Vertivinus – Les assemblages « bordelais » – Jeudi 25 septembre 2014 – Château de la Frémoire

« J’aime le Bordeaux, surtout dans sa vieillesse ; j’aime tous les vins francs, parce qu’ils font aimer ». Alfred de Musset.

La première séance de Vertivinus est consacrée aux assemblages « bordelais » et donc aux vins issus d’assemblage de merlot, de cabernet sauvignon et de cabernet franc. Quelques mots tout d’abord sur ces trois cépages :

Le merlot :

Originaire de la région bordelaise, il est issu d’un croisement entre la madeleine noire et le cabernet franc. C’est le plus jeune des cépages bordelais. Sa maturité est de dite de deuxième époque ; il est plus précoce que le cabernet sauvignon. Il est sensible au mildiou, à la pourriture grise mais moins à l’oïdium. Sa précocité est un avantage surtout les années délicates. Sa culture est assez aisé et sa vinification plutôt facile. Il permet d’élaborer tout type de vin.

C’est ainsi qu’il est devenu le second cépage rouge au monde (280000 ha) dont 114000 en France, 24000 en Italie 23000 aux Etats-Unis, 15000 en Chine et 13000 en Espagne.

Le cabernet sauvignon :

Celui-ci est issu d’un croisement entre le cabernet franc et le sauvignon blanc. Son débourrement est tardif, soit huit à dix jours après le merlot. Il est sensible à l’oïdium et aux maladies du bois. Sa grappe, à petits raisins, est un terrain favorable pour les vins plus extraits. Il apprécie les sols graveleux. Il lui faut de bonnes expositions mais pas de sécheresse. Le cabernet sauvignon donne des vins structurés, puissants avec une bonne trame tannique (favorable donc à la garde) Seul, le cabernet sauvignon manque de rondeur.

Il est le premier cépage rouge au monde avec 290000 ha dont 53000 en France.

Le cabernet franc :

C’est le plus ancien cépage de Gironde. Il proviendrait du côté espagnol du vignoble pyrénéen et aurait gagné le sud-ouest de la France grâce aux pèlerins de retour de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il aime les terrains bien alimentés et drainés. Il se distingue par sa finesse aromatique, ses arômes épicés et parfois de poivron. Outre sa présence en Gironde (en Médoc principalement avec une exception notable sur la rive droite puisqu’il entre pour 60% dans l’assemblage du Château Cheval Blanc AOC Saint-Emilion GCC), ce cépage est emblématique des vins de Chinon, Bourgueil ou Saumur.

Côté espagnol, Cabernet et Merlot se sont implantés dans la région de la Rioja mais ils se sont surtout développés dans les régions de Penedes et de Ribeira del Duero en association avec le cépage Tempranillo.

La dégustation de la séance se compose de huit vins, entre France et Espagne :

AOC Bergerac Château Jonc-Blanc Class IK 2010 (France – 9.50€) : nez puissant, note de mure. L’attaque en bouche est douce ; la trame tannique est assez collante. Finale longue et acide avec une pointe d’alcool. Note poivrée. Grande « buvabilité ». Bien-

Mas Comtal Antistiana merlot 2010 (Espagne/Penedes – 12.45€) : nez animal (réduction ?) puis des notes de poivron. Vin compoté en bouche avec une trame tannique asséchante et une acidité très marquée. La finale est aqueuse. Des notes de géranium en retro-olfaction (Romain) Assez Bien-.

IGP Côtes de Murviel[1] Domaine de Ravanès 2009 (France – 12.50€) : nez cassis. En bouche, une trame tannique collante avec des notes de tabac et de cendre. La finale est puissante mais pas longue. Assez Bien.

Celler Pardas Negre Franc 2009 (Espagne/Penedes – 11.85€) : nez avec des notes de fruits cuits et de chocolat. L’attaque en bouche est plutôt ronde, chaude avec des notes sucrées. La trame tannique est plus lâche. Finale à nouveau ronde. Assez Bien+.

Casa Ravella Tinto Crianza 2008 (Espagne/Penedes – 9.10€) : nez avec des notes whisky, cassis et mentholé. L’attaque en bouche est souple et chaude. La trame tannique est collante avec des notes grillées et de tabac. En finale, des notes de poivron avec de la puissance et de l’acidité. Assez Bien.

AOC Côtes de Castillon Domaine Clos Puy-Arnaud 2010 (France – 35€) : nez de mure, sucré et vanillé. L’attaque en bouche est ronde, avec une trame tannique longue. Finale acide. Bien+.

DOC Pla de Bages Celler el Molli Collbaix Singular 2009 (Espagne – 22.55€) : nez un peu réduit, discret avec des notes de menthol. La bouche est massive, avec des notes grillées et vanillées. La trame tannique est asséchante. C’est un vin concentré. Moyen.

AOC Saint-Estèphe Domaine les Ormes de Pez (France – 30€) : 1er nez discret puis notes de cassis et grillée. En bouche, notes de poivron avec une trame tannique asséchante. La bouche est plus aqueuse. Finale tabac. Assez Bien.

Les vins les plus appréciés par les dégustateurs sont le Domaine Puy-Arnaud et Celler Pardas Negre Franc (avec remettre en perspective au vu des prix de ces deux vins)

A bientôt.

PS : ce compte-rendu paraît seulement maintenant non pas à cause d’une flemme incommensurable de son rédacteur, mais tout simplement parce que j’ai égaré mes notes prises sur feuilles volantes le soir de cette première séance. Je les ai retrouvées il y a peu et j’ai acheté un bloc depuis…


[1] Appellation du Languedoc-Roussillon, près de Béziers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *