

 

Les vins les plus appréciés par les dégustateurs sont ceux du Domaine Lapeyre et du Domaine Bonnet-Huteau. L’accord le plus apprécié est celui avec le Chablis, suivi de celui avec le Jurançon.

Saluons le Fumage artisanal d’Arzon (www.fumage-arzon.fr) pour l’excellence de son saumon fumé. Un grand merci aussi aux personnes qui ont patiemment réalisé d’excellents toasts (plus de 70 !)

A bientôt.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *