4 places libres pour la séance d’initiation “Goûter et Sentir un vin”.

Il reste encore 4 places de libres pour la séance “Libertivin” d’initiation “Goûter et Sentir le vin” le mardi 9 novembre 2010 20h30 à Vertou par le fameux Romain Mayet.

 

Un atelier qui donne quelques bases théoriques et pratiques pour se lancer à faire ses propres analyses et commentaires sur un vin. Un atelier ou vous êtes le dégustateur.

 

Un atelier qui permet de comprendre pourquoi il est inepte de servir du vin dans un verre comme ça :

 

 

Il en coûte 8€ pour un adhérent. Et c’est un atelier ouvert aux non-adhérent : il en coûtera alors 15€ pour un non-adhérent. Contactez-moi si vous êtes intéressés afin de réserver vos places.

 

Partager l’article !   4 places libres pour la séance d’initiation “Goûter et Sentir un vin”.: Il reste encore 4 places de libres pour la séance “Libertivin” d’initi …

Première séance Vertivingstone : le vignoble de Cassis

 

 La première séance Vertivingstone de l’année était consacrée au vignoble provençal de Cassis. Une séance assez facile à organiser puisque tous les vins proviennent de la Maison des Vins de Cassis. Les participants disposaient de trois points à attribuer aux vins qui leur ont le plus plu.

 

Cassis blanc, Clos d’Albizzi 2009 (9.40€) 

 Aromatique, fruité, fruits jaunes, noisette, assez gras, léger amer. Pas très long. Bien (1 point)

 

Cassis blanc, Domaine de la Couronne de Charlemagne 2009 (10€)

Aromatique, fruits exotiques. Un vin très technique. Bouche convenable (gras du glycérol de l’alcool. L’acidité termine bien la fin de bouche. Bien (6 points)

 

Cassis blanc, Domaine du Paternel blanc de blanc 2009 (12.20€)

Aromatique mais moins de maturité du raisin perceptible que les deux premiers. Un nez qui « sauvignone » bourgeon de cassis. Un vin qui joue plus sur la souplesse fraîcheur que sur la puissance. La présence importante de l’Ugni y est sans doute pour quelque-chose. Un style qui se défend… surtout quand il fait chaud… Bien (3 points)

 

Cassis Blanc, Domaine La Dona Tigana 2009 (12,40€)

Nez moins aromatique mais fin, précis sur la pêche et l’abricot encore un peu «arôme primaire ». Belle bouche pleine, bonne densité et très bel amer. Bien++/Très Bien (21 points) 

Cassis blanc, Domaine des Quatre vents (8.60€)

Ananas blet, acidité volatile, plat. Assez court. Moyen (0 points)

 

Cassis Blanc, Château de Fontblanche, blanc de blanc, Jus de Goutte 2008 (12,90€)

Peu expressif un peu réduit et le nez me picote un peu. A l’aération floral épicé, bois de réglisse. Bonne matière mais pas très long Bien (6 points)

 

Cassis blanc, Clos Ste Magdeleine 2008 (14.50€)

Joli nez élégant floral, feuille de citronnier, hespéridé. Très tapissant, digeste, tendu, finale menthée. La classe! Très Bien +/Très Bien++ (20 points) 

 

Cassis blanc, Domaine de la Ferme Blanche Excellence 2007 (13.50€)

Vanillé, ananas, texture plus lactée. Bois convenablement intégré. Bien+ (17 points)

 

Cassis blanc, Château Barbanau, Clos Val Bruyère Kalahari 2007 (21,00€)

Trop boisé à mon goût. Trop de vanille. Ananas. Tapissant en bouche belle finale acidulée. Bien (8 points)

 

 

Partager l’article !   Première séance Vertivingstone : le vignoble de Cassis:    La première séance Vertivingstone de l’année était consacré …

Vertivinus – Séance 1 – Jeudi 30 septembre 2010 – Château de la Frémoire

C’est un groupe composé de 17 dégustateurs qui assiste à cette première séance du groupe Vertivinus, consacrée au Carignan Noir, « le cépage à la mauvaise réputation »

 

C’est un cépage noir à grains blancs, d’origine espagnole (ville de Cariñena dans la province de Saragosse) Son installation dans la vallée du Rhône et en Languedoc-Roussillon date du début du vingtième siècle. C’est dans cette dernière région qu’il s’épanouit, y trouvant beaucoup de chaleur, des terrains rudes et caillouteux type schiste. « Il faut l’attendre d’abord à la vigne » car il arrive à maturité assez tard en comparaison des autres cépages locaux. Il est extrêmement sensible à l’oïdium mais supporte très bien les fortes sécheresses et le vent

Ses rendements élevés (plus de 60 hl à l’hectare) lui valurent pendant des années la réputation de cépage facile produisant des vins sans attrait. Il faut attendre les années 80-90 pour assister à une renaissance de ce cépage, grâce au progrès des techniques de vinification – notamment la macération carbonique qui apporte des arômes fruités au vin –  et aux convictions de quelques vignerons qui n’hésitent pas à abaisser les rendements de leurs vignes plantées en carignan afin de produire des vins de qualité.

 

Le carignan noir est aujourd’hui souvent associé à d’autres cépages (syrah, grenache ou cinsault) conformément aux cahiers des charges des nombreuses AOC du Sud de la France. On trouve néanmoins quelques cuvées 100% carignan (Fitou ou Corbières) qui seront ainsi classées en vin de table (VdT)

 

7 vins sélectionnés par Romain sont dégustés ce soir-là (les deux premiers le sont à l’aveugle)

 

Corbières VdT Clos de l’Anhel – cuvée Les autres 2007 (6.60€): 1er nez de vernis/chimique, intensité assez marquée de mûre et de cassis évoluant ensuite la figue et la myrtille. La bouche est chaude. On note un peu de gras. Les tannins sont assez peu marqués. La finale est pimentée. C’est un vin plutôt rustique. Assez bien.

 

Minervois VdT L’Oustal Blanc cuvée K 2009 (7€): 1er nez fruité, arôme amylique (vernis & fraise tagada) et de cerise. La deuxième table de dégustateur note des arômes de cuir. La bouche est gourmande et chaude, voire un peu alcooleuse.  On y trouve une certaine exubérance. La finale est assez persistante sur des notes de réglisse. C’est un vin carré. Assez bien+

 

Avant de goûter les vins suivants, Romain propose aux participants une caractérisation des tannins (école dite « australienne ») selon trois axes : la trame (peu serrée à très serrée), le grain (fin ou épais) et enfin le touché (doux, rond, séchant)

 

Fitou Domaine Bertrand-Bergé Cuvée Mégalithe 2007 95% Carignan, 5% Grenache (11.25€): 1er nez cuir, animal puis pétrole et mûre. Bouche chaude (mais pas trop) L’attaque du vin est plus progressive avec des tannins plutôt fins et soyeux avec une trame serrée. Goût acidulé en fin de bouche. Assez bien+/Bien

 

Corbières Domaine Les sabots d’Hélène. Cuvée La Mauvaise Réputation 2007 100% Carignan (13€) : nez cerise/mûre, violette, réglisse et plante médicinale avec une note de poivre. La bouche est chaude et enveloppe le palais lentement mais sûrement. Les tannins sont fins et serrés. On sent la puissance du vin. Bien+

 

Domaine Olivier Pithon Le Pilou 2007 100% Carignan (30€) : 1er nez huileux, assez discret, puis des arômes végétaux (bois vert, herbes) et mentholés. La bouche exhale des arômes de cuir et de marc de café voire cacao. La trame tannique est très serrée (un cran au dessus du précédent), la finale est acide et pimentée. C’est indéniablement un vin de caractère avec un bon potentiel de garde. Bien+.

 

Terra Alta 2 Finques Vi de Guarda Carinyena 2004 (Espagne – 19.14€) : 1er alcooleux au arôme de mûre puis des notes fumées/tabac. Plusieurs participants évoquent la banane flambée ou la crème pâtissière.  La bouche propose une trame tannique moins serrée que les deux précédents avec des notes ligneuses. Le vin est moins complexe. Assez bien.

 

Domaine du Roc des Anges Cuvée 1903 2005 (31.50€): Le nez est frais avec des notes de grillé et de cuir. La trame tannique est très serrée (comme de la craie en bouche) et exhale des arômes de marc de café voire d’alcool brun. Un vin très concentré, « qui en a sous la pédale » pour certains participants, un vin « qui appelle un bon cigare » pour un autre. Bien/Très bien.

 

 

Un rapide tour de table consacre le domaine Les sabots d’Hélène, devant le domaine  Olivier Pithon puis à égalité le 2 Finques et le Roc des Anges.

Image’ : http://www.chateauloisel.com/

 

Partager l’article !   Vertivinus – Séance 1 – Jeudi 30 septembre 2010 – Château de la Frémoire: C’est un groupe composé de 17 dégustateurs qui assiste à …

Première soirée Salivertivin du 21 septembre 2010

La thématique de la soirée était : Les cépages blancs et rouges du Languedoc –Roussillon.

La problématique, après présentation d’une première série de vins mono cépages étiquettes découvertes, était de pouvoir retrouver ceux ci dans une seconde série de vins du même secteur, de mêmes cépages mais plus ambitieux (élevage fûts, sélection parcellaire…). Il y avait six vins dans chaque série : 2 blancs (grenache blanc, grenache gris) et quatre rouges (grenache, cinsault, mourvèdre et carignan).

 

Première série : Etiquettes découvertes

 

Premier vin : Vin blanc

Domaine Virgile Joly Saturne 2008 AOC Coteaux du Languedoc Blanc

Cépage : grenache blanc

Infos connexes : Vignes de 1975

R : Dorée soutenue

N : Intensité aromatique moyenne +. Fruits blancs (pêche). Pâtissier à l’aération. Ne montre pas une folle complexité.

B : Très bien fait, discrète amertume. Seul défaut : Absence d’ascendance ?

Ccl : Profil aromatique proche du sauvignon B ?

Note : 12/20

DSCF5829.JPG

 

Second vin : Vin blanc

Domaine L’Oustal Blanc Naick 8 Vin de table (environ de minervois) millésime 2008 ( Naick 9 : 2009 …etc)

Cépage : grenache gris

R : Dorée soutenue proche du précédent

N : Grillé presque boisé mais comme nous sommes plutôt sur des élevages cuves à moins que quelques douelles n’aient été immergées… plutôt « pierre à fusil » s’estompant nettement à l’aération en se complexifiant.

B : Très volumineuse, gourmande, notes de crème brûlée. Bouche chaleureuse mais sans excès vu les 15° annoncés (pour accompagner un bon BBQ). A un vraie tannicité évoluant sur l’amer.

Note : 15/20

DSCF5826

 

Troisième vin : Vin rouge

Alain et Laure ROBERT (Clermont l’Hérault) Vinifié et mis en bouteille par Sylvain FADAT Domaine d’Aupilhac 34150 Les servières « Un siècle de cinsault » 2009 Vin de pays de l’Hérault

Cépage : Cinsault

R : Limpide de belle intensité

N : Frais, fruits rouges (fraises écrasées) et « pivoine » se complexifiant à l’aération vers des notes de caramel.

B : Tannicité tapissante, amertume…

Note : 11/20

DSCF5830.JPG

 

Quatrième vin : Vin rouge

Domaine L’Oustal Blanc K9 Vin de table (environ de minervois) millésime 2009

Cépage : Carignan

B : Belle, pourpre profonde

N : Eteind, « croûte de munster » peu d’évolution dans l’expressivité, se complexifie légèrement.

B : Veloutée, suave, de beau volume, civilisée restant soyeuse sur la finale. Bonne longueur même si ça « chauffe dur » au goût de certains.

Très bon

Note : 15/20

DSCF5828.JPG

 

Cinquième vin : Vin rouge

Michel et Pompilia GUIRAUD Comme a Cayenne 2007 Saint Chinian AOC

Cépage : Grenache noir 85%

R : Moins belle que la précédente. Dense, début d’évolution.

N : Fruits à l’eau de vie, un peu plus intense mais toujours monolithique à l’aération. « Peau de mandarine sèche ».

B : Chaude dés l’attaque (ce point fait cependant débat). Tannicité fine serrée. Bonne persistance sur les mêmes arômes.

Note : 11/20

DSCF5827.JPG

 

Sixième vin : Vin rouge

Supply-Royer vigneron 34150 Le Mourvèdre des Crouzets 2008 Vin de pays du Mont Baudile

Cépage : Mourvèdre

R : Opaque à frange rubis

N : Peu expressif, fin, « médicinal », peu évolution notable à l’aération

B : Tannicité dense et fine, virile.

Note : 13/20 (potentiel)

DSCF5831.JPG

 

Seconde série : Etiquettes masquées

Saurons nous retrouver ces cépages “à l’aveugle”…?

 

Premier vin : Vin blanc

R : La plus claire des vins blancs dégustés ce soir

N : Pierre à fusil, Fumé.

B : Un peu chaude (nous ne sommes pas dans le L-R pour rien)

Ronde, grasse, beau volume (boisée ?). « Crémeuse, crème fraîche ». Un peu monolithique mais bonne longueur toutefois un peu chaleureuse.

Note 13-14/20

Réponse : Mas Amiel Altair 2005 Côtes de Rousillon AOC

Grenache gris

DSCF5837.JPG

 

Second vin : Vin blanc

R : Semblable à la précédente

N : Très frais, citronné, « pomme, cidre »

B : Equilibre réussi entre volume (peut être un peu de sucre résiduel) et perlant.

« A la fois réduit et oxydé (pomme, éthanal) rapprochant son profil aromatique de vins clairs champenois (©Romain) ».

Note : 15.5/20

Réponse : Domaine du clos des Fées Grenache blanc Vieilles vignes 2008 Vin de pays des côtes Catalanes

DSCF5838.JPG

 

Troisième vin : Vin rouge

R : Très sombre, discrète turbidité

N : D’abord réduit, s’ouvre sur des notes sauvages « lardées »

B : Tannicité riche et très fine. Persistance énorme. Immense longueur sur des notes viandées et brûlées. GRAND VIN.

Note : 19/20

Réponse : Clos Fantine Chuuuu…t… Vin de table (assemblage de plusieurs millésimes ?)

Mourvèdre

DSCF5832.JPG

 

Quatrième vin : Vin rouge

R : Légère, faible intensité

N : Très aromatique « parfumerie », « groseilles, fruits rouges écrasés », agrumes

B : En dentelle, trame acide marquée avec un volume cependant intéressant. Un peu poussiéreux. Discrètement brûlant en finale.

Note : 12/20

Réponse : Domaine La terrasse d’Elise Le Pradel 2007 Vin de Pays de l’Hérault

Cinsault

DSCF5833.JPG

 

Cinquième vin : Vin rouge

R : Opaque, discrète turbidité.

N : Nez fin, floral (« iris »). Evoluant à l’aération vers le « jus de cassis ». Notes oxydatives nettes (porto). Notes de caoutchouc et « colle scotch » moins plaisantes pour certains dégustateurs.

B : Un peu déstructurée. Astringence, tannicité anguleuse. Persistance moyenne avec des tanins particulièrement abrupts en finale.

Note : 13/20

Réponse : Le Roc des Anges Cuvée 1903 Millésime 2008

Carignan

DSCF5834.JPG

 

Sixième vin : Vin rouge

R : Limpide, brillante, d’intensité moyenne, relativement claire

N : Discret ….

B : Ensemble fondu et harmonieux, persistance moyenne sur la girofle.

Note : 13/20

Réponse : Château Haut-Blanville Clos de la Plénitude 2005 Coteaux du Languedoc AOC

Grenache noir

DSCF5835.JPG

 Rendez-vous le 12 octobre prochain pour la seconde soirée salivertivin.

Au plaisir…

 

 

Partager l’article !   Première soirée Salivertivin du 21 septembre 2010: La thématique de la soirée était : Les cépages blancs et rouges du Languedoc –Rou …

Vertivingstone Cassis quelques places libres

Jeudi 7 octobre, Il y a quelques places libres pour la séance Vertivingstone consacré au vignoble de Cassis. (tarifs adhérents 8€ – non adhérent 15€)

 

Contactez-moi par le formulaire de contact en bas de la page si vous êtes intéressés.

 

 

Partager l’article !   Vertivingstone Cassis quelques places libres: Jeudi 7 octobre, Il y a quelques places libres pour la séance Vertivingstone consacré au vignoble …

Séance Libertivin – Accords vins et foie gras

Vertivin a confié l’animation de cette séance Libertivin dédiée aux accords mets vins au caviste orvaltais on line “Vins et Indépendance” avec pour seul mission de boulverser les idées reçues. Mission réussie si l’on en croit la plume d’Elsa…

 

Quel vin boire avec un foie gras ?

Lors de cette soirée, nous avons dégusté 8 vins de la sélection « Vins et indépendances » avec un foie gras.

Vins et indépendance a pour activité principale la vente de vins en ligne. Je vous conseille une petite visite sur leur site si vous désirez découvrir quelques beaux vins.

Jean-Louis Chauveau, membre fondateur de cette société, a animé cette dégustation dans la bonne humeur.  En introduction, Jean-Louis nous présente son parcours qui peut se résumer en quelques mots : amateur passionné d’œnologie pendant 20 ans, « Fou-furieux du vin, de la dégustation et des accords mets-vins », il bascule en 2004 du côté obscur et devient “‘professionnel-bénévole” en créant Vins et indépendance avec Bénédicte Ségard.

 

Pour découvrir les 8 vins proposés et évaluer leur accord avec le foie gras, la méthode est la suivante : tout d’abord les vins sont dégustés à l’aveugle  puis nous évaluons l’accord.

 

Domaine des Lambrays ; Morey Saint – Denis ; 2006 ; 35€20 A l’œil, l’intensité colorante peu soutenue nous met déjà sur la piste du pinot noir.Le nez renforce cette première idée : il est intense, complexe aux notes de petits fruits rouges, groseille, cassis, notes de sous bois, notes épicées. Certains sont sensibles aux notes poivrées  que présente ce vin, au point de l’envisager comme étant à base d’Aunis. La bouche est aromatique, dominée par la groseille à maquereau. Une belle acidité et une bonne persistance aromatique. TB

Concernant l’accord avec le foie gras, les avis sont partagés. Certains ne semblent pas apprécier l’accord de structure c’est-à-dire que  la structure plutôt légère du vin ne porte pas suffisamment la richesse du foie gras. Jean-Louis propose alors d’améliorer l’accord aromatique en accompagnant le foie gras d’une gelée de fruits rouges.

 

Domaine de l’Edre ; Côtes du Roussillon Villages ; « Edre » ; 2008 ; 26€00

La couleur rouge soutenu nous éloigne de la Bourgogne et nous pensons mettre le cap vers le Sud. Le nez ne nous contredit pas : concentré, épicé, fruits noirs. L’attaque  est souple et la bouche est volumineuse, soyeuse et dense. Environ la moitié des dégustateurs plébiscitent l’accord avec le foie gras : l’onctuosité des deux produits  est appréciée. Bien

 

Domaine Pierre Luneau-Papin ; Muscadet Sèvre et Maine ; « Pueri Solis » ; 2005 ; 12€90

 Le nez est moyennement intense mais élégant. Il évoque des fruits très mûrs comme l’abricot, l’ananas aussi la pomme cuite et des fleurs blanches. C’est précisément à ce moment là de la soirée que, virtuellement, mentalement, les dégustateurs présents se séparent ! Une partie est en Alsace tandis que certains autres sont dans La Val de Loire, pariant sur un chenin blanc. En bouche, la texture est très crémeuse et l’acidité plutôt faible. Ce vin manque un peu de nervosité pour un accord parfait avec le foie gras. Vous l’aurez compris, ce muscadet, oublié 42 mois sur lies, est atypique. Bien

 

 Domaine Huet ; Vouvray ; « Le Mont » demi-sec ; 2007 ; 18€80 C’est un nez typique de Chenin blanc : note “terreuses” pierres, gentiane puis ensuite (avec aération) plus exotiques. Notre groupe de dégustateurs est à nouveau réuni entre Vouvray et Mont-Louis. En bouche, l’équilibre acidité/sucre est exemplaire. De superbes notes minérales et de beaux amers. TB

 L’accord avec le foie gras est parfait.

 

Domaine Zind-Humbrecht ; Alsace ; Pinot Gris ; « Calcaire » ; 2007 ; 22€40 

Hormis les notes d’acescence, le nez est subtil et d’une grande complexité aromatique : épices, notes grillées, vanille, fruits cuits, confits, champignon. La bouche est…magnifique ! Ronde et vive à la fois. Arômes d’orange et de fruits confits mais le plus remarquable est l’équilibre entre le sucre résiduel et l’acidité, la finesse et la lonlonlonlonlongueur…….TTB Sans surprise, ce vin s’accorde très bien avec le foie gras.

 

Domaine Cauhapé ; Jurançon ; « Noblesse du temps » ; 2004 ; 30€60

 Comme le vin précédent, le nez est marqué acescence. Aussi, il offre des arômes de fruits exotiques : ananas, mangue, des notes vanillées et épicées. Globalement, le nez est imposant. Pour les dégustateurs persuadés d’être à Sauternes voire Montbazillac, je vous suggère de descendre plus au sud. La bouche est nerveuse et onctueuse. Assez bonne longueur sur l’amertume et l’acidité. AB L’accord avec le foie gras fonctionne évidemment très bien mais c’est un grand classique.

 

Partager l’article !   Séance Libertivin – Accords vins et foie gras: Vertivin a confié l’animation de cette séance Libertivin dédiée aux accords mets vins au …

Vertivinus – Séance 10 – Jeudi 3 juin 2010 – Château de la Frémoire

Dernière séance de l’année pour le groupe Vertivinus ! Cette fois-ci, pas de thématique particulière, mais une dégustation à aveugle de trois vins puis une dégustation juste pour le plaisir de sept bouteilles, dont quelques flacons prometteurs comme il restait des sous dans la tirelire.

 

Dégustation à l’aveugle – Vin 1 :

Nez citronné, puis pierreux. Bouche plutôt chaude, bonbon un peu sucré. Je n’ai aucune idée sur l’origine de ce vin.

è Il s’agit d’un Klevener de Heiligenstein 2007 – Domaine Rietsch.  (10€ www.vins-etonnants.com) Le cépage est le savagnin rose.  Bien.

 

Dégustation à l’aveugle – Vin 2 :

Nez, citron puis floral. La bouche est longue, chaude, pas très complexe. J’opte pour un Sancerre.

è Il s’agit d’un Chablis 1er cru Vaillons 2006 du domaine William Fèvre (16,80€ – Cave Bournigault Ancenis). Assez bien.

 

Dégustation à l’aveugle – Vin 3

Nez fraise, poivré et cuir. La bouche est fraîche, crayeuse avec des tannins fondus. La bouche poivrée m’oriente vers un Côte du Rhône Septentrional (type St Joseph ou Croze-Hermitage)

è Il s’agit un Chinon du domaine Bernard Baudry Les Granges 2007 (6.80€ www.vins-independance.com – Orvault). Assez bien +

                  

La dégustation à l’aveugle cède la place à une dégustation plus classique (ouf !) pour les sept derniers vins de l’année 2009 – 2010.

 

Patrimonio Antoine Arena Grotte di Sole 2006 : (19,95€ Vino Vini nantes )

Nez au premier abord oxydatif, puis poire, lacté avec pour certains dégustateurs un peu d’acescence. La bouche est puissante, un peu perlante, avec beaucoup de matière. Très bien.

 

Hermitage Paul Jaboulet ainé  2001 Le Chevalier de Stérimberg : (40,80€ – Cave Bournigault Ancenis)

Nez de pain d’épice, fumé et réglisse. La bouche est longue, un peu austère et chaude avec des notes de miel. Bien+

 

Côtes du Roussillon Villages 2008 Domaine du Chemin Faisant – Un des ces quatre (6.80€):

Nez poivré, alcooleux avec des notes de poivron vert. Bouche aux notes de fruits écrasés, de confiture, un peu fumé. Belle longueur aromatique. Bien.

 

Ripassa Valpolicella Superiore Domaine Zenato 2006 : (16,59€ www.vinpiu.it)

Nez de marc, de vieil alcool brun puis fruit noir et café. Bouche mentholée et fumée. Finale asséchante. Le vin paraît plus évolué que son millésime ne l’indique. Assez bien+.

 

Châteauneuf du Pape – Château Rayas 2004 : (99€ http://www.espace-vins.com/ )

Nez aux notes fraise puis violette et animal. Bouche cannelle, attaque terriblement puissante, arômes de cuir, de laurier et de sauge. Superbe longueur. Vin très élégant. Excellent.

Côtes du Roussillon Villages – Domaine de Gauby La Muntada 2000 : (178€ le magnum http://www.espace-vins.com/ )

Nez très puissant aux arômes de camphre, cire. Note animal. Note épicée et salée en bouche, tannins serrés. Note boisée en final. Très bien.

 

Conclusion : superbe conclusion de la saison Vertivinus 2009/2010. Les participants se sont régalés, avec notamment un Château Rayas tout en haut de la hiérarchie de cette dernière séance. Vivement l’année prochaine !

 

Partager l’article !   Vertivinus – Séance 10 – Jeudi 3 juin 2010 – Château de la Frémoire: Dernière séance de l’année pour le groupe Vertivinus ! Ce …

Compte-rendu de dégustation : séance Fronton

Fronton le vin des Toulousains est une appellation qui nous aura laissé un bon souvenir.

 

Il faut dire que la Negrette est un cépage qui ne laisse pas indifférent. La palette aromatique de ce cépage peut être d’une puissance phénoménale. L’impression de se trouver dans un magasin de cosmétique ou une parfumerie nous a souvent effleuré mais aussi de croquer des grains de beau poivre frais d’Indonésie, de manger du fond de teint. Ici, les arômes amyliques prennent des airs de fraise tagada… et c’est rigolo.

 

En outre, même sur les cuvées les plus ambitieuses, pas la moindre trace de boisé perceptible… ou alors un boisé Cèdre/Mélèze… qui fait quand même plus classe que la vanille d’un Bordeaux. Nous avons appris que sur les cuvées Haute Expression le syndicat travaillait à un rapport fruit/bois… dès que le bois se fait sentir sur ces cuvées, hop les cuvées sont éliminés de cette démarche collective… ça sert à rien d’avoir un beau cépage si on le masque par du bois. Si c’est pas une belle démarche, ça ?

 

Les vins ont été récupérés chez des cavistes toulousains par Philippe Ricard du club toulousain In Vino Veritas, que je remercie grandement au passage. Les cavistes nantais étant lacunaire en Fronton… ce qui est bien dommage…

 

Fronton Domaine de la Colombière, Vinum 2008

Fruité, floral (pivoine, iris), poivré, attaque ronde, fumée, acidité en fin de bouche. C’est facile, ça se boit bien… certains ont trouvé la bouche un peu dissociée. Pour moi c’est bien

 

Fronton Château Laurou, Délit d’initié 2008

Là… c’est bienvenue à Fronton. Pour ceux qui ne connaissaient pas la Negrette, ils sont mis dans l’ambiance. Nez puissant floral de parfums lourds et cosmétiques (rouge à lèvre), les parfums continuent en bouche qui en devient entêtante. Sensation légèrement sucrée moins acide… donc un peu plus empesé… mais c’est un style qui se défend. Bien +

 

Fronton Château de Montauriol 2007

Nez un peu plus discret bien que l’ordre de service du vin dans les verres semble nous jouer des tours, floral et sensation fraîche au nez. La bouche est ronde, sucrée un peu cacaotée. Un peu simple. Moyen ++/ Bien

 

Fronton, Château la Colombière Les Costes Rouges 2007

Beau nez complexe de cèdre, mélèze, encens et santal. Bouche ronde, tapissante, sapide. Bouche complexe qui s’étale par vagues, tendue, long, tanin serré et finale florale. Très Bien +

 

Fronton, Château Viguerie de Beulaygue, La Croix de l’Agneau 2007

Nez complexe très expressif. Fraise, fraise des bois, fraise tagada, parfumerie… une negrette très marquée. La bouche est ronde, serrée et très tendue sur des parfums de violette violents et extrêment persistants. Une impression de croquer un grain de poivre disait Elsa… ça, c’est un vin qui ne laissera pas indifférent Nous avions deux clans ce soir : le clan des « c’est too much », et le clan du « c’est de la bombe »… je crois que je faisais partie du deuxième clan… Très Bien ++ / Excellent.

 viguerie.jpg

 

Fronton, Château Baudare, Haute Expression 2006

 Une expression plus classique qui plaira au clan « too much » du vin précédent. Légèrement boisé-vanillé, moins expressif, une bouche plus puissante, plus sucrée de fût. Le tanin ferme, la bouche est bien faîte mais moins typique… Bien / Bien +

 

Fronton, Château le Roc, Cuvée Don Quichotte 2005

Encore un nez puissant qui pète la fleur servi par une légère volatile pas trop dérangeante. En bouche l’attaque est dominée par des arômes floraux et de beurre frais. Les tanins bien présents, fins et poudreux. Belle longueur en bouche et au nez. Il a été question d’une finale « poussièreuse » et j’aurai tendance à parler d’une finale très « pollen »… mais on se comprend, c’est l’essentiel. Très Bien ++

 

Fronton, Château Plaisance Tot Co Que Cal 2005

Début de nez sur des huiles essentielles florales ; une volatile « essence », fruits noirs et cassis. L’entrée en bouche fait très negrette. Un arôme lourd de parfums. La bouche est très concentrée marquée par un beau tanin massif et persistant. Un vin de garde : Très Bien + aujourd’hui sans doute mieux demain.

 

Fronton, Château Bouissel Haute Expression 2004

Encore une expression aromatique très forte. Marine dans un premier temps puis encore ces arômes floraux entêtants. En bouche, une belle mâche, des tanins assez fins et puis en finale de longs parfums floraux violents poussés par une acidité élégante. Très Bien.

 

Château Dévès, Allegro, 2003

Un nez plus évolué sur la violette-pruneau un peu plus discret que le précédent vin. Tanin très marqué. Petite acidité et fleur omniprésente. Une bouche plus évoluée également. Une vinification très classique sur un jus soigné. Bien++

 

Très franchement alors que je suis dans une phase ou les vins rouges français commencent sérieusement à m’emmerder… là je dois dire que c’est l’appellation me fallait.

 

Partager l’article !   Compte-rendu de dégustation : séance Fronton: Fronton le vin des Toulousains est une appellation qui nous aura laissé un bon souvenir. …

2 places de libre : Séance Fronton

Ce jeudi 10 juin : dernière séance Vertivingstone de l’année et 2 places libres pour une séance consacrée au vignoble de Fronton et son cépage original : la Négrette et à partir de vins gentillement récupérés par le club de dégustation In Vino Veritas de Toulouse.

 

(adhérent : 8€ / non adhérent 15€) Contact me if you’re interesting

 

 

Capture01-copie-2.jpg

 

Partager l’article !   2 places de libre : Séance Fronton: Ce jeudi 10 juin : dernière séance Vertivingstone de l’année et 2 places libres pour une séance cons …

De grands Muscadet.

 

Les objectifs de cette séance du groupe Salivertivin du 4 mai au Château de la Frémoire étaient multiples :

 

-En premier lieu, se faire plaisir avec une belle série de muscadets sur le millésime 89 (les yeux exorbités du président en regardant ce bel alignement de carafes remplies de doux nectars à la robe jaune or donnaient le tempo de la soirée).

 

  soiréemuscadets 011carafespix [640x480]

Copyright link (http://legoutduvin.hostblog.fr, merci Christophe)

   

-Contre-balancer l’image de ce vin de soif à boire jeune même si on en était déjà tous (ou presque) convaincus.

 

-Goûter un vieux vin, c’est aussi faire un saut dans le passé des techniques viticoles (les vins étant moins concentrés/extraits et les élevages sur lie moins poussés qu’aujourd’hui).

 

-Avoir la possibilté de goûter une série de grands vins sur le millésime 1989 (année solaire avec un été chaud et sec) qui fait partie des grands millésimes en Muscadet au même titre que 1976, 1982, 1987, 2005 et probablement 2009. Sachant que les prix astronomiques (entre 10 et 20 euros pour ces vénérables flacons…….) de cette appellation injustement dévalorisée nous ont permis de réunir un fort beau panel.

 

-Au niveau dégustation, il s’agissait de retrouver les arômes classiques des muscadets, mis en exergue par une très sérieuse étude de l’INRA dixit Romain, après quelques années de garde (notes d’agrumes, d’hydrocarbure/pétrolées, de fleurs séchées, empyreumatiques/grillées, lactées, de minéralité/pierre à fusil/fumée, balsamiques, mentholées/camphrées)


vin n°1 : Muscadet la Frémoire 1989

 

Nez intense d’agrumes confits, d’hydrocarbures avec de fines notes pétrolées. La bouche est légerement en retrait même si le vin présente un équilibre correct avec des touches de crumble à la poire. La finale est un peu courte mais le vin est encore très vigoureux pour son âge. Bien.

 

Vin n°2 : Domaine de la Bourdinière 1989

 

Nez moins intense mais plus complexe que le premier mellant des notes de fleurs séchées de pétales de rose à des notes grillées, fumées. La bouche est ample avec de beaux amers et la finale citronée très persistante confère au vin une belle fraicheur. Très Bien. 

 

Vin n°3 : Domaine de l’Echasserie 1989

Nez intense de tarte au citron avec des notes lactées prononcées. La bouche est grasse, très saline. Cela manque de tension à mon goût. Moyen.

Vin n°4 : Domaine de la Tourlandière 1989

Nez intense lacté, fumé avec de fines notes de pêche de vigne et de menthe poivrée. Bouche ample avec une matière bien mûre mais équilibrée par une superbe tension. Le vin s’étire en bouche sur de doux amers et la finale sur des notes anisées incite à se resservir très vite. Excellent.

Vin n°5 Domaine des Chausselières 1989

 

 

Nez intense de fruits exotiques et de confiture de lait. Bouche grasse et tapissante s’exprimant davantage par sa matière que par sa longueure. Notes alcooleuses en finale. Assez bien.

 

Vin n°6 : Michel Luneau et fils 1989

 

Nez d’encaustique, de cire d’abeille un peu réduit évoluant vers l’ananas à l’aération. La bouche est hyper ciselée en attaque mais l’ensemble manque d’équilibre et se termine de façon un peu abrupte. Assez bien.

Vin n°7 : Domaine des Hauts Mortiers, cuvée des Rochettes, Denis Charbonneau 1989

Nez complexe et élégant de fleurs blanches (nez de rose très riesling), de noisettes évoluant sur les épices indiennes à l’aération. Bouche très dense avec de belles notes salines s’étirant longuement sur l’anis et le curry. Grand vin, très complexe et incrachable!

Vin n°8 : Chateau du Coing de St Fiacre, cuvée Comte de Saint Hilaire 1989

Nez intense présentant des notes lactées, de pierre à fusil et de fleurs blanches. La bouche présente un léger perlant que l’on retrouve souvent chez les jeunes muscadets. L’ensemble manque d’équilibre avec une acidité dominante. Assez bien.

Vin n°9 : Domaine R de la grange (Rémy Luneau) 1989

Nez complexe de fleurs séchées, de rhum et de pralinoise. Bouche grasse sur des amers persistants avec une finale un peu chaude. Assez bien.

Vin n°10 : Domaine Pierre Luneau Papin, cuvée L d’or 1989

Nez de fruits frais et de crème patissière. En bouche, le vin présente un bel équilibre avec une matière crémeuse même si l’ensemble s’exprime de façon un peu monolithique en comparaison avec ses congénaires. Assez bien.

En conclusion, le rapport qualité-prix de ces vins est bien indéniable et la mauvaise réputation du vignoble est en grande partie injustifiée. Les vins présentent des caractéristiques communes avec leur nez très intense, leur évolution très rapide dans le verre et leur jeunesse insolente mais en même temps on a vraiment deux styles de vins en bouche passant de l’hypertendu à l’hypergras. Bref, il n’y avait pas de quoi s’ennuyer à la Frémoire et ce fut une bien belle soirée.

Greg.

 

Partager l’article !   De grands Muscadet.:   Les objectifs de cette séance du groupe Salivertivin du 4 mai au Château de la Frémoire étaient mul …