CR Dégustation de vins de Bergerac

La dernière séance Vertivingstone de l’année ce jeudi 12 juin 2008 était consacrée au vignoble bergeracois. Voici le compte-rendu de Romain sur cette dégustation.

Bergerac Blanc sec 2004

Château Tour des Gendres, Cuvée des Conti (16,27€ – Leclerc St Maixent L’Ecole)

Le nez s’affiche comme intense et aromatique avec des aromes de poires confites, pêches et quelques notes de cire, d’épices et de champignons,

En bouche, ce Bergerac montre les mêmes tonalités avec un coté épices et cumin évident puis des notes de fruits secs, d’amandes. La finale, légèrement tannique et amère, quelque peu abrupte, elle  dénote un certain manque de gras pour prolonger le vin. Une jolie expression aromatique avec de l’évolution.

 

Montravel Blanc 2005

Château Moulin Caresse, Cuvée 100% (17,50€ cave l’Orée des Vignes)

Le premier nez s’avère intense, très anis et badiane puis tend vers des notes toutes aussi fraîches d’eucalyptus, puis de coco, vanille, praline et cassonade. L’aspect boisé de ce vin devient évident au court de l’aération. La bouche se montre épaisse et riche à l’attaque, légèrement lactique, elle tranche par des arômes de girofle et beaucoup de chaleur. La finale, épicées et légèrement amère reste assez courte, le bois demande encore à se fondre mais ce Montravel demeure très gourmand.

 

Bergerac 2005

Château Monestier la Tour Cuvée Terres Vieilles (5,75€ – Auchan)

Le nez, austère et fermé présentent un vin introverti, on dénote toutefois des arômes de sous bois, champignon avec quelques teintes animales.

Rustique en bouche, ce Bergerac frappe par l’omniprésence du bois frais fortement vanillé et un tannin particulièrement séchant.

 

Bergerac 2006

Domaine du Jonc Blanc, Le Sens du fruit (www.vins-etonnants.com – 6.50 € port compris)

Un bouquet très fruits rouges, cerise noire, mûre et pruneau monter une matière première a belle maturité malgré un millésime compliqué. En bouche, l’attaque est ample et chaude avec des nuances de sous bois, humus, noyau de cerise, on remarque une jolie concentration, mais la finale reste rude avec un tannin assez âpre qui demande à s’arrondir.

 

Pécharmant 2005

Domaine de l’Ancienne Cure (7,61€ – Leclerc St Maixent l’Ecole)

Ce Pécharmant montre une attaque riche sur des variations de fougères, poivrons grillés, poivre et griotte. L’attaque en bouche est franche, gourmande sur des notes végétales, de réglisse, cassis. La finale présente des tannins joliment serrés qui devraient se bonifier avec l’âge malgré une matière que l’on voudrait plus dense, on remarque également des notes myrtilles et une sensation florale agréable sur la rétro-olfaction.

 

Vin de Table 2005

Domaine du Jonc Blanc, Coeur de Foudre (www.vins-etonnants.com – 10 € port compris)

Puissant et précis, le nez a du caractère et dresse un joli tableau sur des teintes de coco, violette et myrtilles. Particulièrement riche et concentrée, la bouche prolonge la première impression avec des notes de pruneaux, cerises confites, fruits macérés, on remarque une légère acescence sans gravité. La finale est superbe sur des nuances de cerises à l’alcool, buis et rose. Un joli vin qui devrait bien évoluer, des raisins pleins de maturité et de caractère.

 

Montravel 2003

Château Roque-Peyre (10€ – Propriété)

Un nez très « cabernet-merlot » de poivron grillé, on distingue dans un deuxième temps des notes de forêt humide et de muguet, La bouche s’avère très ensoleillée, grasse et chaude, la palette aromatique penche vers l’évolution avec des arômes de pruneaux, réglisse, confiture de mûres et cèdre. La finale révèle un tannin légèrement séchant et un peu de volatile. Le bois ne s’est pas complètement fondu. Superbe attaque mais finale en retrait.

 

Montravel 2004

Château Moulin Caresse Cuvée 100% (17,50€ cave l’Orée des Vignes)

Ce Montravel présente un bouquet particulièrement précis, les nuances de violette, réglisse, bonbon, guimauve, cassis et pain d’épices constituent une jolie palette. Ample, droite et soutenue par une belle acidité, la bouche nous entraîne sur les mêmes chemins, on retrouve avec plaisir des arômes surprenant de violette et de cassis. La trame tannique est intense mais remarquablement serrée, le bois ressort cependant trop en finale. Un superbe potentiel, à regoûter d’ici 3 ou 4 ans.

 

Côtes de Bergerac 1996

Vignoble des Verdots Clos Les Verdots selon David Fourtout (55€ cave de l’Inattendu)

 Nez évolué de griotte, fraise compotées, café et cacao.

Bouche destructurée, madérisée.

 

Haut Montravel 2007

Château Moulin Caresse (Don – cave l’Orée des Vignes)

Un moelleux tout en jeunesse, le nez très aromatique tranche par ses arômes floraux, de genêts, lychee et pêche. La bouche est très fraîche avec des notes citronnées, un léger perlant et un coté fermentaire (bonbon anglais, vernis) évident. Le sucre résiduel s’avère bien fondu car soutenu par une acidité bienvenue. Bien que jeune et encore sur notes fermentaires, un vin bien maîtrisé avec un bel équilibre.

 

Haut Montravel 2005

Château Moulin Caresse – Magie d’Automne (9€ cave l’Orée des Vignes)

Le bouquet montre une attaque très agréable et dominée par la fraîcheur de ses arômes comme l’anis, la badiane, la coriandre et des notes de fraises et violettes. Agréable en bouche, la fraicheur se dessine comme une constante de cette cuvée avec des nuances d’anis et de fenouil et une pointe de vanille. En finale, l’acidité tient bien le vin et la sucrosité reste discrète.

 

Monbazillac 2000

Château Ma Passion Bernard Dormic (10,50€ – Le Plein d’épices Vertou)

La couleur annonce d’emblée que nous entrons dans la chasse gardée des liquoreux. Le nez, très miellé, nous montre des notes de champignons, fruits confits, pains d’épices et de fumée. L’attaque en bouche surprend par sa fraîcheur et sa légèreté, les arômes anisés laissent doucement la place à des nuances de raisins rôtis, pain d’épices, beurre et cédrat. La finale laisse apparaître des notes de gingembre mais demeure un peu courte. Une belle trouvaille très élégante.

 

Saussignac 1997

Château Court les Mûts (12,50€ – Propriété)

Précis, intense, chaud et complexe; tels sont les qualificatifs qui caractérisent fort bien cette cuvée. Le bouquet, très riche, évoque en attaque la figue et le coing, puis le milieu de bouche révèle de puissants arômes de sève de pin, d’abricots secs et de résines.

La bouche montre une attaque épaisse et chaude puis laisse place à d’avantage de fraîcheur. On retrouve dans un premier temps superbes expressions balsamiques et enfin des notes de pâtes de coing, de raisins secs et les arômes fumés du botrytis. Un vin plein, charnu et parvenu à maturité.

 

Partager l’article !   CR Dégustation de vins de Bergerac: La dernière séance Vertivingstone de l’année ce jeudi 12 juin 2008 était consacrée au vignoble bergeracois. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *