Douro : la dégustation

Le Portugal nous a beaucoup surpris. Ce sont majoritairement des équilibres auxquels nous ne sommes pas habitués. Ces vins tranchent par une acidité assez marquée. Les vins rouges secs de Douro et de Dão que nous avons goûté ont fait l’objet d’un débat : certains étaient heureux de ne pas retrouver les compotes et les alcools du Languedoc, du Roussillon voire d’Espagne tandis que d’autres jugeaient que les vins et les cépages de Douro étaient destinés avant tout au Porto et que les équilibres des vins Douro ne justifiaient pas nécessairement leur politique tarifaire.

 

 

Dão Quinta dos Roques Touriga Nacional 1999 (Don) 

Nez très floral, amande, champignon frais, la bouche est fine, l’acidité est élevée, il est peut-être un peu court en bouche. (L’équilibre est atypique pour un français moyen)

 

Douro Lavradores de Feitoria Tres Bagos 2002 (La Cave de Pascal Luneau – Vertou : 15,85 euros)

Le nez est légèrement épicé, la bouche est riche, souple très arrondie. On sent une vinification travaillée. Globalement bien équilibré.

 

Douro Quinta do Vale de Raposa Tinta Roriz 2000 (La cave de l’inattendu – Vertou : 20 eur)

Nez animal, cuir, viandé, sous-bois, maniguette (certains ne trouvaient pas le nez très net), l’acidité est toujours très marquée en bouche. A boire avec un tendron de veau à mentonnaise.

 

Douro Quinta de Cotto Grande Escolha 2000 (La cave de l’inattendu – Vertou : 27 eur)

Nez frais de menthol, de cuir, de fruits murs. Il est marqué par le bois mais les tanins sont fins. C’est un joli vin méditerranéen plus classique ; peut-être un peu court. Il aurait dû être carafé avant d’être servi… mea culpa.

 

Douro Duas Quintas (Ramos Pinto) Reserva 1995 ( La cave Jules Verne  – Nantes : 25,50 euros)

Robe assez évoluée. Nez de chocolat, cacao/fève de cacao, floral, romarin ; Bouche digeste, délicate. Long. (Pour les Pro-Porto : l’archétype d’un vin qui « aurait dû être muté ».)

 

Porto LBV Quinta de la Rosa 2000 (les Caves de Longchamps- Nantes :16,60 euros)

Nez floral, violette, bouche très marquée par l’alcool (20°) rétro-olfaction de tabac blond.

 

En conclusion, chaque dégustateur a son vin favori. Les pro-Porto ont préféré le Porto, les anti-compotes ont élu la Quinta dos Roques ou la Quinta do Vale de Raposa, l’évolution du Duas Quintas en a séduit d’autres et le nez de la Quinta de Cotto reste en mémoire des derniers…

 

Partager l’article !   Douro : la dégustation: Le Portugal nous a beaucoup surpris. Ce sont majoritairement des équilibres auxquels nous ne sommes pas habitué …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *