Petit bilan de la saison avant d’en commencer une autre…

La saison 2007-2008 de Vertivin se termine. Avec elle, les bilans financiers commencent à se dessiner. Afin d’être transparent vis à vis des adhérents, voici quelques brefs éléments sur la saison.

Sous réserve de validation du trésorier de Vertivin, le budget de l’association est cette année légèrement inférieur à 10 000€. Près de 90% du budget a été ingurgité par les adhérents : qu’il s’agisse de vins ou de repas.
Voici la répartition des recettes pour l’année.

 
et des dépenses :
Les trois ateliers : Vertivinus, Vertivingstone et Découvertivin auront généré l’achat d’environ 300 bouteilles de vin.
Voici la répartition des lieux d’achats de ces 300 bouteilles.
Les cavistes nantais et vertaviens représentent toujours la plus grande partie des achats de Vertivin. Certains d’entre eux sont des partenaires privilégiés et participent à l’aventure “Vertivin”.
Les filières “importateurs” et “Grossistes” sont amenés à se développer, plus Vertivin grandira.
La plus grosse difficulté de Vertivin… comme d’autres clubs est de se procurer des vins un peu âgés, pas trop chers et pas trop defectueux. Pour les vins issus des Foires aux Vins de GMS, il n’y a généralement eu pas de soucis mais dans les offres permanentes des GMS, le nombre de bouteilles anciennes defectueuses a été impressionnante : bouchon, goût de lumière, bouchons dessechés. La qualité des vins chers et anciens qui traînent en GMS de la région nantaise est calamiteuse : cette année, les 2/3 ont eu un défaut… ce qui nous vaut les sarcasmes de cavistes parisiens en visite sur le site. Mais chez les cavistes, hélas, pour les rares bouteilles de plus de cinq ans qui trainent, en plus des tarifs élevés dus aux coût du stockage et de l’immobilisation, les défauts de conservation sont également fréquents (un vin madérisé à 60€… ça fait mal). D’ou un développement possible des achats chez des grossistes spécialisé dans les vins anciens.
Nous sommes assez fiers de réussir à acheter 14% des vins directement à la propriété… salons, vente directe… même si cela reste un mode d’achat complexe… comme on ne déguste qu’une bouteille de chaque propriété généralement (sauf verticales).

Chez les cavistes Vino Vini, caviste de la rue Racine à Nantes a représenté 29% de nos bouteilles achetées : chez ce caviste on trouve un large choix des références les plus célèbres. Olivier Hodebert de la Cave de l’inattendu à Vertou – le Chêne reste notre caviste favori pour sa prise de risque, pour sa démarche exploratoire hors des sentiers battus… pour son nez : un caviste modèle.
Patrice Rognerud de l’Orée des Vignes avec le Restaurant “Le Monte Cristo” de Vertou étaient nos partenaires cette année pour l’atelier accords mets-vins du groupe Découvertivin.
Les gros cavistes nantais complètent l’origine des bouteilles achetées.

 

Partager l’article !   Petit bilan de la saison avant d’en commencer une autre…: La saison 2007-2008 de Vertivin se termine. Avec elle, les bilans financiers commencent à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *