Vertivinus séance Malbec

Troisième compte-rendu de la journée… je rattrape mon retard :  Voici les commentaires de Romain sur la séance sur le cépage Malbec sur le Vertivinus du mercredi 19 novembre. Merci à Interloire de nous avoir accueilli pour cette séance.

 

Bodega Renacer Argentine Mendoza Malbec Punto Final 2006  (11,90€ – Lemaître Cave du Beffroi)

Premier nez assez intense sur la prune et des nuances cacaotées, on discerne une légère acescence.

La bouche s’avère ronde et se distingue par une certaine sucrosité, la trame tannique, couvrante arrive dans un second temps sur la finale mais demeure discrète et arrondie, on sent un vin moderne. Au niveau aromatique, on remarque entre autre, des notes de marc de café, de lilas et de bourgeons de cassis. La finale tout de même un peu courte et abrupte. Vin bien fait, style moderne.

 

Jean-François Mérieau  Touraine Gueule de Boa  2006  (11,00€ Vino Vini)

L’attaque montre une réduction légère mais bien perceptible, puis on est étonné par une structure aromatique largement dominée par  des notes de café moulu, et quelques notes fumées.

En bouche, le vin est ample et l’attaque s’avère franche et étonnamment ronde. Dans un second temps, la bouche se montre fluide mais gourmande sur des arômes de fruits rouges, café frais moulu, beaucoup de fraîcheur bien que la structure générale demeure légère.

 

Château du Cèdre Prestige Cahors 2005  (11,50€ – La Cave Jules Verne)

Robe noire tape à l’oeil. Le nez est intense et précis sur des notes de mûres, cuir, et de confiture de fraise mais n’est pas dénué de fraîcheur avec une pointe de badiane et de girofle.

La bouche se distingue dès l’attaque par une épaisseur évidente qui laisse deviner un beau millésime, puis déboule une structure tannique puissante et serré mais de belle maturité alors que se mèlent de jolies expressions de crème de cassis et de mûres. La finale semble pourtant un peu abrupte malgré une acidité pointue assez inattendue, on distingue quelques notes beurrées. Une fort belle structure mais ce vin semble encore jeune et pas encore totalement équilibré.

 

Bodega Belasco de Baquedan Argentine Mendoza Llama Malbec 2005  (Cave de Pascal Luneau 8,30€)

Nez assez intense sur du cuir et les première nuances  animales de la soirée, la coté boisé reste assez évident mais sans excès.

La modernité de la vinification semble évidente dès la mise en bouche avec une épaisseur et une sucrosité notable. Les fruits noirs (myrtilles, cassis) se mêlent aux notes de vanille.

Moderne et bien fait, peut être un peu simple, mais le vin plait beaucoup.

 

 

Château Lamartine  Cahors  2002  (24€ Vino Vini)

Le premier nez déstabilise l’assemblée avec un coté très franchement banane très mure voire cuite, certains grimacent un peu.

La bouche paraît riche, dense et arrondie dans un premier temps, puis une structure tannique apparaît tardivement et s’avère très marquée et presque rêche, le bois domine quelque peu. Finalement, ce vin laisse une curieuse impression; comme s’il n’avait su choisir entre modernité et classicisme.

 

 

Bodega Trapiche  Argentine Mendoza Oak Cask Malbec 2005  (13,90€ – Lemaître)

Premier nez assez fermé qui s’ouvre à l’aération sur des odeurs évoquant le cuir, la confiture, le sucre cuit, le caramel et le fruit noir. L’attaque en bouche est très grasse et facile, presque croquante, on est surpris par un coté de groseilles fraîches puis des notes plus évoluées de cacao et de coco. Légère acescence. En bouche, on pense plutôt à vin moderne travaillé et micro-oxygéné.

Très bien structuré.

 

 

Jean-François Mérieau Touraine Cent Visage 2006 (8,20€ – Cave Jules Verne)

Ooops voilà un nez considérablement réduit, vraiment limite. On (je devrais dire « je ») est frappé par des notes de myrtilles, de romarin et d’algue. Le nez est quand même déstabilisant et manque de franchise et de netteté. En bouche, ce vin s’avère long avec une structure tannique particulièrement intéressante, fine, serré et tapissante quoique encore jeune et rude; le vin se termine sur une finale cacaotée et d’herbes aromatiques.

Décevant car la bouche laisse présager une superbe potentiel mais la réduction est vraiment trop exacerbée, on sent un vin un peu traditionnel pour ne pas dire brut.

Le site Internet vaut le détour par contre… http://www.merieau.com/

 

Clos Triguedina JL Baldès Cahors 2004 (14.90€ – Lemaître)

Retour sur un nez plus classique sur des  notes fumées et florales.

La bouche se démarque d’emblée par une acidité marquée puis un tannin vif avec une trame fine et une structure aromatique évoquant le fruit rouge et le cuir. Très joli touché de bouche mais encore jeune, la finale demeure un peu chaude sur des impressions de tanins de thé et des notes boisées. Un vin avec un fort beau potentiel mais qui demande à se fondre.

 

  

The Black Wine JL Baldès Cahors 2004 (38€ – Propriété)

Le nez, net et intense sans être vraiment extrêmement puissant, se caractérise par une jolie complexité avec des variations de fruits des bois, cerises noires, pruneau, vanille et girofle, on distingue également quelques notes florales (rose).

Ce vin fait montre d’une étonnante compacité en bouche, on retrouve la même gamme aromatique plus une pointe de châtaigne cuite, d’épice et de cuivre. La structure est vraiment puissante mais les tanins font preuve d’une remarquable maturité, la finale se structure sur une amertume imposante. Indéniablement un vin de caractère qui demande à vieillir et laisse sur ce cruel dilemme : canard, chevreuil ou marcassin?

 

Partager l’article !   Vertivinus séance Malbec: Troisième compte-rendu de la journée… je rattrape mon retard :  Voici les commentaires de Romain sur la s …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *