Compte-rendu de dégustation : séance Fronton

Fronton le vin des Toulousains est une appellation qui nous aura laissé un bon souvenir.

 

Il faut dire que la Negrette est un cépage qui ne laisse pas indifférent. La palette aromatique de ce cépage peut être d’une puissance phénoménale. L’impression de se trouver dans un magasin de cosmétique ou une parfumerie nous a souvent effleuré mais aussi de croquer des grains de beau poivre frais d’Indonésie, de manger du fond de teint. Ici, les arômes amyliques prennent des airs de fraise tagada… et c’est rigolo.

 

En outre, même sur les cuvées les plus ambitieuses, pas la moindre trace de boisé perceptible… ou alors un boisé Cèdre/Mélèze… qui fait quand même plus classe que la vanille d’un Bordeaux. Nous avons appris que sur les cuvées Haute Expression le syndicat travaillait à un rapport fruit/bois… dès que le bois se fait sentir sur ces cuvées, hop les cuvées sont éliminés de cette démarche collective… ça sert à rien d’avoir un beau cépage si on le masque par du bois. Si c’est pas une belle démarche, ça ?

 

Les vins ont été récupérés chez des cavistes toulousains par Philippe Ricard du club toulousain In Vino Veritas, que je remercie grandement au passage. Les cavistes nantais étant lacunaire en Fronton… ce qui est bien dommage…

 

Fronton Domaine de la Colombière, Vinum 2008

Fruité, floral (pivoine, iris), poivré, attaque ronde, fumée, acidité en fin de bouche. C’est facile, ça se boit bien… certains ont trouvé la bouche un peu dissociée. Pour moi c’est bien

 

Fronton Château Laurou, Délit d’initié 2008

Là… c’est bienvenue à Fronton. Pour ceux qui ne connaissaient pas la Negrette, ils sont mis dans l’ambiance. Nez puissant floral de parfums lourds et cosmétiques (rouge à lèvre), les parfums continuent en bouche qui en devient entêtante. Sensation légèrement sucrée moins acide… donc un peu plus empesé… mais c’est un style qui se défend. Bien +

 

Fronton Château de Montauriol 2007

Nez un peu plus discret bien que l’ordre de service du vin dans les verres semble nous jouer des tours, floral et sensation fraîche au nez. La bouche est ronde, sucrée un peu cacaotée. Un peu simple. Moyen ++/ Bien

 

Fronton, Château la Colombière Les Costes Rouges 2007

Beau nez complexe de cèdre, mélèze, encens et santal. Bouche ronde, tapissante, sapide. Bouche complexe qui s’étale par vagues, tendue, long, tanin serré et finale florale. Très Bien +

 

Fronton, Château Viguerie de Beulaygue, La Croix de l’Agneau 2007

Nez complexe très expressif. Fraise, fraise des bois, fraise tagada, parfumerie… une negrette très marquée. La bouche est ronde, serrée et très tendue sur des parfums de violette violents et extrêment persistants. Une impression de croquer un grain de poivre disait Elsa… ça, c’est un vin qui ne laissera pas indifférent Nous avions deux clans ce soir : le clan des « c’est too much », et le clan du « c’est de la bombe »… je crois que je faisais partie du deuxième clan… Très Bien ++ / Excellent.

 viguerie.jpg

 

Fronton, Château Baudare, Haute Expression 2006

 Une expression plus classique qui plaira au clan « too much » du vin précédent. Légèrement boisé-vanillé, moins expressif, une bouche plus puissante, plus sucrée de fût. Le tanin ferme, la bouche est bien faîte mais moins typique… Bien / Bien +

 

Fronton, Château le Roc, Cuvée Don Quichotte 2005

Encore un nez puissant qui pète la fleur servi par une légère volatile pas trop dérangeante. En bouche l’attaque est dominée par des arômes floraux et de beurre frais. Les tanins bien présents, fins et poudreux. Belle longueur en bouche et au nez. Il a été question d’une finale « poussièreuse » et j’aurai tendance à parler d’une finale très « pollen »… mais on se comprend, c’est l’essentiel. Très Bien ++

 

Fronton, Château Plaisance Tot Co Que Cal 2005

Début de nez sur des huiles essentielles florales ; une volatile « essence », fruits noirs et cassis. L’entrée en bouche fait très negrette. Un arôme lourd de parfums. La bouche est très concentrée marquée par un beau tanin massif et persistant. Un vin de garde : Très Bien + aujourd’hui sans doute mieux demain.

 

Fronton, Château Bouissel Haute Expression 2004

Encore une expression aromatique très forte. Marine dans un premier temps puis encore ces arômes floraux entêtants. En bouche, une belle mâche, des tanins assez fins et puis en finale de longs parfums floraux violents poussés par une acidité élégante. Très Bien.

 

Château Dévès, Allegro, 2003

Un nez plus évolué sur la violette-pruneau un peu plus discret que le précédent vin. Tanin très marqué. Petite acidité et fleur omniprésente. Une bouche plus évoluée également. Une vinification très classique sur un jus soigné. Bien++

 

Très franchement alors que je suis dans une phase ou les vins rouges français commencent sérieusement à m’emmerder… là je dois dire que c’est l’appellation me fallait.

 

Partager l’article !   Compte-rendu de dégustation : séance Fronton: Fronton le vin des Toulousains est une appellation qui nous aura laissé un bon souvenir. …

3 réflexions sur « Compte-rendu de dégustation : séance Fronton »

  1. Heureux de voir que les vins de La Colombière vous ont plu… Excellent rapport qualité/prix, qui plus est. C’est un domaine qui fait comme la p’tite bête…

    Le Vinum 2009 est encore supérieur au 2008. Bientôt dispo où vous savez.

    Manque “Sarment de Mars” à votre dégust’…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *