Vertivinus – Les vins rouges de Bandol – Jeudi 2 février 2012 – Château de la Frémoire

C’est encore « à guichets fermés » que se déroule cette nouvelle séance Vertivinus. Les participants partent à la découverte des vins rouges de Bandol.

 

C’est un vignoble aux origines des plus anciennes, probablement lié à l’arrivée des phocéens en 600 avant JC dans la région de l’actuelle Marseille, qui marque les tous débuts du vignoble de Bandol. Celui-ci bénéficie d’un climat et d’une situation géographique favorable, ouvert sur la mer Méditerranée et protégé par les contreforts de la Montagne Sainte Baume, profitant ainsi de la fraicheur apportée par la mer, de l’ensoleillement abondant de la région (plus de 300 jours de soleil par an) ainsi que du mistral qui assèche les vignes et ainsi les protège des attaques de champignons.

 

Le vignoble de Bandol peut produire des vins blancs, rosés ou rouges. Il s’étend sur 1480ha sur huit communes (Le Beausset, La Cadière d’Azur, Le Castellet, Ollioules, Saint-Cyr sur Mer, Sanary sur mer, Bandol, Sainte Anne d’Evenos) Les sols sont plutôt pauvres, soit de nature silico-calcaires, des marnes calcarifères ou des marnes sableuses.

 

En blanc, les cépages autorisés par l’appellation sont l’ugni blanc, le bourboulenc et la clairette.

 

En rouge, le mourvèdre est le cépage majoritaire de l’appellation : il doit représenter au moins 50% de l’assemblage. Le grenache et le cinsault sont les cépages principaux auquel on peut aussi adjoindre en complément de la syrah ou du carignan.

 

Le mourvèdre est un cépage très tardif, d’origine espagnole qui a besoin de chaleur, dont le port dressé lui confère une bonne résistance au vent et dont l’enracinement est profond. Son rendement est plutôt faible (entre 25 & 30hl/ha) Le mourvèdre donne des vins à l’acidité contenue, plutôt tannique, assez rude dans leur jeunesse avec des notes e fruits noirs, de venaison puis musc, de sous-bois et de truffes avec l’âge. Les Bandol rouges sont des vins de garde par excellence.

 

La dégustation s’articule autour de deux domaines de Bandol, le domaine de l’Olivette et le domaine La Suffrène, entre 2006 & 1985.

 

 

AOC Bandol Domaine de l’Olivette Cuvée spéciale 2006 : premier nez alcooleux, frais, avec des notes d’encaustique. L’attaque en bouche est cassis, salée, avec des pointes de fenouil et d’ail. La trame tannique est souple et fine. Le vin est long. Bien.

 

AOC Domaine La Suffrène 2004 : Nez de fenouil avec des notes animal. L’attaque en bouche est chaude, épaisse (nappage) avec des arômes de chocolat. La bouche est assez compacte, avec des tanins poudreux.  Bien+.

 

AOC Domaine La Suffrène 2003 : Nez à nouveau animal, notes chocolat. La bouche est ronde, avec des arômes de laurier et de romarin. La structure tannique est fine, plus lâche que celle des vins précédents. Le vin est beaucoup moins sur le fruit et s’avère moins long. Certains évoquent l’effet millésime. Assez bien+.

 

AOC Domaine La Suffrène 2000 : Nez animal, fruits noirs, réglisse, frais et poivré. L’attaque en bouche est douce, puis le vin monte en puissance avec des tannins tapissant et veloutés. Ce vin est nettement plus complexe que les précédents. C’est une très belle réussite. Très bien.

AOC Domaine La Suffrène 1998 : Nez encaustique et fruits noirs. L’attaque en bouche est veloutée, lactée avec des arômes de jus de viande. Il y a moins de puissance en bouche, avec des tannins moins réguliers. L’acidité est plus marquée et il y a une forme de sucrosité. Assez bien+.

 

AOC Domaine de l’Olivette 1992 : Nez animal, de venaison. La bouche est chaude, saline et torréfiée. La structure tannique est plus lâche. La bouche est moins puissante, plus aqueuse. C’est un vin « marin et animal » en même temps notent certains dégustateurs. Bien+.

 

AOC Domaine de l’Olivette 1985 : Nez avec des notes de garrigue, anisé, épicé avec des arômes d’olive grecque. La bouche est plus  dense, le vin exprime une puissance contenue comme « des braises sous la cendre », avec des arômes de marc de café et une structure tannique fondue. Un très beau vin. Très bien.

 

Pour information, les millésimes récents de ces deux domaines sont disponibles entre 15€ et 20€ (prix départ cave)

 

Les dégustateurs ont tous loué la qualité et l’homogénéité des vins dégustés ce soir-là. Sans surprise, le domaine La Suffrène 2000 et le domaine de L’Olivette 1985 ont rassemblé la majorité des suffrages (le domaine La Suffrène apparaissant comme un candidat intéressant à l’achat groupé de fin d’annéeJ)

 

A bientôt.

 

Partager l’article !   Vertivinus – Les vins rouges de Bandol – Jeudi 2 février 2012 – Château de la Frémoire: C’est encore « à guichets fermés  …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *