Compte-rendu séance Bergerac

 

 

Séance dédiée au vignoble de Bergerac pour cette séance Vertivingstone en compagnie du vigneron biologique, libéral et volubile Pierre Carles du Château le Chabrier venu exprès pour nous de Razac de Saussignac. Séance très instructive mais qui s’est terminée fort tard… je vous promet que pour les Vertivingstone nous allons tenter d’éviter ces excès à l’avenir. J’ai volontairement orienté la séance autour de la dégustation de vins biologiques (finalement très nombreux à Bergerac)…et j’ai essayé de mettre à l’honneur quelques producteurs récemment installés… Il y a quelques sacrés vins dans cette dégustation… je ne vous cache pas que cette dégustation m’a plus emballé qu’une séance voisine dans le pomerolais. Les blancs secs sont particulièrement séduisants : ils montrent tout le potentiel qu’on peut tirer d’un sémillon et ou d’un Sauvignon bien mûr.

Bergerac Sec, Château la Tour des Gendres, Cuvée des Conti 2013

2013 est un millésime pas facile… pas facile du tout même. Le nez est assez variétal à ce stade le nez « Sauvignonne-sémillonne » de façon un peu végétale qui s’ouvre vers des notes d’ananas. La bouche est bien construite avec une attaque sur une très jolie matière assez riche suivie par une belle tension… une vivacité assez intense d’ailleurs. La rétro est un peu variétale encore. Bien ++ (3 points)

Bergerac sec, Château le Chabrier, Le Contrepoint 2006

5 ans d’élevage en cuve béton pour ce Contrepoint. Forcément la palette aromatique est plus évoluée. Joli nez complexe qui s’ouvre sur des notes confites, abricot mûr, miel et poire cuite. Joli gras en attaque, bouche saline longue rétro-olfaction sur des notes d’abricot mâchonné. Très Bien (4 points)

Bergerac sec Château K 2013

Nous passons aux élevages en fût… élevage discret s’il en fut pour ce vin au nez très précis, léger grillé, notes exotiques, passion. Une bouche toute en tension parfaitement étirée net. Notes de groseilles en bouche. Une vinification parfaitement maîtrisée… assez impressionnant malgré un millésime pas facile… un vin qui doit être soufflant sur un meilleur millésime.  Très Bien + (14 points)

Bergerac sec, Château Tour des Verdots 2013

Nez élégant, Sauvignon mur, exotique, bouche assez grasse, tendue mais dans un second temps. L’ensemble n’est pas encore absolument fondu. Bien ++ (1 point)

Bergerac sec, l’Ancienne Cure, l’Extase 2012

Nez coco-vanille, bouche très grasse (malo ?) épais, assez alcooleux… Un équilibre assez décevant pour le vin le plus cher de la série. Bien (1 point)

Bergerac sec, Château du Panisseau 2005

Ici encore, voici une palette assez évoluée de miel, un boisé vanillé assez présent mais qui se fond bien avec le vin, élégant, belle texture assez dense en bouche, jolie tension, un bel équilibre… c’est bien fait. Très Bien + (12 points)

Bergerac, Château Richard, Cuvée Osée 2013

Nez fruité un peu végétal, la bouche est vive, le tanin un peu raide pas super mur… bon il n’y a pas de défaut pour une cuvée sans SO2 ce qui n’est pas facile mais 2013 n’était peut-être pas le bon millésime pour comprendre cette cuvée… Moyen/Bien

Bergerac, Domaine Coquelicot, Lilas de Coquelicot 2010

Premier nez très réduit, puis un peu phénolé (sparadrap, Brett ?), la bouche est mure, bien structurée, joli tanin assez vif en fin de bouche. Bref jolie bouche mais quelques soupçons de brett. J’ai repris le vin pour l’étudier le lendemain… les Bretts se sont clairement amplifiées une fois la réduction dissipée au point d’être désagréable. Bien + le jour même, Moyen le lendemain. (3 points)

Bergerac, Château le Chabrier, Gros Caillou 2009

Le domaine propose des vins rouges de garde marqué par une certaine acescence… un souci que n’ont pas les cuvées de consommation rapide. De deux choses l’une, soit on est sensible à l’acescence et le vin passe mal soit on n’y est pas sensible et l’acescence permet une intensité aromatique inédite… bon pour moi la palette aromatique est un mélange de gouache, de houblon et de grenadine pas dénué de complexité mais oenologiquement un peu singulier. La bouche est très jolie en revanche. Assez oxydative mais la matière est riche, le tanin est charnu et bien dessiné. (8 points)

Bergerac, Les Hauts de Caillevels 2009

Nez mur, précis, un peu cuit mais pas compoté pour autant. Assez classique somme toute… la bouche est mure, la tanin est fin et très charnu. Le bois est bien intégré. Assez jouissif en fait… Très Bien ++ (9 points)

http://www.gaultmillau.fr/image_cache/A11000/11760/11760_345_300_FSImage_0_63.jpg

Bergerac, Château Le Jonc Blanc, 2005

Nez évolué : vieux fût, fruits cuits, la bouche offre un tanin accrocheur assez puissant. La vivacité de fin de bouche aère la bouche et rend l’ensemble assez harmonieux. Plaisant. Bel équilibre. Très Bien (10 points)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *