Vertivinus – Les vins francs de pied – Jeudi 20 octobre 2011

 

«Greffez des plants de rosiers sur des plants de vigne, ça fera du vin rosé naturel» P. Dac

 

La seconde séance de Vertivinus est consacrée aux vignes franches de pied et à la notion de greffage.

 

Tout commence dans les années 1860, lorsque des boutures de vignes américaines sont importées en Europe. Avec elles arrive en Europe le phylloxera vastatrix, sorte de puceron ravageur de la vigne. Si dans un premier temps, la baisse de la production viticole débouche sur une hausse des prix qui satisfait les vignerons, la chute de la production prend un tour dramatique à partir de 1870 : la production tombe à moins de 25 millions d’hectolitres en 1879 (contre 40 à 75 suivant les années en temps normal) Se succèdent des troubles sociaux, exacerbés par un contexte d’après-guerre franco-prussienne.

Désarmés dans un premier temps, les vignerons s’aperçoivent que les vignes en zone sablonneuse s’avèrent plus résistante à l’insecte. Divers traitement sont testés (comme le sulfure de carbone) mais c’est la greffe de vigne autochtone sur des porte-greffes américains qui donne les meilleurs résultats, les vignes américaines étant accoutumées et résistantes au phylloxera. Les vignes sont replantées à partir de 1890/1895 selon cette méthode.
Le greffage nécessite de récolter des greffons bois de 5cm avec un œil – un mois avant l’opération de greffe proprement dite. Ceux-ci sont traités (anti fongiques) et stockés à froid pendant un mois (80% d’humidité) Les rameaux porte-greffes sont récoltés sur des vignes mères dont on conserve des bois de 30cm. Une fois la greffe réalisée (greffe oméga, en fente,…) on utilise une solution d’hormone de croissance pour favoriser le développement racinaire, on stimule le greffon par stratification.

Désormais, les vignobles sont constitués dans leur quasi-totalité de vignes greffées sur des porte-greffes résistants au phylloxera. Seuls de rares vignerons osent cultiver des vignes franches de pieds. On en dénombre ainsi au Chili, en Australie (Barossa Valley), au Portugal (Porto Vintage Noval Nacional), en France (dans l’appellation Cour-Cheverny ou Touraine)

 

8 vins sélectionnés par Romain sont dégustés ce soir-là (tous les vins coûtent entre 10€ & 17€ à une exception près) :

 

AOC Touraine Henry Marionnet 2009 Franc de pied – Vinifera (sauvignon) : nez peu intense citron. La bouche est grasse, gourmande avec un côté « raisin » et une certaine « sucrosité ». Le vin est plutôt long avec de l’amertume en retour. Bien+

IGP Côtes de Perpignan – Domaine de Simonet Les Terres Salées 2010 vieilles vignes de bourboulenc : nez intense et grillé, avec une note fraîche de coriandre. La bouche est très salée, grasse et un peu longue. Assez bien.

 

Henry Marionnet La Pucelle de Romorantin 2010 (romorantin) Franc de pied (planté en 2007) : nez intense et floral avec un côté printanier avec une note rose bonbon. En bouche, le vin est assez gras et chaud, l’attaque est ronde, le milieu de bouche est tendu. Assez Bien -.

 

VdP Henry Marionnet Provignage 2010 Romorantin (43€) : Nez intense, doux avec des notes sucrées. La bouche est salée et un peu asséchante ; le vin tapisse agréablement le palais avec des notes agrume (de citronnade) avec une certaine amertume en fin de bouche. « Un vin pas déplié » selon Romain. Bien -.

 

AOC Chinon Bernard Baudry 2009 Franc de pied : le nez est intense avec des notes cassis et de cuir ainsi qu’une certaine fraîcheur (menthol) la bouche est crayeuse et chaude, avec une acidité agréable. Notes de fruits rouges avec des tannins peu serrés. Bien.

 

Domaine de Simonet Merlot 2008 (vignoble sur des anciens marais salants inondés en hiver) : nez fruits noirs (cassis) En bouche, des arômes cerise & tabac. La bouche est alcooleuse avec une nette acidité en fin de bouche. Le vin semble assez concentré. Assez bien+.

 

VdT Côtes du Marmandais Château Lassolle 100% cabernet franc (carafé 3h avant dégustation) : nez puissant de cassis, quelques notes de poivron & d’épices. La bouche est huileuse, avec des tannins très serrés, des arômes de fraise puis de noisettes/cacahuètes. Le vin a un indéniable côté faisandé avec une acidité plutôt marquée en fin de bouche. Bien -.

 

Domaine de Simonet 2007 Les Terres Salées (vieilles vignes de merlot) : Nez intense avec un côté médicinal, des arômes de prune/cerise. La bouche est douce & sucrée, puis s’installe le vin, chaud & long avec quelques belles notes d’amer. Les dégustateurs indiquent une vinification en barrique qui a commencé à évoluer. Assez bien +.

 

Un rapide tour de table consacre le domaine Marionnet Vinifera, puis le domaine Simonet Terres Salées 2007 et le Domaine B. Baudry.

 

Partager l’article !   Vertivinus – Les vins francs de pied – Jeudi 20 octobre 2011:   «Greffez des plants de rosiers sur des plants de vigne, ça f …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *